Exavision fournira 1 000 mini-caméras à la Police Nationale

 |   |  527  mots
Les caméras-piéton d'Exavision équipent les policiers français à la boutonnière.
Les caméras-piéton d'Exavision équipent les policiers français à la boutonnière. (Crédits : Exavision)
La PME gardoise Exavision, fournisseur récurrent du ministère de l’Intérieur, vient de se voir confirmer la reconduction de son contrat sur les caméras-piétons destinées à la Police Nationale. Soit une nouvelle commande de 600 000 €.

La PME gardoise Exavision, créée en 1990 par Éric Nascimben et installée à Milhaud (30), est spécialiste de l'optronique et des équipements de sécurité intérieure, et accompagne ses clients dans l'exploration et l'expertise télévisuelle en milieux extrêmes, mais aussi participe à la protection des biens et des personnes en zones sensibles et en conditions hostiles.

C'est elle qui, en 2011, a remporté l'appel d'offres du ministère de l'Intérieur pour l'équipement en mini-caméras portatives des policiers français, afin qu'ils puissent filmer leurs interventions.

Si l'entreprise n'est pas fabricante du produit, conçu par une société anglaise, elle l'a adapté à la demande du ministère, et elle fournit accessoires, formation et SAV.

« La demande du ministère était de fournir le produit, la garantie, la maintenance, la formation, le logiciel d'utilisation, précise Éric Nascimben, le dirigeant fondateur d'Exavision. Aujourd'hui, nous avons créé une station de réparation et de maintenance qui effectue les échanges et la réparations de ces caméras. »

La première commande de 300 caméras est tombée en 2013, et 540 caméras-piéton supplémentaires ont été commandées en septembre dernier. Mais jusqu'à cette semaine, l'entreprise n'était pas certaine de fournir les 6 000 caméras que doit acheter le ministère pour équiper la Police nationale.

« Nous avons eu confirmation de notre contact au ministère de l'Intérieur cette semaine que notre contrat, arrivant à échéance début 2015, serait reconduit pour une année. »

Le dirigeant s'attend donc à une nouvelle commande de 1 000 caméras fin 2014 ou début 2015 de la part du ministère, dont il est fournisseur depuis quasiment la création de l'entreprise. Soit un chiffre d'affaires de 600 000 €.

Exavision, qui compte actuellement 20 salariés, ne prévoit pas de recrutement pour autant.

« C'est une bonne nouvelle, commente Éric Nascimben. Mais aujourd'hui, notre production est dimensionnée pour absorbée cette charge. »

L'entreprise vise déjà d'autres marchés pour cette mini-caméra embarquée à la boutonnière chez les policiers.

« Nous serons présents à Expoprotection, le Salon de la prévention et de la gestion des risques, à Paris du 4 au 6 novembre, annonce le dirigeant. Nos produits peuvent être utilisés par des intervenants comme les sapeurs-pompiers, les agents amenés à entrer en contact avec le public, par exemple à la RAPT ou à la SNCF. Mais aussi les vigiles, et tous les gens qui travaillent dans des conditions difficiles et peuvent filmer leurs interventions pour servir de formation aux autres unités. »

Exavision réalise aujourd'hui 30 % de son chiffre d'affaires (4,2 M€) à l'export (en Grande-Bretagne, Afrique du Sud ou pays du nord), dont une grande partie avec des donneurs d'ordres indirects français. Et vise également de nouveaux développements sur les marchés internationaux.

« L'an dernier, nous avons recruté un directeur commercial pour cette mission, précise Éric Nascimben. La mini-caméra est un produit que nous allons par exemple promouvoir auprès des pays francophones d'Afrique notamment. »

L'entreprise réalise 60 % de son activité dans le secteur de la défense. Elle compte parmi ses clients des grands comptes comme Thalès, Nexter, la DCNS, l'Armée de Terre, Siemens, Areva, EDF, Cegelec.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2016 à 15:19 :
bonjour,
quel sont les tarifs de vos caméras piéton,
Merci

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :