Pourquoi la biotech NFL Biosciences (sevrage tabagique) choisit d'entrer en Bourse

La société biopharmaceutique NFL Biosciences, près de Montpellier, développe des médicaments botaniques pour le traitement des dépendances et addictions. Elle se positionne sur trois produits : le tabac dans un premier temps, mais aussi l’alcool et le cannabis. Elle vient de lancer son introduction en Bourse, sur Euronext Growth Paris®.
Cécile Chaigneau

6 mn

NFL Biosciences développe des médicaments botaniques de prescription, pour le traitement des addictions au tabac dans un premier temps, à l'alcool et au cannabis dans un second temps.
NFL Biosciences développe des médicaments botaniques de prescription, pour le traitement des addictions au tabac dans un premier temps, à l'alcool et au cannabis dans un second temps. (Crédits : DR)

MAJ du 1e juillet 2021 : Le 1e juillet, NFL Biosciences annonce avoir levé 5 millions d'euros suite au succès de son introduction en bourse sur Euronext Growth Paris®.

NFL Biosciences est une société de biotechnologie qui développe des médicaments botaniques de prescription, pour le traitement des addictions. Fondée près Montpellier, elle prétend dans un premier temps révolutionner les thérapies de sevrage tabagique grâce à un candidat médicament botanique. Baptisé NFL-101, ce produit naturel, extrait de feuilles de tabac standardisé et dépourvu de nicotine, est protégé par deux familles de brevets et prêt à entrer en phase clinique II/III.

Le 16 juin, les dirigeants de NFL Biosciences, Joël Besse (président du conseil d'administration), Ignacio Faus (CEO) et Bruno Lafont (fondateur et directeur général délégué) ont annoncé le lancement de son introduction en Bourse sur Euronext Growth Paris®.

« Une forte réduction de l'envie de fumer »

La stratégie de développement future de cette thérapie innovante sera internationale de façon à pouvoir atteindre les 780 millions de fumeurs dont l'OMS a déclaré qu'ils souhaitaient arrêter, indique NFL Biosciences. Selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, en 2019, la France comptait 36 millions de fumeurs dont 13 millions d'usagers quotidiens...

Selon l'entreprise, « le candidat médicament NFL-101une innovation d'origine naturelle, a fait l'objet d'études précliniques et d'une Phase I qui a mis en évidence une forte réduction de l'envie de fumer, des tentatives d'arrêt réussies à long terme, ou une forte réduction de la consommation quotidienne, et ceci sans présenter de toxicité ».

« Nous visons une réduction quasi immédiate de l'envie de fumer après une première injection sous-cutanée, ce qui correspond aux quinze premiers jours, période la plus difficile pour les fumeurs, consolidée par une seconde à une semaine d'intervalle, précise Bruno Lafont à La Tribune. Mais nous proposons aussi une personnalisation du traitement, ce que ne permettent pas les traitements actuels (traitements nicotiniques de substitutions, patch ou gommes à mâcher, et le Chantix, NDLR). Deux injections de rattrapage sont disponibles au bout de trois et six mois. Les deux traitements actuels ciblent le récepteur nicotinique et traitent les symptômes du manque, quand le nôtre réduit le désir de fumer. Le NFL-101 pourrait être administré en association avec ces traitements existant. »

Une étude sur 318 fumeurs en Australie

Approuvée fin mai 2021, l'étude de Phase II/III sera conduite en Australie, pays épargné par la pandémie du Covid-19 « et reconnu pour la qualité de sa recherche clinique ». Selon NFL Biosciences, « grâce à l'alignement des approches réglementaires de la Therapeutic Goods Administration australienne avec celles des principales agences internationales, les données collectées pourraient être utilisées auprès de l'EMA (European Medicines Agency) et de la FDA (Food & Drug Administration, États-Unis) ».

« Nous aimerions aussi pouvoir, en amendant le protocole, faire une étude en France où nous avons des centres hospitaliers qui sont de bons partenaires, comme le CHU de Poitiers... », indique Bruno Lafont.

L'essai clinique de Phase II/III (multicentrique, randomisé, en double aveugle contre placebo) comptera 318 fumeurs, âgés de 18 ans et plus. Principaux objectifs : sélectionner la meilleure dose et d'évaluer l'efficacité de NFL-101 par rapport au placebo, pour un arrêt immédiat du tabac et aussi pour un arrêt graduel. Des critères secondaires seront aussi évalués, comme le nombre de cigarettes fumées, les symptômes de sevrage et l'état de manque, ainsi que le potentiel de personnalisation du traitement.

« Nous ambitionnons de faire une étude parallèle et moins longue sur 100 patients pour monter l'efficacité du produit en associations avec les substituts nicotiniques existants », précise Bruno Lafont.

Lever jusqu'à 8 millions d'euros

L'introduction en entrée en Bourse de NFL Biosciences est ouverte jusqu'au 30 juin, pour une offre globale de 5,26 millions d'euros que l'entreprise espère pousser à 8 millions d'euros. L'opération « bénéficie d'engagements de souscription pour un montant total de 2,46 millions d'euros (803.000 euros d'engagements de souscription reçus de la part des actionnaires historiques de la société, personnes physiques, dont 525.000 euros par ses dirigeants Ignacio Faus, Bruno Lafont et Joël Besse ; 561.000 euros d'engagements de souscription reçus de la part d'autres investisseurs personnes physiques ; 1,1 million d'euros d'engagements de souscription reçus de la part d'institutionnels et de fonds d'investissements européens, dont 800.000 euros par Nyenburgh Partners) ».

Pourquoi ce choix d'entrer en Bourse ?

« L'addiction concerne tout le monde et on a un produit qui peut être compris facilement, réponde Bruno Lafont. Entrer en Bourse nous permet de gagner de la notoriété. »

Les fonds levés permettront à NFL Biosciences de financer la réalisation de l'étude de Phase II/III de son candidat médicament NFL-101, et de recruter.

« Nous prévoyons de recruter trois personnes : un chef d'études cliniques, un attaché de recherche clinique et une personne pour fabrication de produit, qu'il nous faudra en quantité industrielle et qui sera fabriqué avec un partenaire pour l'extraction de plante et un autre pour le flaconnage », précise Bruno Lafont.

L'étude de phase II/III devrait s'étaler jusqu'à la mi-2023. Elle sera suivie d'une étude de phase III pendant deux années, ce qui pourrait amener à une mise en marché du médicament NFL-101 en 2026 en Europe et aux Etats-Unis.

« L'Inde et la Chine présentent de gros potentiels mais les autorités locales exigeront des études cliniques sur leurs populations respectives, souligne le dirigeant. Nous sommes en négociation avec deux laboratoires indiens pour signer des accords de licence et de co-développement, ce qui pourrait permettre une mise sur le marché plus tôt, en 2024. »

Mais aussi l'alcool et le cannabis

L'introduction en Bourse viendra également soutenir le développement des programmes NFL-201 et NFL-301, pour le traitement de l'addiction au cannabis et à l'alcool.

« Pour le NFL-201, il s'agira du même procédé que pour le tabac, mais avec un extrait mixte tabac/cannabis. On en est au tout début, un brevet déposé, et il faut faire les 1e essais précliniques... Concernant le NFL-301, pour le traitement de la dépendance à l'alcool, nous travaillons sur une plante issue de la médecine traditionnelle chinoise, beaucoup utilisée pour la réduction alcoolique en complément alimentaire. Une entreprise américaine (dont il tait le nom, NDLR) a travaillé des années sur le projet d'un médicament et investi 10 millions de dollars. Mais elle manque d'expertise pour aller plus loin et industrialiser. Nous avons signé un accord avec elle pour travailler sur ce projet et le repositionner avec une nouvelle forme de délivrance. »

Cécile Chaigneau

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.