Mort de Louis Nicollin, président du MHSC

 |   |  515  mots
(Crédits : Edouard Hannoteaux)
Louis Nicollin, président du groupe éponyme, est décédé des suites d’un malaise cardiaque survenu à Nîmes le 29 juin, le jour de ses 74 ans. Passionné de sport, il présidait le club de foot montpelliérain, le MHSC, dont le haut fait d’arme reste un titre de champion de France de Ligue 1 en 2012.

« Dans les poubelles, on est des gens simples », avait coutume de dire Louis Nicollin. Ce qui ne l'avait guère empêché, après avoir repris en 1977 la société de nettoiement urbain créée par son père en région lyonnaise, d'en faire un des rares exemples d'ETI basée dans l'ex-Languedoc-Roussillon. Sous sa férule, et aux côtés de ses fils Olivier (46 ans) et Laurent (43 ans), le groupe Nicollin est devenu, face aux géants Sita, Suez ou Veolia, un poids lourd du secteur, pesant 300 M€ de chiffres d'affaires et employant 5 000 ETP.

Passionné de sport (il possédait la plus grande collection de maillots sportifs d'Europe), Louis Nicollin avait racheté le club du Montpellier la Paillade Sport Club Littoral en 1974, qui est devenu le Montpellier Hérault Sporting Club (MHSC) en 1989. Parmi ses hauts faits d'arme, le club de « la Paillade » a remporté la Coupe de France en 1990 et le titre de champion de France de Ligue 1, en 2012, au nez et à la barbe du PSG qui connaît alors sa première saison sous l'ère qatarie.

La passion de Louis Nicollin débordait sur d'autres sports, dont le basket avec le Paris Basket Racing, qu'il a repris de 2000 à 2004, et le handball, avec le Paris Handball, qu'il a également racheté et dirigé de 2002 à 2012. Il affichait une tendresse particulière pour le rugby, comme en témoignent un passage au Montpellier Hérault Rugby, et surtout à l'AS Béziers, dont il est devenu le sponsor maillot en 1999, avant de quitter le club en 2009 - « un de mes plus grands regrets », confiait-il alors à Objectif Languedoc-Roussillon.

Grand ami de l'ancien maire de Montpellier et président de la Région Languedoc-Roussillon Georges Frêche, lui-même disparu en 2010, personnage devenu célèbre pour son franc parler, Louis Nicollin était une personnalité incontournable dans le paysage montpelliérain. Cette notoriété et ce poids médiatique en avaient même fait, en 2011, un personnage de BD, croqué par le dessinateur Dadou (quatre albums parus).

Louis Nicollin est décédé jeudi 29 juin 2017 des suites d'un malaise cardiaque, survenu dans le restaurant Alexandre, à Nîmes, alors qu'il fêtait ses 74 ans. Selon son ami et directeur du service des sports de Radio France, Jacques Vendroux, il répétait souvent qu'il souhaitait mourir le jour de son anniversaire...

« Montpellier perd l'une des figures parmi les plus marquantes et les plus attachantes de son histoire contemporaine, et je perds aussi un partenaire engagé et un ami, avec lequel j'ai partagé comme en d'autres temps Georges Frêche, la passion du football et les aventures du MHSC qui lui doit énormément », réagit le maire de Montpelier, Philippe Saurel, tandis que Carole Delga, présidente du Conseil régional, salue la mémoire d'un « homme passionné qui aura marqué de son empreinte l'histoire de Montpellier et de la Région », dont « la verve, la gouaille, le tempérament, le passion incarnaient le Sud ».

L'équipe d'Objectif Languedoc-Roussillon adresse ses plus sincères condoléances à son épouse Colette, ses fils Olivier et Laurent, et ses proches.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2017 à 22:42 :
Sincères condoléances à tout ses Proches.
Merci à ce Grand Monsieur qui a fait un Grand Club Foot à Montpellier
Et qui a animé cette ligue avec sa Gouaille et son franc parlé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :