Manger du poisson sur la Lune : l’Ifremer engrange ses premières réussites

 |   |  978  mots
La mission Lunar Hatch (Ifremer) étudie la faisabilité d'envoyer des poissons prêts à éclore sur la future station lunaire européenne afin de contribuer à l'autonomie alimentaire partielle des astronautes.
La mission Lunar Hatch (Ifremer) étudie la faisabilité d'envoyer des poissons prêts à éclore sur la future station lunaire européenne afin de contribuer à l'autonomie alimentaire partielle des astronautes. (Crédits : Henry Romero)
Alors que l’on parle d’envoyer des hommes et femmes pour vivre sur la Lune (et même sur Mars), l’alimentation des astronautes devient un enjeu majeur pour la réussite de ces missions. Afin de pourvoir à leur autonomie alimentaire partielle, un chercheur de l’Ifremer de Palavas-les-Flots mise sur les poissons et travaille sur leur capacité de leurs oeufs à voyager dans l’espace pour éclore sur la Lune. Il s’apprête à faire sa première publication scientifique sur le sujet.

L'idée d'envoyer des hommes et femmes vivre sur la Lune - et même sur Mars - n'est plus une hypothèse mais une ambition sérieuse et concrète. L'alimentation de ces nouveaux pionniers de l'espace devient alors un enjeu majeur pour la réussite de ces missions.

Car manger des produits lyophilisés sur le long terme sur une base lunaire ou martienne n'est pas durable. Si les scientifiques de la NASA expérimentent depuis plusieurs années le jardinage en microgravité (en 2015, les astronautes de la Station spatiale internationale mangeaient la première salade cultivée et récoltée dans l'espace), ce n'est pas suffisant car ce régime expose les astronautes à des carences, notamment en vitamines K, B12 et oméga 3...

Centre européen d'excellence en aquaculture marine, le centre de recherche de l'Ifremer de Palavas-les-Flots (34) étudie les poissons marins, leur génétique, leur système de reproduction, et plus globalement tout ce qui peut favoriser l'aquaculture durable. Il conjugue son expertise avec celle du Centre Spatial Universitaire de Montpellier (CSUM) au sein du programme Lunar Hatch pour remédier à cette problématique de l'alimentation des astronautes.

Le pari du poisson

Cyrille...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :