Fruition Sciences cible les marchés languedociens et bordelais

 |  | 455 mots
Lecture 2 min.
La PME montpelliéraine Fruition Sciences, spécialisée dans l'aide à la décision pour la viticulture, met le cap sur les vignobles du Languedoc-Roussillon et du Bordelais, après plusieurs années de développement aux États-Unis.  

Les innovations technologiques de l'entreprise montpelliéraine Fruition Sciences  vont enfin être accessibles aux viticulteurs du Languedoc-Roussillon et du Bordelais. Créée en 2009 à Montpellier par Sébastien Payen et Thibaut Scholasch, Fruition Sciences est spécialisée dans les outils d'aide à la décision destinés aux domaines viticoles.

« Nous relions le parcours hydrique de la vigne avec la qualité du raisin, explique Sébastien Payen, dans le but d'améliorer son rendement et la qualité des vendanges. Notre business, c'est l'analyse, l'interprétation et l'utilisation efficace des données par nos clients. »

À travers un logiciel en cloud (le cloud computing, littéralement informatique dans les nuages, désigne l'utilisation de serveurs distants NDLR), toutes les données du vignoble sont intégrées et visibles par l'utilisateur via un site internet. Données climatologiques et météorologiques, statut hydrique de la vigne, analyses de contrôle de maturité pour une vendange au meilleur moment... Ces données sont récupérées soit par prélèvements d'échantillons sur le terrain, soit par la pose de capteurs, directement sur la vigne.

Si le premier terrain de prospection de Fruition Sciences se situait plutôt en Californie du fait de l'expérience professionnelle des deux co-fondateurs, l'implantation de l'entreprise à Montpellier (au MIBI) dès sa création n'est pas un hasard :

« La première mission de nos outils est d'aider les viticulteurs dans la gestion du déficit hydrique de leur vigne, explique Sébastien Payen. Ce déficit est bien plus fréquent en Languedoc-Roussillon qu'ailleurs. Par ailleurs, le centre INRA et Sup'Agro sont les deux centres de recherche en viticulture les plus en pointe de France, voire du monde. »

Fruition Sciences s'ouvre ainsi au marché du Languedoc-Roussillon et du Bordelais, comme une suite logique de son développement. D'une quinzaine de clients en France, l'entreprise vise le doublement de son portefeuille à courte échéance.

En Languedoc-Roussillon, les vignobles prospectés seront les châteaux haut de gamme, les caves coopératives et les domaines. Dans le Bordelais, les grands châteaux et grandes maisons viticoles, plus enclins à utiliser les méthodes innovantes, seront visés.

Comptant 5 salariés à Montpellier, Fruition Sciences affichait en 2012 un chiffre d'affaires de 133 500 € pour son siège montpelliérain. Quant aux États-Unis, dont la société est juridiquement distincte de celle de Montpellier, elle affiche une croissance soutenue de 30 à 50 % par an et s'appuie sur un portefeuille d'une soixantaine de clients.

Fruition Sciences est également présent en Argentine, au Portugal, et en Italie et devrait se développer en Espagne et en Australie.

Ysis Percq

Légende : Les données sont récupérées par la pose de capteurs sur la vigne.
Crédit photo : Fruition Sciences

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :