Face au succès de la spiruline, Algosud va quintupler sa production

 |   |  496  mots
Un des bassins de production d'Algosud, sur son site de Lunel (34)
Un des bassins de production d'Algosud, sur son site de Lunel (34) (Crédits : Algosud)
Spécialiste de la spiruline depuis 20 ans, Algosud lancera, à la mi-2020, un chantier pour étendre ses bassins, situés à Lunel (34). Elle ambitionne de quintupler sa production pour répondre au boom de la demande chez les particuliers et les professionnels.

Après l'acquisition d'un terrain de 4 ha à proximité de son site actuel, à Lunel (34), Algosud vient de déposer un permis de construire pour lancer le chantier, à la mi-2020, d'une nouvelle unité de production de spiruline (algue riche en nutriments utilisée comme complément alimentaire). Depuis sa création en 2000, l'entreprise a successivement utilisé des bassins de culture couvrant 1 500 m2, puis 3 000 m2, et actuellement 4 000 m2, ce qui situe la production actuelle à un plafond d'1 kg/m2 par an, soit 4 tonnes par an.

Priorité à la qualité et à la traçabilité

L'opération que lance Algosud porte sur la construction de 20 000 m2 de bassins supplémentaires - dont certains dédiés au traitement des eaux -, en plus des serres recouvrant ces équipements. L'investissement global se monte à 2 M€, en plusieurs tranches selon la façon dont l'entreprise lunelloise séquencera le chantier, en fonction de la demande.

"Toutes les spirulines ne se valent pas. Algosud est reconnue pour la qualité de son produit car nous sommes un producteur, et non un importateur, qui veille à la qualité, comme l'indiquent tous les indicateurs de traçabilité publiés sur notre site web. Or les clients sont de plus en plus attentifs à la provenance du produit. Si le but de cette opération est d'augmenter la production, nous voulons continuer à couvrir le marché avant tout en valorisant notre marque Algosud avec ce même degré d'exigence", explique Rémi Bosc, responsable d'exploitation de l'entreprise.

De nouveaux débouchés possibles

À ce jour, le marché d'Algosud se répartit à parité entre les particuliers (2 000 clients environ) et les distributeurs (500). Parmi ces derniers figurent des pharmaciens, des boutiques bio, des magasins de sport et des revendeurs sur internet.

Au terme de cette extension, Algosud aura donc quintuplé sa production, un seuil qui lui permettrait de vendre en vrac à des industriels et de grands laboratoires (activité impossible à ce jour). L'entreprise réfléchit fortement à cette voie de diversification, au regard des demandes de ce type lui arrivant "tous les jours".

"Dès la réception des premiers bassins en 2021, nous pourrions lancer la production du vrac. Certains industriels sont contraints jusqu'ici de se fournir à l'étranger, mais plusieurs d'entre eux, dans la cosmétique et l'agroalimentaire principalement, veulent rapprocher leur approvisionnement en France. Signer des partenariats de ce type est clairement une des ambitions de ce projet", poursuit Rémi Bosc.

Très en vogue actuellement, la spiruline est un marché en hausse croissante en France : il est passé de 400 tonnes vendues par an en 2012, à 500 tonnes en 2019, dont 90 % sont importées. Après l'extension de son outil, Algosud produirait à lui seul 20 tonnes, "ce qui nous placerait toujours parmi les deux leaders du marché français", conclut Rémi Bosc.

Après un pic d'activité à 40 % en 2017, stabilisée à 8 % en 2018 et en 2019, Algosud réalise un chiffre d'affaires de 400 000 €, et affiche un prévisionnel de 2 M€ en 2025 ou 2026. L'entreprise de quatre salariés prévoit une quinzaine de recrutements au terme de l'opération évoquée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :