Le Montpelliérain Philippe Nérin élu président du Réseau SATT

 |   |  894  mots
Philippe Nérin, président de la SATT AxLR et nouveau président du Réseau SATT.
Philippe Nérin, président de la SATT AxLR et nouveau président du Réseau SATT. (Crédits : SATT AxLR)
Réélu à la présidence de la SATT AxLR à Montpellier le 17 juillet, Philippe Nérin est aussi le nouveau président du Réseau SATT. Il prendra ses fonctions le 1e septembre.

Philippe Nérin, président de la SATT AxLR à Montpellier, a été élu président du Réseau SATT (société d'accélération de transfert de technologie), qui compte à ce jour 14 SATT en France.

Il  prendra  ses  fonctions   le   1er   septembre   2018,   succédant à Laurent Baly, président de la SATT Sud-Est. Céline Clausener, directrice des relations extérieures de la SATT IDF Innov, est reconduite en tant que secrétaire de l'association, et Vincent Lamande, président de la SATT Ouest Valorisation, occupe désormais les fonctions de trésorier.

Ingénieur  des  Mines,  Maître  en  physique  (Université  de  Liège)  et  Docteur  ès sciences  (Université  Joseph   Fourier,  Grenoble),  Philippe  Nérin a commencé sa carrière en tant qu'ingénieur au sein d'Alcatel, puis chercheur au CEA LETI. Après avoir cofondé et dirigé plusieurs PME high tech, il rejoint le groupe Horiba en tant que directeur de la recherche et de l'innovation. En 2012, il prend part à l'aventure des SATT et participe à la création de la SATT AxLR qu'il préside depuis lors.

Quatre priorités

« Le réseau permet de faire une coordination de l'action nationale des SATT, de créer une synergie entre elles, de mutualiser certains services et savoirs, de mettre de la cohérence de l'échelon régional à l'échelon national, déclare Philippe Nérin. On se coordonne pour avoir une masse critique pour des événements de grande envergue. Le bureau se charge d'organiser la feuille de route au niveau national, déclinée par thématiques. »

Le nouveau président annonce quatre grands axes stratégiques.

« Beaucoup de PME recherchent des technologies de rupture dont les SATT sont pourvoyeuses. Ces technologies sont issues des meilleurs laboratoires de recherche, qui comptent 100 000 chercheurs en France, et c'est notre job d'y détecter les meilleurs résultats, d'investir sur fonds propres et de les commercialiser. Il est ensuite important d'augmenter notre visibilité auprès des PME car nous ne sommes pas dans le radar de toutes. Pour cela, nous travaillons avec les pôles de compétitivité, avec le hub de bpifrance à Paris, sur des congrès nationaux et internationaux. Nous voulons également affirmer notre présence au plan mondial : je propose ainsi que le réseau SATT ait une présence dans les comptoirs internationaux de la French Tech, pour que des sociétés françaises qui sont sur une stratégie de positionnement à l'international puissent croiser nos offres technologiques. Enfin, il faut mutualiser  nos  technologies  entre  SATT car plus on fait de l'agrégation de technologies, plus on augmente la valeur. »

AxLR : forte coloration dans le domaine de la santé

Le 17 juillet, pour la 2e fois, Philippe Nérin, a été reconduit dans ses fonctions à la tête de la SATT AxLR où il attaque donc son 3e mandat pour trois ans.

« Cette décision est la traduction de la qualité du travail effectué par la SATT AxLR au service de la valorisation de son écosystème de la recherche publique, commente-t-il. Le travail que nous menons depuis plus de cinq ans est conforme à la trajectoire qui a été fixée avec nos actionnaires. La SATT AxLR affiche un bilan très positif et l'impact socio-économique de son action se mesure aussi bien en terme de transferts de technologie, de création de start-ups que de créations d'emplois. »

L'établissement affiche à son palmarès 652 projets détectés, 120 programmes d'innovation lancés, 30 M€ investis, 65 contrats de transfert vers des entreprises, 129 dépôts de demandes de brevets prioritaires, 198 déclarations d'inventions et de logiciels, 50 start-ups et plus de 100 emplois créés.

« La SATT ne peut être que le reflet de son écosystème, ajoute Philippe Nérin. A la SATT AxLR, nous avons une forte coloration dans le domaine de la santé, qui représente 50 % de nos investissements et réalisations. Le reste de notre action se réparti à 20 % dans les TIC, 10 % dans les nouveaux matériaux, 10 % dans l'agriculture et l'environnement, et 10 % dans les sciences humaines et sociales. »

Région et Métropole à l'actionnariat

En Occitanie, le réseau compte une 2e SATT, Toulouse Tech Transfert (TTT) à Toulouse, les deux oeuvrant dans un écosystème de150 laboratoires et 10 000 chercheurs.

« Pour les trois prochaines années, nous allons renforcer l'accompagnement des start-ups en mettant en place, à l'échelle de la grande région Occitanie, un dispositif d'accompagnement unique, le label French Tech Seed que nous espérons obtenir avant fin 2018, qui permettra d'accélérer le développement de nos jeunes pousses depuis le laboratoire jusqu'à la première levée de fonds. »

En novembre dernier, Philippe Nérin annonçait une évolution de l'actionnariat de la SATT AxLR, avec des discussions en cours pour déterminer les modalités d'entrée à son capital de deux collectivités, la Région Occitanie et Montpellier Méditerranée Métropole.

« Nous sommes sur le point d'aboutir, les aspects juridiques et administratifs ont été réglés et cela devrait se faire avant fin 2018, répond Philippe Nérin. Cette disposition avait été prévue par loi MAPTAM et NOTRe, et ce sera une des 1e régions de France où elle se déclinera. Voir que les collectivités territoriales s'alignent autour d'un dispositif qui est une initiative de l'Etat français montre que les planètes se sont alignées. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :