Doublement de l'A9 : le plus gros chantier autoroutier est lancé

 |   |  557  mots
Le doublement de l'A9 sera terminé fin 2017.
Le doublement de l'A9 sera terminé fin 2017. (Crédits : Christine Caville)
Tous les acteurs impliqués de près ou de loin dans le doublement de l’A9 (partenaires, entreprises, collectivités) étaient réunis, le 29 octobre à Lattes, aux côtés de Pierre Coppey, président de Vinci Autoroutes. Un chantier de 800 M€, qui emploiera des milliers de salariés.

100 000 véhicules/jour, et même 140 000 en période de pointe, sur l'A9. Parler de véritable congestion de cet axe est presque un euphémisme. Une situation due à l'absence d'itinéraire alternatif qui fait se retrouver sur ce même bitume usagers locaux, automobilistes de passage et poids lourds.

Le chantier de doublement de l'A9 (25 km, dont 12 km de voies nouvelles) devrait livrer fin 2017 une nouvelle autoroute (A9 bis) accueillant les véhicules de passage qui ne s'arrêteront pas à Montpellier. L'autoroute actuelle deviendra un boulevard périphérique, entièrement gratuit.

Le chantier était inauguré officiellement mercredi 29 octobre à Lattes, à l'Espace « Déplacement de l'A9 », dévoilé par la même occasion et dont la vocation est de renseigner les usagers.

« Cet ouvrage va donner naissance à la ceinture urbaine qui manque aujourd'hui cruellement à Montpellier, déclare Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de l'Agglomération, à la tribune. Toutes les grandes métropoles ont des voiries de contournement et Montpellier fait partie des quelques-unes qui n'en ont pas encore... Ce sera une plus-value incroyable pour toute l'économie du territoire. »

« Ce doublement de l'A9 sera un axe majeur de circulation en Europe et pour notre région, affirme Damien Alary, président du Conseil régional Languedoc-Roussillon. Ce tronçon va changer le quotidien de nos concitoyens. Et ces travaux, ce sont d'abord des emplois. »

Le projet, confié par l'État à ASF (Vinci Autoroutes), nécessite un investissement de 800 M€.

« Ce projet est financé par le péage, et donc par les usagers de l'autoroute, rappelle Pierre Coppey, directeur général délégué de Vinci et président de Vinci Autoroutes. Ce qui signifie que les 800 M€ mobilisés sont des fonds privés qui ne coûtent rien aux contribuables. »

Il salue les « efforts de concertation qui se poursuivent », annonçant que six agents de concertation locale ont été recrutés pour être au contact des riverains.

Selon les estimations d'ASF, le chantier devrait connaître un pic d'activité jusqu'à la mi-2015.

« Ce projet est le plus grand projet d'autoroute actuellement en France, et avec deux autres chantiers d'envergure, ferroviaires ceux-là (LGV Sud Europe Atlantique et la LGV Bretagne-Pays de la Loire, NDLR), ce sont d'énormes pourvoyeurs d'emplois, souligne Pierre Coppey. Construire une autoroute, c'est l'ouvrage d'un concessionnaire mais aussi d'une centaine d'entreprises et de milliers de salariés. Le chantier aura généré trois millions d'heures de travail, et les salariés sont des gens d'ici, des locaux. »

Avec le contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier (CNM), soit 2 Mds € d'investissement, ce sont près de 3 Mds € qui seront injectés sur le territoire entre 2013 et 2017, a rappelé le représentant du préfet Pierre de Bousquet.

« Lors d'une conférence téléphonique avec Matignon hier, j'ai demandé à ce que le contrat de plan État-Région 2015-2020 soit revu à la hausse sur le volet mobilité, annonce Damien Alary. Je compte bien obtenir gain de cause. »

Le chantier en chiffres :

  • 138 réseaux à déplacer (électricité, gaz, eau, télécoms) pour un coût de 50 M€.  80 % ont déjà été réalisés.
  • 450 d'acquisitions foncières sur 25 km de chantier.
  •  2 nouvelles gares de péage : Baillargues et Saint-Jean-de-Védas.
  • 15 000 mètres de mur anti-bruit.
  • 1 500 personnes mobilisées sur le chantier au pic des travaux en 2015.
  • 3 millions d'heures travaillées.
  • 100 000 véhicules/jour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2014 à 0:08 :
Cher Jean-Claude GALLO, avez-vous une raison majeure pour ne pas publier les dommages sur la santé publique que génèrera la DUP de l'A9?
a écrit le 03/11/2014 à 13:02 :
Quelle belle presse pour un projet illégal.
a écrit le 03/11/2014 à 8:34 :
Est-il possible d'obtenir une carte détaillée du tracé du tronçon de l'A9bis et de la ligne du TGV ? Merci.
a écrit le 31/10/2014 à 22:40 :
Le fonctionnement du réseau autoroutier est un service public qui rend service à tous les Français, il permet non seulement à la majorité des Français de se déplacer plus facilement, rapidement et surement (500 à 1000 morts de moins que si nous n'avions que les routes normales pour se déplacer), mais encore il rend moins couteux et dangereux le transport de la majorité des marchandises que les Français consomment pour vivre.
Plusieurs raisons pour que ce soit un service public (quasi)gratuit, alors qu'il y a tant de services publics gratuits ou quasi gratuits comme les transports en commun de nombreuses villes qui ne profitent qu'à une petite part de la population (habitant surtout le centre-ville) et devraient être plus payés par leurs usagers. La gratuité ou la baisse des péages n'est pas une augmentation de fiscalité, dont le gouvernement se goinfrerait encore, aux dépens des automobilistes.

Vues les conditions de concession, plus taxer les bénéfices est une façon hypocrite de faire payer cette taxe d’un gouvernement rapace par la hausse des péages sur l'automobiliste. Le gouvernement prend déjà 3 milliards par an sur les péages qui se rajoutent aux 2 milliards de bénéfices des sociétés autoroutières, tous aux dépens de l'usager.

Il faut baisser les péages pour des raisons de base. Les péages perçus sont exagérés par rapport à la simplicité et au peu de risque
financier de cette rente. Ces péages auraient dû rapporter quelques % des frais de fonctionnement de l’entreprise et des 15 milliards d’achat par ces
sociétés (livret A 1%), soit un bénéfice net de 1/2 milliard par an, 5 milliards depuis la privatisation. Ces sociétés ont aussi manipulé les tarifs, spoliant les citoyens. D’où 10 milliards de bénéfice indu sur les 15 milliards depuis privatisation.

La hausse de la valeur des autoroutes est due aux forts péages sur les automobilistes, qui les ont payées en impôts et péages. Il faut une baisse de la rente des concessions, surtout pas de prolongation de concession qui accroitrait la bulle du prix des autoroutes, une nouvelle faute et arnaque gouvernementale contre les usagers, après la faute de la privatisation Jospin-Villepin.
Le prix payé bradé pour la prolongation d'environ 3 ans des concessions est d'ailleurs une hausse des commandes publiques au secteur des TP des sociétés autoroutières. Secteur qui récupère donc le plus gros de ce prix en salaires et bénéf., commissions sur sous traitants,… la grosse cerise sur le gâteau. Cette prolongation est pourtant un moyen de pression du gouvernement sur ce secteur qui risque de voir s'échapper le superbénéfice de 3 fois 2 milliards par an, soit la somme énorme de 400000 euros de bénéfice pour chacun des 15000 emplois que les concessionnaires promettent de créer, quelle confiance accorder à cette promesse de gens qui spolient les Français ?

Les autoroutes valent les 15 milliards de la privatisation sauf si l’achat a été sous-payé, plus l'inflation et les améliorations. Sans les 10 milliards de bénéfice indu il reste vers 8 milliards d'euros à rembourser et 1/2 milliard de bénéfice par an: il faut 1 milliard de surplus sur les péages.
Pour les usagers, c'est 1 milliard de gagné sur le bénéfice et 1 autre milliard sur les impôts sur ces activités et bénéfice, d'où 2 milliards en moins en péages pour les particuliers. Ce qui relancera la consommation des ménages.
Pour tenir compte qu'un poids lourd use plus les chaussées qu'un millier de voitures, les tarifs poids lourds sont à maintenir, sauf ceux des poids lourds étrangers à augmenter (par une vignette à payer, pour qu'ils participent autant que les Français à l'entretien des infrastructures qu'ils utilisent).

Avec un péage diminué de 25-30%, plus d'automobilistes utiliseront ces
autoroutes au lieu des routes normales, d'où quelques milliers de vies et donc milliards économisées d'ici la fin des concessions. Et il y aura un plus grand nombre de péages payés. Cela diminue le déficit de la France et augmente sa richesse, car une grande partie des autoroutes sont maintenant la propriété de sociétés étrangères et une grande partie des bénéfices va à l'étranger.
a écrit le 30/10/2014 à 16:42 :
"L'autoroute actuelle deviendra un boulevard périphérique, entièrement gratuit.".
Donc, quitter la partie payante pour reprendre l'autre partie payante, sera plus cher.
a écrit le 30/10/2014 à 16:41 :
Combien de travailleurs des pays de l'est sur le chantier ?
Réponse de le 30/10/2014 à 20:52 :
combien de français veulent bosser dans le batiment et au smic ? compte les sur les doigts de la main.
a écrit le 30/10/2014 à 14:21 :
Vu le nombre de passages et le prix, ce sera vite amortit !
a écrit le 30/10/2014 à 12:25 :
L'ultra gauche sait maintenant comment stopper un projet: il suffit d'envoyer une poignée d'excités et tout s'arrête car désormais l'illégalité prévaut.
Réponse de le 30/10/2014 à 14:10 :
j'ai ouï dire que l'outarde canepetière allait être victime de mauvais traitements sur ce chantier. Pas besoin d'ultra gauche
a écrit le 30/10/2014 à 12:21 :
De qui se moque-t-on ? Ce prix correspond au prix du mètre carré dans certains quartiers de Paris ..et sans maison dessus :-)
a écrit le 30/10/2014 à 11:37 :
J'espère qu'il n'y aura pas de problème avec les écologistes comme à Sivens !!
a écrit le 30/10/2014 à 11:32 :
Et où en est le traitement du problème pour A7 compte tenu des millions d'heures d'embouteillages cumulés entre Lyon et Orange.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :