Travaux publics : un guichet unique dans le Gard en 2018

 |   |  482  mots
(Crédits : Reuters)
Lors d'un colloque organisé par la FRTP Occitanie, le 27 octobre à Nîmes, Denis Bouad, le président du Département du Gard, a annoncé pour 2018 la création d'un guichet unique centralisant les aides publiques aux collectivités. Un moyen de booster les mises en chantier, alors que les TP ont perdu 250 emplois dans le Gard en 4 ans.

Lors d'une réunion publique, organisée le 27 octobre par la Fédération régionale des travaux publics (FRTP), le président du Conseil départemental du Gard, Denis Bouad, a annoncé que le Département votera, en décembre 2017, le principe d'un guichet unique pour les demandes de subvention des collectivités territoriales (principalement des communes, voir ci-dessous) en matière de travaux publics. Il centralisera les aides accordées par le Département et par l'État dans un premier temps, et des discussions sont déjà engagées avec la Région, favorable au dispositif, pour qu'elle l'intègre.

"Jusqu'ici, les subventions de l'État, de la Région et du Département étaient accordées selon des calendriers qui ne coïncidaient jamais, explique Denis Bouad. Avec ce mécanisme, toute collectivité faisant une demande déposera un dossier unique pour les aides de l'État et du Département. Nous voulons faire vite : en individualisant ces subventions avant le 15 février 2018, nous aiderons les collectivités à les budgéter avant la fin mars 2018, et donc à lancer des appels d'offres et démarrer des travaux rapidement, sans perdre deux ans pour réunir tous les financements."

Des besoins criants

D'après les données communiquées par la Cellule économique de la FRTP Occitanie, le Gard compte un patrimoine d'infrastructures dense mais vieillissant, "qui a parfois besoin de travaux de rénovation et de réparation pour accompagner la dynamique démographique et les mutations économiques", selon la directrice Emmanuelle Sourisseau.

Sur 13 437 km de routes, 65 % sont des voies communales pour lesquelles il n'existe pas de statistiques. Les 35 % restants relèvent du Département : 50 % de ce linéaire départemental présentent des défauts de structure.

De même, les réseaux d'eau représentent 8 800 km, dont les trois quarts, qui sont en gestion directe (sans DSP), affichent un taux de rendement plus faible dans le Gard (65,5 %) qu'au niveau régional (72,5 %). De son côté, le réseau ferroviaire (337 km) affiche 16 % de TGV en retard sur la ligne Paris-Nîmes : 30 % de ces retards sont liés à des questions de maintenance.

Des investissements à la peine

Face à cet état des lieux, Christophe Ruas, président de la délégation gardoise de la FRTP, observe que les TPE-PME du secteur ont enregistré une baisse de 12 % de leur carnet de commande depuis 2012. La Cellule économique confirme que, sur cette période, le volume des dépenses publiques est passée, pour la première fois, sous la barre des 200 M€ en 2016.

"Les collectivités ont besoin de plus de planification car les stratégies de financement sont différentes, abonde Jean-Yves Chapelet, vice-président de la Communauté de communes du Gard rhodanien. Nous avons besoin de la visibilité que nous donnera un guichet unique. Je mets au défi quiconque de monter un projet sans un maximum de financements possible."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :