Municipales à Montpellier : un nouveau sondage confirme la percée d'EELV

 |   |  957  mots
L'hôtel de ville, à Montpellier
L'hôtel de ville, à Montpellier (Crédits : M3M)
Un sondage commandité par Patrick Vignal, député LREM de l'Hérault et candidat aux municipales, place la tête de liste EELV Clothilde Ollier devant le maire sortant, Philippe Saurel. Pour Patrick Vignal, l'analyse des intentions de vote révèle un réservoir de voix qu'il prétend siphonner s'il est investi par le parti macroniste.

Un sondage réalisé par Harris Interactive et commandité par Patrick Vignal, député LREM de l'Hérault et candidat aux élections municipales de 2020 à Montpellier, crédite la tête de liste EELV Clothilde Ollier de 22 % et 23 % des intentions de vote au 1er tour selon les deux hypothèses testées (avec et sans les listes de Mohed Altrad et d'Anne Brissaud, candidate Nouveau Centre). Elle se place devant le maire sortant Philippe Saurel, crédité de 19 % et 21 % dans les deux mêmes hypothèses.

Élections

La liste EELV confirme

Patrick Vignal lui-même, testé avec l'investiture LREM-Modem qu'il n'a pas encore, est mesuré à 9 % et 11 % des intentions de vote. Deux autres candidats font mieux que lui : la future tête de liste La France Insoumise (12 % et 13 %) et le candidat RN Olaf Rokvam (11 % dans les deux scenarii). Mickael Delafosse (PS) est crédité de 8 % et 11 %, et Alex Larue de 8% et 10 %.

Dans la seule hypothèse où elle est testée, la liste emmenée par l'entrepreneur Mohed Altrad (sans étiquette) est mesurée à 10 %. Pour sa part, Anne Brissaud (UDI) obtient 1 % des intentions de vote.

C'est le deuxième sondage en trois mois, après celui publié par BVA-La Tribune-Public Sénat en septembre dernier, qui mesure une percée électorale des Verts à Montpellier. La tête de liste EELV faisait mieux ou jeu égal avec Philippe Saurel dans deux des trois hypothèses testées, avec 21 % et 23 % des intentions de vote au 1er tour. Philippe Saurel était mesuré en tête à 24 %, contre 22 % à EELV, dans le troisième scénario testé (nouvelle candidature sans étiquette).

"Le maire sortant va être sorti car s'il ne perd que deux points par rapport au sondage BVA-La Tribune, on remarque dans le détail des intentions de vote qu'un électeur sur deux, parmi ceux qui l'ont soutenu en 2014, ne veut plus voter pour lui. Les écologistes sont forts mais leur programme, qui consiste à ne pas construire de stade de football, de logements, de projet ODE à la mer et à planter des pissenlits partout, m'inquiète. Altrad est sur des sables mouvants, Delafosse est bloqué à 8 % et quant à moi, ce n'était sans doute pas la meilleure semaine pour tester ma candidature en raison de la grève interprofessionnelle du 5 décembre, d'autant plus que je n'ai pas encore l'investiture LREM", décode Patrick Vignal, joint par La Tribune.

Quelles sont ses chances d'obtenir cette investiture ? "Selon Harris Interactive, la candidature de Clothilde Ollier rassemble 25 % d'électeurs qui ont voté Macron en 2017, et une liste Saurel 30 % de ces mêmes électeurs. Je me fais fort de les capter. Ce sondage ne me donne pas des billes pour négocier avec LREM, c'est un plein sac de billes", assure Patrick Vignal.

Un projet d'autorité métropolitaine

Le député LREM de l'Hérault estime que les vents sont favorables à sa candidature, surtout en raison du rejet qu'inspirerait Philippe Saurel, selon Patrick Vignal, jusqu'au Palais de l'Élysée. "Saurel, c'est notre Trump local. Il twitte toute la journée, il est toujours dans la réaction. Chaque ministre et chaque collègue député qui se sont déplacés récemment à Montpellier ont constaté qu'il n'est pas stable. Je comprends que la Commission nationale d'investiture de LREM, face à un maire sortant comme celui de Toulouse crédité de 38 % des intentions de vote, puisse négocier avec lui. Mais il est inconcevable que LREM s'entende avec quelqu'un qui traîne Montpellier dans la boue tous les jours et envoie régulièrement des signaux négatifs sur la politique du gouvernement", estime Patrick Vignal, à propos d'un éventuel soutien du parti macroniste au maire sortant.

Au sujet d'EELV, Patrick Vignal est tout aussi critique : "Le vrai débat est de savoir si la ville va s'arrêter comme à Grenoble (tenue par le maire EELV Eric Piolle depuis 2014, ndlr), ou si elle peut redémarrer sur un vrai projet écologique et économique. Clothilde Ollier veut stopper l'aéroport alors que je veux doubler son trafic. Le conglomérat EELV-LFI est dans un discours anti-patrons alors que je dis qu'on aura besoin des entrepreneurs et des commerçants pour repartir. L'écologie, ce n'est pas un sujet appartenant aux partis, c'est un sujet dont les gens eux-mêmes se saisissent tous les jours en pratiquant le tri des déchets ou en choisissant les modes de transport doux", analyse Patrick Vignal, qui confirme par ailleurs qu'il travaille avec deux personnalités en vue du milieu des énergies renouvelables à Montpellier, sur une batterie de propositions écologiques.

Sur le plan économique, Patrick Vignal veut aussi bâtir une Silicon Valley du numérique à Montpellier ("Nous sommes coincés entre Marseille et Toulouse et perdons sans cesse des parts de marché"), et propose la création d'une autorité métropolitaine économique et sportive, au sein de la Métropole montpelliéraine, dont les commandes seraient confiées à un chef d'entreprise.

"Il faut changer de paradigme. Nous avons besoin de chefs d'entreprise de talent, comme André Deljarry (président de la CCI Hérault, ndlr) et Mohed Altrad. Je respecte la candidature de ce dernier, mais il n'est pas à sa place en politique. Il serait plus utile à Montpellier en l'aidant à bâtir des ponts avec les grands écosystèmes mondiaux. Sur le plan sportif, je pense à des personnalités comme André Deljarry aussi, qui a eu des bonnes initiatives à une époque pour le Montpellier Handball, ou comme Laurent Nicollin (président du club de football MHSC, ndlr), pour une task force rassemblant les clubs professionnels qui jouent l'Europe, dans le football, le rugby, le handball et le basket féminin. Cette autorité métropolitaine serait aussi la préfiguration d'un futur contrat métropolitain, que je veux étendre un jour jusqu'à Lunel et Sète."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2019 à 9:30 :
La prestation de MOHAD ALTRAD l'autre soir sur LCI a été lamentable: aucune idée, aucun projet, des évidences (propreté, sécurité) assénées comme des "sourates". Dans ce "pathos" exprimé dans un "sabyre" inintelligible, seule la dentition de MOHAD brillait. On comprend pourquoi depuis des années le MHRC est incapable de gagner le "Bouclier de Brennus". Vraiment la candidature de l'"Oriental" ardemment soutenue par les "Frères 3-points" du Cercle Mozart et des autres officines occultes de la Ville a toutes les chances de faire "pschitt".
a écrit le 06/12/2019 à 9:06 :
A Montpellier, il y a des constructions partout mais se préoccupe t on de l'environnement et de sa préservation? a priori, pas vraiment, alors qu'EEV ait le vent en poupe cela n'étonne guère, c'est d'autant plus navrant que Montpellier au bord de la Méditerranée a des atouts naturels mais elle les dilapide en construisant à qui mieux mieux
a écrit le 06/12/2019 à 9:05 :
Avec un syndicaliste de la FNSEA en guise d'écologiste, oui oui ils nous feront toujours bien marrer les LREM c'est un fait...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :