Imagerie végétale : comment la plate-forme du CIRAD peut servir le monde industriel

 |   |  1156  mots
La plateforme d'imagerie cellulaire végétale du CIRAD, à Montpellier.
La plateforme d'imagerie cellulaire végétale du CIRAD, à Montpellier. (Crédits : Cécile Chaigneau)
Le CIRAD veut booster ses collaborations avec les entreprises en proposant les services de sa plate-forme d’histocytologie et d’imagerie cellulaire végétale, unique en France. Elle pourrait favoriser la lutte contre les fraudes alimentaires par exemple.

Avec 44 microscopes et plus de 100 variétés de plantes étudiées, la plate-forme d'histocytologie et d'imagerie cellulaire végétale (PHIV) du CIRAD à Montpellier est unique en France. Créée en 2006 et mutualisée entre plusieurs établissements de recherche (le CIRAD, l'INRA, Montpellier SupAgro, le CNRS), elle dispose de 80 ans d'expertise en anatomie végétale.

« Aujourd'hui, on fait de l'imagerie sur des "plantes modèles", c'est-à-dire des plantes de laboratoire, explique Jean-Luc Verdeil, responsable scientifique au CIRAD, en charge de la plate-forme. Mais il y a une limite : on va loin dans les connaissances fondamentales, mais il faut revenir aux plantes cultivées et industrielles à partir du socle de connaissances des plantes-modèles. Nous avons donc développé des approches performantes sur les plantes cultivées. »

Structure moléculaire 3D

Le CIRAD de Montpellier a ainsi conçu, en collaboration avec des équipementiers de la microscopie, des équipements adaptés à l'étude de plantes plus importantes que les plantes-modèles. Par exemple, un automate qui découpe, positionne et scanne les échantillons en 3D et un logiciel qui rassemble les images pour former une vue 3D de la plante donnant voir de manière très précise sa structuration moléculaire.

Une démarche qui permet de mieux comprendre la croissance d'une plante, l'efficacité d'un intrant, le point d'entrée d'une...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2019 à 9:11 :
JE constate que l'INRA fait des efforts en ce moment mais les gars vous allez avoir fort à faire pour vous racheter de vos nombreuses et destructrices erreurs passées que les citoyens payent très cher de leur santé et de leurs vies.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :