Ingévin lance Eode, concept de chai préfabriqué et durable

 |  | 735 mots
Lecture 4 min.
Eode est une solution de cave modulaire semi-enterrée préfabriquée, permettant d’organiser la cave d’un point de vue rationnel en divisant par trois le volume nécessaire à la vinification tout en garantissant un haut degré de qualité.
Eode est une solution de cave modulaire semi-enterrée préfabriquée, permettant d’organiser la cave d’un point de vue rationnel en divisant par trois le volume nécessaire à la vinification tout en garantissant un haut degré de qualité. (Crédits : Ingevin)
Le bureau d’ingénierie viticole Ingévin, basé à Montpellier et Toulouse, lance Eode, une cave préfabriquée permettant de multiplier par trois le volume de vin vinifié. Déjà testé dans le Vaucluse, le concept breveté pourrait séduire le marché viticole international.

Spécialisée dans la maîtrise d'œuvre en process et bâtiment, la société Ingévin, dont le siège social est à Toulouse mais les bureaux techniques à Montpellier, mène des projets pour les caves viticoles, les sites de conditionnement, les caveaux de vente et locaux tertiaires associés. La PME (14 collaborateurs) gère en moyenne une quinzaine de projets annuels et a réalisé en 2020 un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros.

« Notre équipe pluridisciplinaire (anciens dirigeants de site, œnologues, architectes, ingénieurs techniques, NDLR) favorise des lectures transversales de projets complexes réellement adaptés aux besoins des clients, explique Rémy Paquentin, architecte et directeur d'Ingévin. C'est dans ce contexte que nous avons mis au point et breveté Eode, concept de chai ergonomique, œnologique, durable et économique. »

Une emprise au sol réduite de moitié

Soutenue et financée en partie par la Région Occitanie, Eode est une solution de cave modulaire semi-enterrée préfabriquée, permettant d'organiser la cave d'un point de vue rationnel en divisant par trois le volume nécessaire à la vinification tout en garantissant un haut degré de qualité.

Les cuves en béton carrées sont organisées en trois dimensions autour de l'opérateur (cuve dessous, sur le côté et dessus).

« A l'inverse des chais classiques, Eode inverse le rapport à 2/3 vin et 1/3 air, explique le dirigeant d'Ingévin. Destiné à des projets de 600 à 1.0000 hl, le concept permet d'atteindre un niveau de densité d'atelier inégalé : emprise au sol réduite de moitié, moins de distance à parcourir pour les opérateurs, surfaces de nettoyage et volumes à climatiser moindre... On gagne ainsi en rentabilité et en capacité d'intervention. Pour les vignerons, le fait de préserver leur site historique a un intérêt patrimonial et s'inscrit dans une démarche vertueuse. »

Un coût comparable à une cuverie classique

Après avoir breveté sa solution, le bureau d'ingénierie vinicole Ingévin, a pu tester son prototype hors sol in situ, lors des dernières vendanges de la cave coopérative de Bonnieux (84).

« Installée dans un bâtiment existant, Eode a permis à la cave d'optimiser le lieu tout en bénéficiant d'une vinification gravitaire dans une cuverie en béton adaptée à la sélection parcellaire, se félicite Rémy Paquentin. Cette première campagne a validé l'ergonomie de l'atelier, ses performances œnologiques, et la préfabrication des modules a permis un chantier dans un temps record - 3 mois - malgré la crise sanitaire. C'est une réussite totale. »

Un constat partagé par Laurent Bouet, le directeur de la cave de Bonnieux : « Notre cave vinifie des volumes importants, de l'ordre de 300.000 hectolitres. Comme nous souhaitions aller plus loin dans la vinification des parcelles, il nous fallait de plus petites cuveries. Nous connaissions Ingévin de réputation et leur solution nous a intéressés. Nous avons fait un devis comparatif avec une cuverie classique et le prix était presque similaire : environ 380.000 euros. Le procédé nous a permis de doubler le gain de place avec un itinéraire de vin particulièrement bien calculé. Cette solution ergonomique est aussi évolutive : nous pourrons ainsi, à l'avenir, augmenter le nombre de modules ».

30% du chiffre d'affaires à l'export

Huit projets sont en cours d'étude avec cette innovation, dont la cave coopérative de Sylla à Apt (13), le Château Mérande (73) et un nouveau domaine dans le Gard.

Fort d'un réseau de clients sur l'ensemble du bassin méditerranéen mais également dans des pays viticoles (États-Unis, Amérique du Sud, Russie...) le bureau d'ingénierie veut proposer son innovation à l'international.

« Le projet est de travailler avec nos distributeurs sur des marchés porteurs comme les États-Unis, l'Australie, La Nouvelle Zélande... Nous réalisons actuellement 10 à 20% de notre chiffre d'affaires à l'export, et nous visons les 30% à moyen terme, ambitionne le directeur d'Ingévin. Sur ces marchés, nous basculons du statut de maîtrise d'œuvre à fournisseur d'équipement. »

En parallèle, la société développe d'autres systèmes.  Elle a notamment mis au point un brevet de cave circulaire, expérimenté récemment à Marseillan (34), et travaille sur d'autres innovations.

« Notre expertise nous aide à penser la simplification des chaînes de production et de valeur à grande échelle, conclut Rémy Paquentin. D'ici la fin de l'année, nous devrions lancer de nouveaux systèmes visant à repenser le process de vinification dans sa globalité. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :