SMAG crée une co-entreprise avec Michelin et Continental

 |   |  482  mots
L'outil vise à stimuler la transparence au sein de la supply chain du caoutchouc naturel
L'outil vise à stimuler la transparence au sein de la supply chain du caoutchouc naturel (Crédits : Michelin)
L’éditeur montpelliérain de logiciels pour le monde agricole, SMAG, étend sa collaboration avec Michelin avec la création d’une co-entreprise axée sur le développement de Rubberway® (outil de cartographie de la filière du caoutchouc naturel). Elle réunit également Continental AG, équipementier automobile mondial. Le siège devrait ouvrir à Singapour avant la fin 2019.

En 2017, Michelin avait commandé à SMAG le développement d'un outil permettant une meilleure visibilité des pratiques sociales et environnementales de la supply chain de caoutchouc naturel. Cette solution baptisée Rubberway® est aujourd'hui au centre de cette nouvelle co-entreprise, initiée par les deux partenaires originaux, rejoints par Continental.

La solution technologique Rubberway® couvre déjà les principaux pays producteurs (Thaïlande, Indonésie, Côte d'Ivoire, Nigéria, Ghana, Brésil), soit 80 % de la filière. Elle ambitionne de cartographier précisément la chaîne d'approvisionnement en caoutchouc naturel qui compte près de 6 millions de producteurs (souvent sur de petites exploitations de 2 ou 3 ha), 100 000 intermédiaires et 500 usines de transformation.

"L'approvisionnement est très fragmenté, détaille Didier Robert DG de SMAG. Michelin a donc voulu s'appuyer sur des outils digitaux pour avoir une cartographie complète des intermédiaires selon les zones. L'objectif est de créer un standard international autour des bonnes pratiques sociales et environnementales. C'est pour cela que nous créons aujourd'hui Rubberway® : pour se différencier par les meilleures pratiques et entraîner les autres leaders mondiaux du pneu à adhérer à ce standard."

Vers un regroupement mondial ?

Pour le DG de SMAG, l'intérêt de Michelin est de garantir son approvisionnement grâce à plus de transparence dans la filière.

"Si les grands manufacturiers mondiaux adhèrent à cette démarche, cela peut permettre de faire converger intérêts environnementaux et intérêts industriels, poursuit Didier Robert. En effet, certains producteurs de caoutchouc sont intéressés par d'autres types de cultures, comme l'huile de palme. Mais les arbres à caoutchouc ont un effet structurant sur les sols, par exemple. Il est donc utile de mieux connaître la supply chain pour mieux travailler ensemble."

Un lancement à Singapour

La co-entreprise Ruberway devrait être lancée avant la fin de l'année 2019 (sous réserve de validation des autorités de concurrence), avec un siège social à Singapour. L'objectif sur la première année d'exercice sera d'intégrer Continental dans la solution technologique, mais aussi de voir un autre acteur mondial de la filière rejoindre Rubberway. "Nous sommes en discussion avec plusieurs acteurs mondiaux, notamment en Chine", précise Didier Robert.

Société montpelliéraine créée en 2001, SMAG compte à date 160 collaborateurs répartis sur cinq sites en France (Montpellier (34), Châlons-en-Champagne (51), Nancy (54), Wavre (Belgique) et Reims (51). Elle annonce un CA équivalent à 12 M€ en 2018.

"Nous sommes en phase d'investissement", précise encore le DG qui mise également sur un nouveau partenariat dans le domaine de l'AgTech avec le groupe marocain OCP. Ce leader des engrais et des fertilisants en Afrique veut soutenir la digitalisation de l'agriculture sur ce continent et pourrait travailler en ce sens avec SMAG.

Retrouvez notre interview de Stéphane Marcel, fondateur de SMAG, dans le supplément AgTech qui paraîtra dans La Tribune en kiosque le 20 septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :