Construction bois : Selvea sort d'une procédure de redressement judiciaire

 |   |  855  mots
Un module bois en cours de levage sur le chantier de la crèche SNCF à Villiers - Neauphle – Pontchartrain, dans les Yvelines, en région parisienne.
Un module bois en cours de levage sur le chantier de la crèche SNCF à Villiers - Neauphle – Pontchartrain, dans les Yvelines, en région parisienne. (Crédits : Selvea)
L’entreprise héraultaise Selvea, spécialisée dans la conception de bâtiments modulaires bois, sort d’une mauvaise passe. La procédure de redressement judiciaire dans laquelle elle était depuis décembre 2018 s’est terminée positivement le 13 décembre. Son dirigeant Sylvain Fourel revient sur les raisons de ses difficultés et sur ce nouveau départ.

Selvea, installée à Vendargues (34) près de Montpellier, est spécialisée dans la conception de bâtiments modulaires bois. L'entreprise avait été placée en redressement judiciaire le 3 décembre 2018. Elle vient d'en sortir, le 13 décembre 2019.

« Nous avons eu une période de sous-activité assez longue début 2018, ce qui a été difficile pour notre trésorerie et là-dessus est venu se greffer un problème : sur le marché de l'école maternelle de Paris, que nous avions remporté, plusieurs sous-traitants nous ont lâchés dès le début du chantier et il a fallu les remplacer dans des conditions économiques défavorables, explique Sylvain Fourel, le P-dg de Selvea. En tant que titulaire du marché, nous avons porté le chantier à bout de bras. Ce qui nous a mis à genou en termes de trésorerie... Se mettre en redressement judiciaire était un acte de gestion, sinon on déposait le bilan ! Ensuite, nous aurions pu abandonner le chantier, le redressement judiciaire le permettait. Mais nous avons préféré poursuivre car cela aurait mis la Ville de Paris dans une situation compliquée et cela aurait constitué une contre-référence pour nous au lieu d'en faire une vitrine. »

Deux crèches en gare

Selon le dirigeant, l'activité a été « moyennement soutenue » durant la première période d'observation, et à l'issue « l'administrateur et les mandataires étaient très inquiets », raconte-t-il. Cependant, aucun des 32 salariés n'a été licencié durant la période d'observation.

« Nous n'avons pas réduit la voilure, nous avions anticipé la baisse d'activité et nous n'avions donc pas renouvelé certains CDD avant d'être placé en redressement judiciaire. Nous avons même recruté des CDD durant l'année qui vient de s'écouler. »

Durant la deuxième période d'observation, l'entreprise connaît un regain d'activité : « Nous avons même gagné de l'argent... Nous avons livré les chantiers de deux crèches en gare pour la SNCF, à Dammartin-Juilly-Saint-Mard et à Villiers-Neauphle-Pontchartrain dans les Yvelines. Situées en bordure de voies ferrée, elles requéraient des performances acoustiques exceptionnelles... Nous sommes attributaires d'un marché à bons de commande pour la Métropole de Lyon et nous avons aussi livré deux bâtiments, un bloc sanitaire et une loge de gardien pour un collège. Et nous livrons pour le 13 janvier une annexe de collège de 900 m2 dans le centre de Lyon ».

Rénovation énergétique du bâtiment

Le chef d'entreprise se félicite même de finir son exercice, en mars 2020, sur un chiffre d'affaires de 5 M€, quand il était de 3,9 M€ l'année précédente.

« Notre objectif maintenant est de présenter un bilan reconsolidé et purgé d'une partie des dettes accumulées, ajoute Sylvain Fourel. Nos créanciers ont accepté une solution de remboursement des créances courtes et nous repartons sur une situation très assainie, et avec une stratégie offensive sur deux axes : le bâtiment modulaire bois et le dispositif MIREIO. Notre ambition est de doubler le chiffre d'affaires à échelle de trois ans. »

Le consortium d'entreprises MIREIO, dont fait partie Selvea (avec le bureau d'études montpelliérain [email protected] et l'Atelier d'architecture méditerranéen GA), a mis au point une solution innovante de réhabilitation énergétique d'un bâtiment tertiaire par l'extérieur grâce à une vêture bois « intelligente », dotée de divers équipements de gestion et d'optimisation énergétique.

Début juillet 2019, le consortium MIREIO a démarré les travaux de réhabilitation énergétique d'un bâtiment tertiaire, baptisé Inspire, à Castelnau-le-Lez (34) et qui servira de démonstrateur. En juillet également, MIREIO a été sélectionné par le programme d'accélération CleanTech Booster, proposé par l'association CleanTech Vallée dans le cadre du projet de revitalisation du territoire après la fermeture de la centrale thermique d'Aramon (30).

Sylvain Fourel annonce que MIREIO s'est inscrit dans la démarche EnergieSprong. Stratégie d'industrialisation et de massification de la rénovation énergétique, la démarche est portée en France par GreenFlex, filiale de Total, et financée par des financements nationaux et européen. Elle ambitionne « de déployer à grande échelle des rénovations énergétiques zéro énergie en en démocratisant l'accès au plus grand nombre » en proposant de nouveaux standards de rénovation. Le jury qui désignera les lauréats se réunira en mars 2020.

La filière bois sollicitée

Selvea livrera prochainement une petite unité de vie de quatre logements pour personnes âgées dans une commune rurale près de Moulins (Allier), le maire souhaitant permettre aux personnes âgées de rester dans le village. « Un projet qui donne déjà des idées à d'autres maires », observe Sylvain Fourel.

« Nous sommes aujourd'hui très sollicités sur la filière bois, ajoute-t-il, optimiste. Le marché qui était un marché de niche il y a quelques années, se développe. Il y a par ailleurs une forte demande dans le bâtiment d'intégrer des matériaux biosourcés, et le module bois séduit de plus en plus du fait de la rapidité de construction. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :