Biotech : Medesis Pharma s’associe à l’alsacien Transgène

 |   |  268  mots
Jean-Claude Maurel, CEO de Medesis Pharma.
Jean-Claude Maurel, CEO de Medesis Pharma. (Crédits : Medesis Pharma)
Medesis Pharma annonce la signature d’un partenariat avec la société de biotechnologie Transgène, le 1er juillet dernier. Pour l’entreprise installée à Baillargues (34), cet accord est une opportunité de travailler avec un géant des biotechnologies, coté sur le marché Euronext.

Depuis 2004, Medesis Pharma, basée à Baillargues (34), développe une technologie brevetée dans le domaine de l'administration médicamenteuse. Sa technique, basée sur des microémulsions, a attiré l'intérêt du groupe Transgène, une filiale de l'Institut Mérieux, groupe de biologie industrielle, basée à Illkirch-Graffenstaden, en Alsace.

« Cet accord doit permettre d'optimiser l'efficacité du traitement des tumeurs par virus oncolytiques, explique Jean-Claude Maurel, CEO de Medesis Pharma. Notre technologie permet d'administrer des molécules biologiques actives contre la maladie, et de délivrer le principe actif dans toutes les cellules et tissus cancéreux. Grâce à notre base de microémulsion lipidique, on peut délivrer la molécule au niveau intracellulaire, par un mécanisme de type "cheval de Troie". »

Pour Transgène, cette technique lèverait un obstacle dans le traitement des cancers et pourrait améliorer leurs résultats de 20 %.

2020, une année charnière pour Medesis Pharma

Depuis sa création en 2004, Mededis Pharma travaille au développement de sa technologie. Elle a déjà levée près de 28 M€ auprès de 200 actionnaires privés pour continuer ses recherches.

En 2020, la société pourrait connaître un tournant important de son histoire avec la commercialisation auprès de laboratoire de premiers produits validés.

« Nous avons notamment un laboratoire de Montréal qui est intéressé, poursuit Jean-Claude Maurel. Nous avons une filiale sur place car nous collaborons beaucoup avec l'université McGill sur des programmes de recherche. »

L'entreprise envisage également l'ouverture d'une filiale aux États-Unis, peut-être à Boston où la filière biotech connaît un fort dynamisme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :