IoT : le Montpelliérain Kuzzle s'allie à Qwant

 |   |  462  mots
Kuzzle édite une solution de back-end facilitant le développement d'applications IoT et mobiles
Kuzzle édite une solution de back-end facilitant le développement d'applications IoT et mobiles (Crédits : DR)
Qwant, qui se définit comme l'anti-Google français, et Kuzzle (solutions de back-end) vont annoncer un partenariat lors du salon Vivatech, qui débute le 24 mai à Paris. L'opération, visant à optimiser l'accès aux données IoT et open data, devrait accélérer le développement du Montpelliérain en Europe.

Le moteur de recherche français Qwant et la start-up montpelliéraine Kuzzle, éditrice de solutions de back-end, profiteront du lancement de Vivatech, le salon de l'innovation et de la tech qui débute à Paris le 24 mai, pour annoncer un partenariat technologique et en faire les premières démonstrations. Cette coopération vise à optimiser la collecte et la restitution de données issues d'objets connectés.

Plus de transparence

L'outil de Kuzzle est présenté comme "une solution de back-end multidevices, multi plates-formes et multi protocoles" qui, à ce titre, accélère la collecte et le traitement en masse de données hétérogènes issues de l'internet des objets (IoT). À travers cet accord, les requêtes portant sur des sources open data afficheront des données extraites et traitées par la technologie de Kuzzle, tout en permettant à Qwant de rester fidèle à son positionnement d'anti-Google français, en tant que "moteur de recherche respectant la vie privée des utilisateurs".

"Ce partenariat s'inscrit dans notre volonté de décloisonner les sources d'informations pour refléter toute la richesse du web et de l'internet des objets, déclare Éric Léandri, CEO de Qwant dans un communiqué. Le back-end Kuzzle est un relais clef nous permettant d'offrir aux utilisateurs l'accès à des données publiques, qui jusque là étaient inaccessibles."

"Nous apportons une vision de l'open source conçu en transparence, avec la première plate-forme de ce type où le code source est disponible en ligne : cela permet de voir ce qu'on fait des datas, ce qui est un gage d'auditibilité pour la communauté des développeurs", complète Jacques Le Conte, CEO de Kuzzle, interrogé par La Tribune-Objectif.

Accélération en Europe

Pour le Montpelliérain, cet accord avec Qwant, qui revendique 8,7 milliards de requêtes majoritairement en Europe en 2017, devrait se traduire par une accélération de son développement commercial, débuté en janvier 2017 lors du CES de Las Vegas au terme de plusieurs années de R&D. Après une priorité donnée au segment BtoB, de nouvelles cibles sont envisagées.

"L'accord avec Qwant, un moteur grand public, va nous donner plus de visibilité auprès de ce type d'utilisateurs, confirme Jacques Le Conte. Nous démontrons la scalabilité de notre solution, c'est à dire notre capacité à monter fort et vite en termes d'utilisateurs."

Depuis 2017, Kuzzle a enregistré 140 000 téléchargements de sa solution en version libre (mais ne communique par sur le montant des versions monnétisables). Ses principaux marchés sont, à ce jour, l'Europe (France, Grande-Bretagne) et les États-Unis.

Filiale de la société Kaliop, Kuzzle emploie 10 salariés, principalement à Montpellier. Elle compte porter son chiffre d'affaires de "quelques millions" réalisés en 2017/2018 à 25 M€ prévus en 2022.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :