La FRTP-LR parle compétitivité du territoire

 |   |  613  mots
Jeudi 28 novembre, la Fédération régionale des travaux publics du Languedoc-Roussillon a convoqué son assemblée générale annuelle. L'occasion de proposer un transfert d'activité plus soutenu vers la maintenance des réseaux existants.

La veille de l'assemblée générale de la Fédération régionale des travaux publics du Languedoc-Roussillon (FRTP-LR), qui a eu lieu jeudi 28 novembre au Corum à Montpellier, son président Jean-Pierre Crozel, ne cachait pas son inquiétude quant à la situation de crise que traverse le secteur.

« Il n'y a pas d'autres grands travaux d'infrastructures prévus en France au-delà de 2015..., souligne-t-il. Donc pas de visibilité pour nos entreprises. En Languedoc-Roussillon, on a enregistré une chute de 8 % de la demande émanant du privé, une stagnation de celle provenant des communes et intercommunalités, et de 5 à 7 % des Conseils généraux. Ainsi qu'une diminution de 50 % de la demande de l'État entre 2007 et 2013, alors qu'elle avait déjà reculé de 2 % en 2012 ».

Soit une baisse du chiffre d'affaires (1,5 Md €) de 20 % et des effectifs de 10 % (1 000 à 1 500 emplois perdus) depuis 2007, pour un secteur qui pèse, en région, 11 500 salariés et 1 000 à 1 500 intérimaires, et tire son activité à 75 % de la commande publique.

Certes, les grands travaux qui démarrent en cette fin d'année mais surtout début 2014 (le contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier et le déplacement de l'A9) apportent une bouffée d'oxygène aux entreprises locales.

« Sur le chantier du CNM, 20 à 30 % de l'activité devraient être confiés à des entreprises locales, ce qui permettra le maintien de l'emploi le temps des chantiers mais pas la pérennisation des postes, commente Jean-Pierre Crozel. Et cela va surtout impacter les départements du Gard et de l'Hérault, mais pas l'Aude ni les Pyrénées-Orientales. »

Le président de la FRTP-LR préconise plusieurs pistes :

« Il faut que l'activité soit transférée sur l'entretien des infrastructures existantes où la France a un retard énorme, détaille-t-il. On a privilégié le réseau neuf, les routes nouvelles, etc., mais les équipements commencent à dater maintenant. »

Il souligne également l'importance de maintenir un réseau routier en bon état : « C'est par les routes passent tous les réseaux : électricité, gaz, fibre optique, etc. Pour qu'un territoire soit compétitif, il faut que ce réseau soit correctement entretenu, y compris dans les zones reculées ».

À titre d'exemple, il cite également les 3 000 ponts dans le Gard, d'environ 330 m2 de superficie chacun, avec une durée de vie de 70 à 80 ans pour les ouvrages en béton. « Il faut compter 3 000 €/m2 en construction ou 25 €/m2 par an en entretien », précise-t-il.

Sans oublier les réseaux d'eau (environ 50 000 km en Languedoc-Roussillon) ou les stations d'épuration (âgées de 20 à 25 ans pour les plus anciennes, et donc soumises à des normes environnementales nouvelles).

« Infrastructures, emploi local et réseaux : le Languedoc-Roussillon est-il compétitif ? ». Tel sera donc la thématique de l'assemblée générale 2013. Un sujet auquel les professionnels des travaux publics espèrent bien sensibiliser les élus.

« La tentation de retarder l'entretien est facile, surtout en période de contraintes budgétaires où l'on doit faire des choix, observe Jean-Pierre Crozel. Depuis 7 ou 8 ans, nous observons une réduction des budgets d'entretien... On peut retarder ces travaux de quelques années, mais une collectivité doit impérativement avoir une politique d'entretien ! Ce qui n'est souvent pas le cas des petites collectivités qui ne disposent pas forcément de la ressource financière suffisante. »

La FRTP-LR a invité l'économiste Nicolas Bouzou à réfléchir à cette question. Il exprimera le fruit de ses réflexions lors de l'assemblée générale. « Nous avons déjà organisé deux actions de sensibilisation sur ce sujet en 2013, à Salse-le-Château (66) et Uzès (30) », rappelle Jean-Pierre Crozel.

Cécile Chaigneau

Lire également :
Une cellule Grands Travaux pour fixer l'emploi local

Légende : Travaux de terrassement sur le chantier du CNM
Crédit photo : Oc'Via


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :