Les caves coopératives de Pomérols et Florensac annoncent un projet de fusion

 |   |  438  mots
De g. à d.: Jean-Louis Atienza, président de la cave de Pomérols, Joël Julien, directeur de la cave de Pomérols et Julien Raynaud, président de la cave de Florensac.
De g. à d.: Jean-Louis Atienza, président de la cave de Pomérols, Joël Julien, directeur de la cave de Pomérols et Julien Raynaud, président de la cave de Florensac. (Crédits : Cave coopérative de Pomérols)
Les deux caves coopératives du Bassin de Thau ont officialisé, le 7 février, leur projet de fusion d'ici le mois d'avril. S’il est validé, ce projet sera effectif pour les vendanges de 2017 et aboutira à la naissance d’une structure comptant 420 viticulteurs pour une production de 170 000 hl.

L'annonce est officielle depuis le 6 février 2017 :

« Les caves coopératives des Costières de Pomérols et des vignerons de Florensac étudient la possibilité d'un avenir en commun », fait savoir la structure coopérative de Pomérols (34).

Cette étude a été confiée au cabinet d'audit KPMG et à Marc Baudoin Consulting. Les résultats de ce travail seront connus en avril pour être  soumis aux deux conseils d'administration des deux caves qui devront valider ou non le projet. Si l'option de fusion remporte l'adhésion, elle sera effective dès les vendanges de 2017.

Problématique de sourcing

Ce projet de fusion n'est pas une surprise. Confrontée à une problématique de sourcing, la cave de Pomérols cherchait depuis quelques années à recruter de nouveaux adhérents.

Depuis deux ans, la structure avait ouvert ses portes à de nouveaux apporteurs dont fait partie le Domaine des Peyrilles (Florensac, 34), propriété familiale des emblématiques frères Pourcel. Un autre projet de fusion avait été évoqué un temps avec la cave coopérative de Montagnac sans jamais aboutir.

Inscrite dans une stratégie de montée en gamme depuis plus d'une décennie, la cave coopérative de Pomérols a fortement investi (12 M€ en dix ans) sur le conditionnement de sa production. Aujourd'hui, 80 % de son chiffre d'affaires (20 M€ en 2016) est réalisé par de la bouteille.

Le pari a payé puisque l'activité commerciale s'est accrue, notamment à l'export (+ 26 % en 2016) avec la notoriété grandissante de l'AOP Picpoul-de-Pinet et l'IGP Côtes de Thau. Résultat : la sécurisation des marchés est devenue un enjeu majeur pour pérenniser cette dynamique économique.

Complémentarité

« Le rapprochement des deux structures est un projet économique, qui arrive au bon moment car le contexte actuel se durcit, indique Joël Julien, le directeur de la cave coopérative de Pomérols. Cette fusion permettrait de mettre en synergie les compétences des deux entités et de consolider notamment le développement durable de l'activité sur le bassin de production ainsi que les ventes directes. »

La complémentarité mise en avant renvoie à l'orientation vers le conditionné de la cave de Pomérols et à celle vers le vrac de la cave coopérative de Florensac. Pour celle-ci, le vrac correspond à 94 % de ses volumes et 90 % de son CA  (6 M€ de CA total en 2016).

« Cet avenir commun permettrait de rationaliser les coûts et d'accroître les volumes en conditionné », conclut la cave de Pomérols.

La cave coopérative des Costières de Pomérols rassemble 300 viticulteurs pour 1 800 hectares et 120 000 hl de production. Celle de Florensac compte 120  viticulteurs pour 700 ha et 50 000 hl de production.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :