La RSE vecteur de performances ?

 |   |  1593  mots
Aurélie Armand (Kaliop), Christophe Rey (APF 34), Caroline Cazi (Montpellier Business School), Bernard Augé (Coop de France-LR et CIVL), et Anthony Rey (Objectif LR).
Aurélie Armand (Kaliop), Christophe Rey (APF 34), Caroline Cazi (Montpellier Business School), Bernard Augé (Coop de France-LR et CIVL), et Anthony Rey (Objectif LR). (Crédits : Edouard Hannoteaux)
La RSE n’est pas qu’un concept abstrait, encore vague pour certaines petites entreprises. Objet de recherches et d’études, la démarche se révèle levier de performances. Comment déployer ces démarches ? Le territoire peut-il les favoriser ? Objectif Languedoc-Roussillon a créé l’événement sur ce sujet le 26 avril. Réponses.

La question de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est désormais entrée dans le langage économique. Elle est pourtant encore plutôt l'apanage des grands groupes, mieux dotés de moyens et d'outils pour mettre en œuvre de telles démarches que des TPE ou PME auxquelles la notion même échappe souvent. Pourtant, la RSE se révèle comme un véritable levier de performances pour l'entreprise et d'attractivité pour un territoire.

Comment répandre ces pratiques vertueuses à l'échelle d'un territoire dont le tissu économique est composé à 98 % de TPE-PME ? Le 26 avril au Gaumont Multiplexe de Montpellier, Objectif-Languedoc Roussillon et FACE Hérault organisaient un événement dédié à la question. Quelque 150 personnes étaient présentes pour écouter dix intervenants nationaux et régionaux.

Augmenter la performance de 13 %

Salima Benhamou, économiste au département Travail-Emploi-Compétences chez France Stratégie*, présentait les résultats de deux enquêtes statistiques, menées auprès de plus de 8 500 entreprises de plus de dix salariés, regardant à la loupe quatre domaines de la RSE : environnement et éthique (labels), ressources humaines, relations fournisseurs et relations clients.

RSE

« La RSE permet d'augmenter la performance des entreprises de 13  %, mais sur une stratégie qualité et non un empilement d'actions, énonce l'économiste. La démarche doit être intégrée à la stratégie globale de l'entreprise. Les entreprises performantes et « responsables » sont celles de grande taille, orientées vers le marché international, en bonne santé économique, qui appartiennent à des réseaux ou des groupes d'entreprises, et qui ont des stratégie de marché particulières, orientées vers l'innovation et la qualité. »

Comment inciter les entreprises à lancer une telle démarche ? L'étude de France Stratégie révèle que la contrainte réglementaire augmente la probabilité de l'adoption des pratiques RSE, mais que l'impact positif est corrélé à la combinaison de cette obligation avec une démarche volontaire de l'entreprise. Quant à la carotte financière, elle ne fonctionne pas...

Les experts-comptables, de par leur mission quotidienne dans les entreprises, peuvent être des vecteurs incitatifs auprès des dirigeants de TPE-PME.

RSE

« L'Ordre veut accompagner les experts-comptables dans la démarche de conseil, de pédagogie, témoigne Boris Ricard, représentant l'Ordre des experts-comptables de la région de Montpellier. Ils peuvent faire remonter des indicateurs permettant de mesurer une performance. Ils se doivent de faire prendre conscience aux dirigeants que piloter une entreprise, c'est aussi anticiper et établir une stratégie. »

« Nous privilégions une approche stratégique et territoriale de la RSE, ajoute Salima Benhamou. Nous préconisons la création de plates-formes RSE territoriales incluant tous les acteurs afin que les entreprises puissent être accompagnées en amont et aval dans l'élaboration d'une stratégie cohérente avec le territoire. Une plate-forme peut aussi être un moyen pour les entreprises de s'auto-évaluer. »

Un territoire juste, égalitaire et attractif

La région Occitanie s'est illustrée en 2016 en produisant deux pépites en matière de RSE : APF 34 obtenait alors le score le plus élevé de l'évaluation AFAQ 26 000 menée par Afnor Certification et récompensant la politique de RSE des PME, juste devant les Laboratoires Pierre Fabre (Tarn).

RSE

« La CCI Hérault est la 1e et la seule à avoir obtenu le label Diversité, tout comme Montpellier Business School, ajoute Christine Sorli, déléguée régionale du Groupe Afnor. Chez les élus, la Ville de Montpellier est la 1e ville, avec Limoges, à avoir créé une commission Éthique. Et Henri Cabanel (sénateur de l'Hérault, NDLR) est le seul à avoir fait évaluer son cabinet parlementaire. »

Mais il s'agit là de démarches individuelles. Et la déléguée de l'Afnor observe que « le soufflet retombe un peu par rapport à d'autres régions comme Nouvelle Aquitaine ou Rhône-Alpes... Il faut qu'on se réveille au niveau collectif ! ».

La dynamique collective passera obligatoirement par l'engagement de tous les acteurs du territoire, la création de dispositifs et l'implication d'entreprises en grand nombre. Mais surtout l'implication des collectivités et des élus eux-mêmes, qui doivent être des facilitateurs.

RSE

« L'étape d'après, ce sont les collectivités, confirme Clare Hart, présidente de Face Hérault et élue de la CCI 34. Je crois à l'effet guichet unique... Les TPE ont peu de temps pour ces démarches, il faut leur proposer des outils, comme les formations de la CCI. Et il serait important d'inclure des critères de responsabilité sociétale dans les appels d'offres. Ici, des entreprises exemplaires perdent des marchés au profit d'entreprises européennes... Si nous avançons de manière collective, nous pourrons faire la promotion d'un territoire juste, égalitaire, et donc attractif.

« La Région Occitanie a annoncé qu'elle allait mettre en place un critère d'éco-conditionnalité RSE pour l'attribution de subventions », rappelle Salima Benhamou.

Filière numérique : se réveiller

Dans la filière numérique, pourtant très précurseur en de nombreux domaines, la démarche RSE n'est pas encore tant répandue. Elle a pourtant trouvé un porte-parole convaincu en la personne du président du cluster FrenchSouth.digital et président de l'entreprise Kaliop, Pierre Deniset.

RSE

« Au cluster on a voulu "se réveiller", raconte-t-il. La réflexion est en route. Nous avons mis en place un colloque Green IT Day pour prendre conscience de l'impact environnemental de nos activités numériques, ainsi que des outils proposés par la CCI, comme le Green Concept... Il faut avoir en tête que le financement du développement des entreprises sera de plus en plus conditionné à des démarches RSE. »

Chez Kaliop justement, la démarche est venue bousculer un fonctionnement ronronnant.

« Nous avons créé les conditions pour que les parties prenantes, notamment les salariés, s'y investissent, en commençant par faire de la pédagogie, explique Aurélie Armand, responsable RH. Nous avons mis en place cinq groupes de travail sur la gouvernance, l'environnement, l'éthique, le sociétal et le social. Mais ce n'est pas simple car ça invite au changement, ça remet en question. »

Et la jeune femme l'assure : la démarche constitue un avantage concurrentiel et favorise l'attractivité des talents et la fidélisation des collaborateurs.

Un rôle d'évangélisation

Même écho positif chez APF 34, entreprise d'insertion et d'inclusion sociale pour personnes handicapées, qui a remporté, grâce à sa démarche RSE, un appel d'offres national d'envergure pour Pôle Emploi.

« Nous avons un rôle d'évangélisation de la démarche, afin que cela se traduise par des actes chez les acteurs publics qui doivent arrêter de considérer le prix comme seul élément majeur, souligne Christophe Rey, directeur de APF 34. Si on l'intègre en amont dans la stratégie de l'entreprise, à la sortie on fait des économies.

Parmi les actions concrètes de APF 34 : une attention portée aux volumes des nouveaux locaux construits générant des économies de chauffage, une gestion des déchets qui rapporte de l'argent, ou une assistante sociale qui vient tenir quelques permanences pour les salariés en difficultés.

« Parfois, il faut aussi juste se dire que c'est bien, pour les salariés par exemple, sans se demander ce que ça va rapporter... », ajoute Christophe Rey.

Caroline Cazi, directeur des ressources humaines, de la diversité, de la RSE à Montpellier Business School (MBS), peut aujourd'hui témoigner d'un retour d'expérience sur l'égalité des chances, démarche la plus ancienne mise en place au sein de l'école.

« C'est celle qui a créé le plus de polémique. Nous sommes obligés de prouver combien c'est performant... Aujourd'hui, plus de 30 % des étudiants n'acquittent pas de droits de scolarité. L'engagement de MBS est l'un des 3 principaux atouts que nos étudiants mettent en avant quand ils choisissent notre école. »

Mais elle regrette que ce critère soit encore peu pris en compte pour les évaluations des grandes écoles, notamment lors des classements réalisés par la presse.

Mettre de l'éthique dans le monde des affaires

Un dernier témoignage est venu donner un éclairage international : celui de l'entreprise Zendesk, installée à San Francisco, et dont le bureau en France, Bime by Zendesk, est à Montpellier.

RSE

« À San Francisco, nous avons installé le siège dans un quartier défavorisé afin de contribuer à sa redynamisation et de permettre aux gens qui y vivent d'y vivre mieux, raconte Magali Bonnafous, office co-ordinator chez Bime by Zendesk. Derrière notre démarche, il y a des valeurs, des résultats sur un territoire. C'est une réponse pour remettre un modèle éthique dans le monde des affaires. »

Aujourd'hui, la Zendesk Neighbor Foundation, financée par une participation sur les contrats des clients (1 $ par contrat la 1e année), fournit un support financier ou stratégique pour toutes les autres entreprises qui s'engagent dans la réhabilitation du quartier et le soutien à la communauté locale sur des questions comme le droit au logement, la lutte contre la pauvreté ou l'accès au numérique pour tous.

À Montpellier, la démarche se traduit par différentes actions : du parrainage en recherche d'emploi avec Face Hérault, des actions en faveur des collèges et lycées, un soutien à Montpellier Pride, ou un partenariat avec l'Esat La Bulle Bleue (Esat) où les salariés peuvent s'investir comme bénévoles mais sur leur temps de travail.

* Organisme de réflexion, d'expertise et de concertation placé auprès du Premier ministre, à l'initiative d'une plate-forme nationale d'actions globales pour la RSE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :