Nepting prévoit de tripler son chiffre d’affaires

 |   |  675  mots
Nepting développe des solutions et services de paiement pour le secteur du commerce (Crédit : Nepting)
Nepting développe des solutions et services de paiement pour le secteur du commerce (Crédit : Nepting) (Crédits : Nepting)
La start-up spécialisée dans la monétique vient d’obtenir, pour sa solution Retail, un 3e agrément du Groupement des cartes bancaires, sésame obligatoire pour déployer ses produits dans les commerces. Elle prévoit d’atteindre le million d’euros de chiffre d’affaires en 2015.

L'agrément du Groupement carte bancaire est le sésame obligatoire pour déployer toute solution de paiement sécurisé en France. Spécialisée dans les solutions et services de paiement pour le secteur du commerce, Nepting, start-up montpelliéraine née en 2012 et accompagnée par le BIC, vient de l'obtenir pour sa nouvelle solution Retail.

« Nous fournissons aux commerces des services de paiements multicanaux, en mobilité, sur bornes de paiement, sur internet, explique Jean-Paul Dalmas, directeur général de Nepting. Et chaque canal doit être agréé par le GIE des Cartes Bancaires. »

En 2014, l'entreprise avait déjà obtenu deux premiers agréments, TPE léger et mPOS (1ère entreprise agréée en France), destinés l'un aux commerces de proximité, l'autre aux petits commerces et artisans en général non équipés en solutions de paiement par carte bancaire.

La solution Retail consiste en un terminal de paiement connecté à une caisse, destiné à équiper les commerces de grande taille type grande distribution ou chaîne de magasins. Elle vient compléter la gamme de solutions de paiement répondant aux évolutions du commerce.

« C'est cet aspect multicanal qui nous différencie de la concurrence, précise Jean-Paul Dalmas. Cela répond aux tendances du commerce d'aujourd'hui, qui diversifie ses formes de vente et a donc besoin de modes de paiement adaptés. »

Perspectives de croissance

Nepting a réalisé un chiffre d'affaires de 300 000 € en 2014. Avec le déploiement commercial de sa solution Retail et la poursuite du développement de tous ses canaux, notamment le mPOS, la start-up prévoit de tripler son chiffre d'affaires pour atteindre le million d'euros.

« Notre système mPOS a acquis la confiance des banques et il été choisi par deux des quatre banques françaises majeures, ce qui nous a permis de démarrer commercialement d'une manière significative, déclare Jean-Paul Dalmas, qui ne souhaite pas donner le nom des banques pour des raisons de stratégie commerciale. Même si le parc reste encore faible, avec 5 000 à 10 000 postes installés en France, les volumes augmentent vite. Les études prévoient plus de 100 000 postes à l'horizon 2016-2017. »

« Aujourd'hui, avec les nouvelles réglementations européennes de sécurité qui se renforcent, il y a un vrai marché, ajoute-t-il. Cet agrément pour la solution Retail est une étape importante. En 2015, nous allons adresser les chaînes de commerce et la grande distribution. »

La start-up affiche ses priorités pour le marché français, mais envisage déjà son déploiement à l'export.

« Notre solution est faite pour s'adapter aux systèmes de paiement d'autres pays. Le premier marché que nous ciblerons est l'Afrique du Nord, que nous connaissons déjà un peu et qui est un marché en plein développement sur la monétique. Nous viserons ensuite l'Europe avec des partenaires ou des clients français qui y sont implantés. »

Quelle adhésion des consommateurs ?

Les consommateurs sont-ils prêts à franchir le cap de ces solutions de paiement en mobilité comme le mPOS ?

« La barrière technologique la plus importante  à faire tomber était celle de la sécurité de paiement, affirme Jean-Paul Dalmas. Aujourd'hui, il faut que le commerçant l'adopte et ce sera favorisé par la garantie de paiement que ces solutions lui apportent. Certes, le consommateur va être étonné par le lecteur, la manipulation sur le smartphone du commerçant ou le ticket dématérialisé. Mais c'est plus une question de marketing... Les banques qui vont déployer ces solutions y ont un intérêt car cela leur permet de capter du flux cartes bancaires et d'alléger le traitement des chèques. »

Le directeur général annonce travailler désormais à compléter sa gamme de solutions, comme les automates (bornes de paiement), et à enrichir les moyens de paiement de ces canaux en introduisant les paiements par carte sans contact ou cartes privatives de paiement.

Nepting, qui compte aujourd'hui huit et bientôt neuf salariés, prévoit de recruter des ingénieurs en 2015, ce qui devrait porter les effectifs à 12.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :