Sericyne veut relancer la culture du ver à soie

 |   |  412  mots
Parmi ses clients, Sericyne compte des marques de luminaire, d'horlogerie, de packaging et de cosmétique.
Parmi ses clients, Sericyne compte des marques de luminaire, d'horlogerie, de packaging et de cosmétique. (Crédits : Sericyne)
Cette entreprise créée en 2015 à Paris exploite un atelier à Monoblet, en pleine Cévennes gardoises. Elle vient d’obtenir un Trophée de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) pour son système de production séricole en 3D.

Faire pénétrer le ver à soie dans la 3e dimension... C'est en quelque sorte l'ambition de Sericyne, une société incubée par le leader mondial du luxe LVMH à la Station F, créée par Xavier Niel, et exploitante d'un atelier dans le village de Monoblet, dans les Cévennes gardoises. Cette entreprise, qui compte à ce jour cinq collaborateurs et développe un premier chiffre d'affaires de 150 000 €, vient de recevoir le Trophée INPI 2018 dans la catégorie Design, une des quatre filières récompensées.

"Au début, quand on n'a pas de clients, ce qui est le plus précieux pour une entreprise est son innovation. Selon moi, il faut penser la propriété industrielle plus comme un capital immatériel qu'un moyen de se protéger ou de se défendre contre la contrefaçon. Ou en tout cas, pas uniquement pour cela. Il faut réfléchir la propriété industrielle en tant que business avant la protection", explique Clara Hardy, la dirigeante et fondatrice de Sericyne.

Diplômée de l'École Boulle, cette jeune entrepreneure normande a breveté à sa sortie d'études, une solution pour que les vers à soie, posés sur des moules, tissent directement en forme d'objets... Autrement dit, une production séricicole en 3D....

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2018 à 9:22 :
Une très bonne idée, en Ardèche le ver à soi faisait travailler des milliers de personnes, puis une maladie, et les chinois, encore moins chers à entretenir, ont remporté le marché mais une nouvelle fois à quel prix ?

Au prix de nos poumons encrassés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :