Windelo construira des bateaux éco-responsables à Canet-en-Roussillon en 2019

 |   |  599  mots
Visuel 3D d'un des bateaux éco-responsables imaginés par Windelo
Visuel 3D d'un des bateaux éco-responsables imaginés par Windelo (Crédits : Windeo)
Le pôle nautique de Canet-en-Roussillon (66) accueille un nouvel acteur : Windelo. Cette marque de catamarans à voile y lance un chantier naval où seront assemblés dès mi-2019 des bateaux éco-responsables selon un process innovant, le tout au sein d’une usine fabriquée à partir de conteneurs recyclés. Les premières livraisons devraient intervenir courant 2020.

"L'entreprise s'inscrit depuis le départ dans une démarche d'éco-responsabilité dans la production nautique", explique le fondateur de l'entreprise Olivier Kauffmann, ancien DG et président du directoire de Décathlon, fondateur des sociétés Cabesto, réseau de magasins spécialisés dans les loisirs sportifs, et d'OrangeMarine, spécialisée dans la vente en ligne d'équipements pour les bateaux et de mode marine.

Des composants plus respectueux de l'environnement

Dans sa démarche écologique, Windelo a par exemple supprimé la fibre de verre ou encore la mousse PVC parmi les composants au profit de matériaux alternatifs moins polluants (impact dans la nature divisé par 10), développés en partenariat avec les chercheurs du Centre des Matériaux des Mines d'Alès (C2MA - IMT Mines Alès), dans le Gard.

Une étude matériaux financée notamment avec une subvention de 200 000 € obtenue auprès de l'Ademe. L'entreprise, pour son côté innovant, a également reçu une subvention de 1,1 M€ de la Région Occitanie pour la partie prototypage des pièces.

"Notre mode constructif est un mode d'assemblage des bateaux qui se passe des moules femelles, ce qui nous permet de limiter considérablement notre impact sur l'environnement mais aussi de nous adapter au marché en sortant des nouveaux modèles très rapidement", poursuit Olivier Kauffmann qui dirige la société auprès de son fils Gautier.

Entourés de références dans le domaine du nautisme (les architectes et ingénieurs navals Christophe Barreau et Frédéric Neuman, et le créateur de Catana, Jean-Pierre Prade), les deux hommes ont également ouvert le capital de l'entreprise à deux actionnaires privés à hauteur de 15 %, "pour renforcer les capacités capitalistiques de la société".

Début de l'assemblage du 1er "Windelo 50" dès mi-2019

Positionné sur un créneau de "bateaux "bons marcheurs", performants, confortables et au design innovant", Windelo, qui compte 10 salariés, va proposer des bateaux longs de 44 à 60 pieds. Le "Windelo 50", long de 50 pieds, sera le premier à sortir des ateliers. Son prix de base sera compris entre 640 000 euros et 849 000 euros HT.

Actuellement dans la phase de prototypage et d'essais (mécanique et résistance des matériaux), Windelo débutera la fabrication des différentes pièces du 1er bateau en mai 2019 au sein de locaux actuellement loués.

L'assemblage du navire interviendra dans une nouvelle usine de 1 700 m2 construite à partir de conteneurs d'occasion, sur un terrain de 3 000 m2. La livraison de cette première tranche d'usine (3,7 M€), qui aura une capacité de production et d'assemblage de six bateaux par an, est prévue mi-2019.

Séduire les marins

Le site de production, qui sera construit en trois tranches, devrait progressivement s'étendre d'ici "cinq à sept ans" sur 7 500 m2 de bâtiments construits sur un terrain déjà réservé de 10 800 m2. Il aura alors une capacité annuelle de production de 25 à 30 bateaux. L'investissement global devrait dépasser les 10 millions d'euros.

Ce plan de développement qui devrait s'accompagner de recrutements (une vingtaine cette année) est toutefois soumis à l'engouement que suscitera la marque auprès des marins, principale cible de Windelo. Les grands salons nautiques de cette année seront l'occasion de mesurer la température et peut-être d'enregistrer des commandes.

Les potentiels clients pourront découvrir une première version "assez significative" du prototype à partir du dernier trimestre 2019 avant la présentation officielle d'une version finie et le lancement commercial du bateau à l'occasion du salon nautique de la Grande-Motte en 2020. Les premières livraisons pourraient quant à elles intervenir courant 2020, révèle Olivier Kauffmann.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :