Carole Delga et Michaël Delafosse confirment leur (bonne) coopération territoriale

Dix mois après le changement à la tête de l’exécutif métropolitain montpelliérain, et à quelques encablures du scrutin régional, les deux présidents socialistes de la Région Occitanie (Carole Delga) et de la Métropole de Montpellier (Michaël Delafosse) ont voulu s’afficher ensemble et réaffirmer la nouvelle bonne coopération entre les deux collectivités.
Cécile Chaigneau

5 mn

Les deux élus socialistes Carole Delga et Michael Delafosse, le 10 mai 2021 à Montpellier.
Les deux élus socialistes Carole Delga et Michael Delafosse, le 10 mai 2021 à Montpellier. (Crédits : Cécile Chaigneau)

Le 10 mai (avaient-ils choisi la date avec la volonté de la faire coïncider avec celle de la victoire du Parti socialiste aux présidentielles de 1981 ?), les deux présidents socialistes de la Région Occitanie (Carole Delga) et de la Métropole de Montpellier (Michaël Delafosse) se sont affichés ensemble lors d'une conférence de presse dans les locaux de la Métropole de Montpellier afin de réaffirmer « travailler main dans la main ».

La situation est nouvelle depuis l'arrivée de Michaël Delafosse à la tête de la Ville et de la Métropole de Montpellier en juillet dernier. Dix mois après ce changement et à un peu plus d'un mois des élections régionales, Carole Delga et Michaël Delafosse ont enfoncé le clou d'une coopération entre les deux collectivités qui a retrouvé le chemin de l'entente cordiale et des projets en commun.

Même si les deux élus disent vouloir tourner la page, ils pointent néanmoins les querelles passées qui ont présidé aux relations entre la Région Occitanie et le précédent exécutif de la Métropole (alors incarné par Philippe Saurel, un nom jamais prononcé mais soufflé entre les lignes).

« Le temps des défiances et invectives est résolument derrière nous depuis une dizaine de mois, nous additionnons nos forces pour avancer plus vite et plus loin, déclare ainsi en préambule Michaël Delafosse, qui préconise d'éviter « de nous égarer dans des guerres stupides » et dit souhaiter « que le territoire crée des conditions durables de collaboration, dépassant nos personnalités, après quarante ans de chicayas ».

De son côté, la présidente de Région rappelle avoir toujours veillé à un développement équilibré de tous les territoires : « J'ai toujours eu à cœur que la Région accompagne la dynamique de Montpellier, mais je ne reviendrai pas sur les premières années de ma présidence et l'impossibilité de faire avancer les projets... ».

Concilier économie, écologie et justice sociale

Comment se traduit alors le dialogue politique entre les deux collectivités territoriales ?

Dans la préparation du contrat de plan État-Région (CPER) « qui comportera un volet important pour la métropole en dynamique de projets », promet l'élu montpelliérain, et où « la part de la Région sera supérieure de 15% au précédent à périmètre constant », précise Carole Delga.

Ou sur l'action politique pour faire avancer les lignes LGV Toulouse-Bordeaux et Montpellier-Perpignan. Le 29 avril dernier, dans une lettre adressée à la présidente de la Région Occitanie, le Premier ministre Jean Castex s'est en effet engagé à lancer l'enquête publique sur le projet de ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan avant la fin 2021, ainsi que sur le financement du projet par l'État à hauteur de 40%, soit un montant de 3,2 milliards d'euros sur l'ensemble du projet, dont un milliard d'euros sur la seule partie Montpellier-Béziers.

« Je salue l'action de Carole Delga sur la LGV qui libèrera des sillons pour les trains du quotidien et permettra de désengorger la congestion automobile de la métropole, souligne Michaël Delafosse. Un milliard d'euros d'ici 2029, c'est énorme ! »

Les deux élus promettent des coopérations à même de faire grandir les projets en matière de santé (avec notamment, dans le cadre de la création annoncée de la Med Vallée à Montpellier, un fonds financier partenarial Etat-Région-Métropole de 15 millions d'euros renouvelable et un premier appel à projets en 2022), de mobilités (gratuité des transports urbains comme des transports scolaires), d'enseignement (avec par exemple le financement de plus de 20 millions d'euros par la Région pour le projet du futur campus de Montpellier Business School dans le quartier Cambacérès), ou de l'environnement.

« Nous partageons la volonté du pacte vert qui concilie économie, écologie et justice sociale, souligne Carole Delga. Nous aimons l'entreprise, nous agissons pour la transition écologique qui sera créatrice d'emplois. D'où par exemple la réhabilitation du Parc des expositions de Montpellier avec 80 millions d'euros investis pour en faire le premier parc à énergie positive. »

La présidente de Région affirme que « la région Occitanie a besoin de deux métropoles fortes, qui sont complémentaires, dont les défis économiques sont différents ». Elle annonce d'ailleurs qu'en 2021, « il y aura plus d'embauches dans l'Hérault qu'en Haute-Garonne grâce à la diversification du tissu économique héraultais qui permet une meilleure résilience ».

« Nous n'avons pas peur d'un haut niveau d'investissement »

Les deux élus socialistes annoncent aussi vouloir promouvoir la création d'une zone de défense propre à l'Occitanie - qui, pour l'heure, dépend de la zone de défense de Bordeaux ou de celle de Marseille - « pour avoir plus grande réactivité sur notre territoire et des moyens supplémentaires », précise la présidente de Région.

Enfin sur le volet budgétaire et la politique d'endettement, les deux élus affichent une philosophie partagée.

« Sur l'engagement budgétaire, le seuil d'alerte, ce sont les dix ans de capacité d'endettement, et nous sommes aujourd'hui à 5,2 ans, déclare Carole Delga. Nous allons continuer à avoir un haut niveau d'investissement car les gens et les entreprises ont besoin de soutien maintenant. »

Un point de vue repris par Michaël Delafosse : « Maintenant, il faut préparer l'avenir du territoire et protéger l'emploi, c'est pourquoi nous n'avons pas peur d'un haut niveau d'investissement. Parce que la relance, c'est now ! Les taux d'intérêt sont exceptionnellement bas, donc c'est le moment. Ceux qui sortiront de cette crise sont ceux qui seront sur une dynamique de projets. Voilà pourquoi nous augmentons de 30% le niveau d'investissement de la Métropole ».

Et les deux élus le promettent : ils ne se contenteront pas d'annonces, mais donneront « des preuves et des faits ». Carole Delga assure qu'il s'agit là du « début d'une accélération au service des habitants ». Parmi les actions majeures à venir, une mobilisation et un plan d'action fort pour soutenir la jeunesse.

Cécile Chaigneau

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.