Transition énergétique : les professionnels assez confiants

 |   |  552  mots
La loi sur la transition énergétique prévoit l'installation de 40 GW dans l'éolien d'ici 2020
La loi sur la transition énergétique prévoit l'installation de 40 GW dans l'éolien d'ici 2020 (Crédits : reuters.com)
Lors du salon Énergaïa, organisé les 10 et 11 décembre à Montpellier, les institutionnels et patrons de la filière ont fait état de bonnes perspectives liées à la récente loi, avec notamment 7 000 emplois prévus d'ici 2020 sur le seul volet de la rénovation énergétique.

Le Forum des énergies, Énergaïa, a axé une majeure partie de sa première journée, le 10 décembre, autour des nouveaux enjeux économiques définis par la loi sur la transition énergétique, votée en octobre 2014. Le Conseil régional, par la voix de Raphaëlle Vienot, a rappelé l'ampleur "des opportunités à saisir", dont certaines ont été estimées dans le cadre du Schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE), adopté en 2012.

"Avec la moitié du parc régional de logements construit avant 1975, la rénovation énergétique, qui est un chapitre essentiel du SRCAE, pourrait générer un chiffre d'affaires de 6,5 Mds € et la création de 7 000 emplois si nous rénovons seulement 120 000 logements d'ici 2020, énonce la chef de service Plan climat, énergies et déchets de la Région. Pour les énergies renouvelables, et dans la même perspective de 2020 fixée par la nouvelle loi, l'investissement en région pourrait atteindre les 10 Mds €, avec 10 000 emplois créés sur la phase études, et 2 000 sur la maintenance et l'exploitation."

Arnaud Mine, P-dg de la société Urbasolar et président de la branche solaire photovoltaïque du SER (Syndicat des énergies renouvelables, 450 entreprises adhérentes) a dressé un bilan de santé positif de la filière régionale : 60 entreprises, 1 000 emplois, constituant selon lui "une réalité industrielle qui a sa pertinence sur toutes les filières : éolien, solaire, biomasse, etc." À la condition que les politiques publiques, rajoute-t-il, aient "un contenu réel".

"Notre secteur a connu des turbulences, en raison notamment d'appels d'offres qui, sur le photovoltaïque, étaient promis à un rythme régulier... mais la réalité a été toute autre, souligne-t-il. L'objectif de 32 % d'énergies renouvelables d'ici 2020 défini par la nouvelle loi est de nature à sécuriser le marché pour les entreprises. Il est en effet prévu d'installer 40 GW sur l'éolien terrestre, 15 GW sur l'éolien off-shore, et 30 GW sur le photovoltaïque. Mais des inconnues demeurent. Le réel enjeu, c'est la politique de l'État sur la période 2015-2020."

Une charte en 7 engagements

Pour donner une nouvelle impulsion à sa politique de soutien à la filière, la Région a présenté une Charte d'engagement "en faveur de la croissance verte et des emplois durables", signée avec des entreprises leaders en région (EDF, La Compagnie du Vent, Quadran, Urbasolar, etc.). L'accord consiste en sept engagements, déclinant la volonté de "stimuler l'émergence de projets de qualité et ancrés dans notre région, en facilitant les rapprochements entre acteurs publics et privés", ou d'"inspirer des solutions énergétiques innovantes, adaptées au contexte méditerranéen et au marché international (éolien flottant, solaire à concentration, autoconsommation, bâtiment à énergie positive, réseaux intelligents...)".

Accord EDF-Conseil régional

La même thématique de la transition énergétique a motivé le renouvellement, le même jour, d'une convention entre EDF et la Région, après deux accords similaires signés en 2008 et 2011. Conclue sur 2014-2016, elle conduira EDF à soutenir la Région dans son ambition de multiplier par quatre la production d'énergies renouvelables d'ici 2020 en partageant son expertise, en soutenant des initiatives locales, et en participant aux commissions du Parlement de la Mer (éolien off-shore, pompes à chaleur marines).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2014 à 10:12 :
Par "notre" transition énergétique nous donnerons du travail a toute l'union européenne, mais pas au français, par la simple présence du "travailleur détaché" irresponsable et de l'entreprise étrangère ultra concurrentielle!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :