Le think tank Les Gentils Révoltés se met en ordre de marche pour la rentrée

 |   |  317  mots
Les gentils révoltés, un nouveau think tank qui mettra en place des projets à la rentrée.
Les gentils révoltés, un nouveau think tank qui mettra en place des projets à la rentrée. (Crédits : DR)
Un nouveau groupe de réflexion basé à Montpellier a été créé, le 13 juillet, autour de 38 personnalités du monde économique et représentants de la société civile. Son but : monter des projets en lien avec les institutions, dont les premiers seront dévoilés en septembre.

"Un groupement apolitique issu de la société civile". C'est ainsi que se présentent Les Gentils Révoltés, un think tank créé lundi 13 juillet à Montpellier. À l'initiative de 38 personnes (chefs d'entreprises, architectes, médecins, etc.) ancrées de le milieu économique montpelliérain, le groupe de réflexion a choisi quatre thématiques pour orienter ses débats : l'attractivité du territoire, la santé, le numérique et la gouvernance.

Parmi eux figurent Guy Bastide (P-dg de Bastide Le Confort Médical), Jean-Marc Bouchet (P-dg de Quadran), Patrick Ceccotti (président de la Fédération du bâtiment de l'Hérault), Marie-Thérèse Mercier (président du Medef Montpellier-Sète-Centre hérault) ou encore Pierre Deniset (président du groupe Kaliop).

Une volonté d'ouverture

Pour Christophe Carniel, P-dg de Vogo et également membre du think tank, les activités sous forme de groupes de discussion débuteront réellement à partir de septembre.

"Cela fait plusieurs semaines que les choses se mettent petit à petit en place et nous avons décidé d'officialiser notre groupe, indique-t-il. Il y a beaucoup de chefs d'entreprise, mais il y a aussi beaucoup de volonté de s'élargir à la société civile. L'état d'esprit est très positif, et nos activités commenceront réellement en septembre. Même s'il est trop tôt pour évoquer des exemples, notre objectif est de mettre en place des projets, et de trouver des partenaires pour les porter. Nous voulons travailler avec les institutions, et en aucun cas nous placer dans une démarche de rupture".

 Le nom du think tank fait référence à l'ouvrage de Pierre Vanlerbergue "La révolte des gentils". "Nous ne sommes pas dans une démarche de contestation, mais nous invitons simplement la société civile à prendre son avenir en main". Il est possible d'adhérer au groupe en se rendant sur le site internet lesgentilsrevoltes.org.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :