Énergie : le groupe coopératif agricole Maïsadour verdit son approvisionnement

 |   |  642  mots
La signature du contrat entre Maïsadour, Agregio et EDF Renouvelables a eu lieu en présence de Philippe Carré (directeur général de Maïsadour), de Sylvain Guédon (directeur général délégué d’Agregio), d’Olivier Roland (directeur d’EDF Commerce pour la région Sud- Ouest) et de David Augeix (directeur Région Sud d’EDF Renouvelables).
La signature du contrat entre Maïsadour, Agregio et EDF Renouvelables a eu lieu en présence de Philippe Carré (directeur général de Maïsadour), de Sylvain Guédon (directeur général délégué d’Agregio), d’Olivier Roland (directeur d’EDF Commerce pour la région Sud- Ouest) et de David Augeix (directeur Région Sud d’EDF Renouvelables). (Crédits : DR)
Ce sont 12 MW d’électricité éolienne par an (15 % de ses besoins annuels) que le groupe coopératif agricole Maïsadour sécurise en signant, le 27 août, un contrat Power Purchase Agreement avec EDF dans l’Aude. C'est le 1er contrat de ce type pour une coopérative agricole, et le 3e en France.

Le groupe coopératif agricole Maïsadour (5 000 adhérents, 1,3 Md € de chiffre d'affaires, siège social à Mont-de-Marsan dans les Landes) a signé le 27 août, dans l'Aude, un Power Purchase Agreement (PPA), contrat d'achat d'électricité innovant afin de "verdir" son approvisionnement en énergie, avec deux filiales du groupe EDF, Agregio (agrégateur au service des producteurs d'électricité et des entreprises industrielles et tertiaires, créé en 2017) et EDF Renouvelables.

Le PPA est un contrat d'achat direct d'énergie de long terme, signé de gré à gré entre un producteur d'énergies renouvelables et un consommateur professionnel. Pour les producteurs, c'est une des alternatives possibles à la sortie progressive des installations de production d'électricités renouvelables (15 ans pour les parcs éoliens) du mécanisme d'obligation d'achat, dans le cadre d'une vente directe sur les marchés.

Ce qui sera le cas du parc éolien Fitou 2, situé sur la commune de Fitou (11) et exploité par EDF Renouvelables, début 2021.

"Pour un parc qui sort de l'obligation d'achat, nous avons plusieurs alternatives, comme le repowering (renouvellement du parc avec remplacement des éoliennes, NDLR) par exemple, explique David Augeix, directeur région Sud de EDF Renouvelables. Mais faire évoluer un parc avec des éoliennes de plus grand gabarit n'est pas toujours possible, la réglementation s'étant durcie. Quand les éoliennes sont en bon état, comme à Fitou où leur durée de vie peut largement dépasser les 20 ans, on cherche des débouchés économiques via des grossistes comme Agregio."

Pas de dépendance aux marchés de l'électricité

À compter janvier 2021, et pour une durée de trois ans, Maïsadour achètera donc la totalité de l'électricité produite par le parc éolien audois, soit 12 MW par an, représentant 15 % de ses besoins.

"Maïsadour est le premier groupe coopératif à signer ce type de contrat, déclare Philippe Carré, directeur général de Maïsadour. Les coopératives agricoles ont des activités gourmandes en énergie, comme le séchage du maïs par exemple... Cette signature s'inscrit dans une démarche d'économie et d'efficacité énergétique engagée depuis plusieurs années déjà par le groupe."

L'électricité est rachetée pour un tarif fixe (mais non dévoilé), qui garantit une stabilité de sa facture énergétique au consommateur le temps du contrat.

"Le tarif négocié est compétitif par rapport à une énergie traditionnelle, confirme Philippe Carré. C'est un moyen, pour Maïsadour, de ne pas être dépendant des variations des marchés de l'électricité durant trois ans."

"Un acte politique récent"

En France, deux autres contrats PPA ont déjà été signés : le 1er accord, en février 2019, a engagé EDF avec la principauté d'Andorre, prévoyant l'importation d'électricité française formée en partie d'électricité verte issue de parcs éoliens et solaires situés en Occitanie (les parcs éoliens de Lou Pahou à Mende et Aumelas au nord de Sète).

Un 2e contrat a été signé en mars 2019 entre Agregio et Metro pour l'achat de l'intégralité de la production d'énergie d'un parc éolien situé en Eure-et-Loir et exploité par Eurowatt.

"Cette volonté de rachat d'énergie verte est un acte politique récent dans les consciences, mais ça va se développer de plus en plus, les gros consommateurs étant de plus en plus sensibles à l'origine de l'électricité", observe David Augeix.

"C'est une 1e étape d'un plan pour atteindre le taux de 25 % d'énergie verte, ajoute Philippe Carré. Cela pourra se faire par d'autres contrats de ce type. Par ailleurs, nous avons déjà des adhérents qui ont équipé leurs bâtiments agricoles de panneaux photovoltaïques, et nous travaillons sur le projet d'une ferme photovoltaïque de 2 ha, en autoconsommation, qui verra le jour en 2020 sur le site du siège du groupe."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :