Foncier viticole : comment les coopératives préservent leur potentiel de production

 |  | 776 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Aspheries)
Inquiètes de l’érosion de leur surface en vigne, les coopératives régionales imaginent de nouvelles solutions pour protéger le foncier viticole et faciliter l’installation des jeunes. Un enjeu majeur pour leur survie.

C'est une inquiétude largement partagée au sein de la coopération viticole régionale. Confrontées au vieillissement de leurs adhérents et à l'érosion de leur vignoble, les caves tentent de sauvegarder les terres viticoles qui risquent de se perdre lors du départ à la retraite de leurs adhérents.

Du financement participatif à la création de société pour acheter du foncier, les moyens divergent mais l'objectif reste le même : préserver le patrimoine viticole menacé l'arrêt d'activité des coopérateurs les plus âgés.

600 000 € collectés à Faugères en quatre ans

La cave coopérative de Faugères, dans l'Hérault, a été une des premières à mettre en place une Société Coopérative d'Intérêt Collectif (SCIC) viticole. Créée en mai 2016, la SCIC Mas Olivier Vignoble Investissement compte aujourd'hui 350 actionnaires, engagés pour un montant total de 600 000 € de capital qui ont permis de constituer un vignoble...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :