Philippe Saurel sur France 2 : "Le modèle politique de Montpellier est une vraie réponse"

 |   |  352  mots
Philippe Saurel sur le plateau Des paroles et des actes le 21 janvier 2016.
Philippe Saurel sur le plateau "Des paroles et des actes" le 21 janvier 2016. (Crédits : DR)
Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, est intervenu dans l’émission politique « Des paroles et des actes » sur France 2, jeudi 21 janvier. Il y a défendu sa vision de l’action politique « en dehors de tout parti politique ».

Philippe Saurel est entré à 22h30, jeudi 21 janvier, sur le plateau de France 2, dans l'émission politique « Des paroles et des actes », présenté par David Pujadas, pour intervenir dans un débat opposant le philosophe Alain Finkielkraut et l'écologiste Daniel Cohn Bendit sur l'avenir de la France après les évènements tragiques de 2015 et le renouvellement des pratiques politiques.

Présenté par David Pujadas comme « un homme atypique car vainqueur à des élections hors de tout parti », Philippe Saurel a renchéri en déclarant « avoir gagné en dehors de tout parti grâce des critères comme la transparence, la charte anti-corruption, le non cumul des mandats, la volonté de faire participer les citoyens tirés au sort pour la constitution de conseils de quartiers, la présentation des comptes de la Ville. Tout le monde parle de faire de la politique autrement, nous, nous l'avons fait !".

Au cours de l'émission, Daniel Cohn Bendit a interpellé le maire de Montpellier sur la question du cumul de mandat avec sa candidature aux élections régionales.

« Quand le modèle politique de Montpellier a été créé, c'était le seul en France, a déclaré le Montpelliérain. Ce n'est pas une petite musique, c'est une vraie réponse. Je l'ai proposé au Département de l'Hérault avec des candidats autres que moi. J'ai voulu le tester sur un grand territoire, la grande région. Nous sommes la seule liste citoyenne en France à avoir dépassé 5 %. »

Enfin, sur la question de l'immigration, Philippe Saurel a défendu le principe d'accueil des réfugiés.

« Le problème des populations qui viennent s'installer en Europe, chassées par les guerres et autres désastres, doit être partagé par tous les pays européens, affirme-t-il. La Ville de Montpellier y a participé par la création de centres d'accueil des demandeurs d'asile en partenariat avec le préfet de l'Hérault. Chaque ville doit y participer mais avec une certaine mesure et avec du bon sens car il faut aussi répondre aux demandes de logements sociaux des habitants de la ville. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2016 à 11:38 :
Très objectivement j'ai trouvé Philippe SAUREL un peu "court" face à la "réthorique" de FINKELKRAUT et à la "gouaille" de COHN BENDIT. SAUREL faisait vraiment "Province". Ne rentre pas dans les habits de GEORGES FRECHE qui veut. Au surplus, je me permettrai de conseiller à Philippe SAUREL de faire le choix d'un bon tailleur, de fermer son col de chemise et de porter une cravate moins "has been".
Réponse de le 22/01/2016 à 14:30 :
Simplement la représentation du niveau des hommes politiques actuels, sans charisme, sans vision sur le long terme, sans le regard sur le passé de notre civilisation. En fait un nombrilisme idéologique, un déni de la réalité, une posture de bisounours, un abandon de nos valeurs par calculs électoralistes, laminage de notre manière de vivre, une situation à retardement, mais jusqu'à quand ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :