Une trentaine d'enseignes tentées par une implantation à Montpellier

 |   |  477  mots
La Ville de Montpellier veut dynamiser le boulevard du Jeu de Paume.
La Ville de Montpellier veut dynamiser le boulevard du Jeu de Paume.
Les représentants de 30 de grandes enseignes ont participé, le 10 juin à Montpellier, à Visio Commerce. Cette opération organisée par la CCI, en partenariat avec la Métropole et le Département de l'Hérault vise à favoriser les implantations commerciales, avec une priorité sur le centre-ville.

Une trentaine de représentants d'enseignes commerciales (telles que Burger King, Starbucks, Primark, Adidas, Au Bureau, La Boucherie, etc.) ont participé mercredi 10 juin à la journée Visio Commerce. Organisée par la CCI en lien avec la Métropole et le département de l'Hérault, cette 2e édition (la première a eu lieu en 2013) avait pour but de valoriser les atouts de l'agglomération montpelliéraine en matière d'implantations commerciales. Pour Didier Lamouroux, responsable expansion du groupe Agape (11 enseignes parmi lesquelles Flunch, les 3 brasseurs, Il Ristorante), c'est une opportunité :

"Nous avons déjà Il Ristorante et Les 3 Brasseurs à Odysseum, et nous envisageons d'en installer d'autres en centre-ville de Montpellier. Nous avons également une enseigne récente, Salad&Co, qui est actuellement testée dans le Nord. C'est une pépite de demain avec une ADN forte, qui est mûre pour se développer. Nous voudrions en installer un dans la périphérie de Montpellier."

Benoît Cance, du groupe Bertrand (représentant Burger King et Au Bureau), dévoile à demi-mot ses intentions : "Il y aura peut-être un Burger King à Montpellier prochainement. Si je suis venu à Visio Commerce, c'est évidement parce que l'on s'intéresse à cette ville".

Les contacts noués lors de Visio Commerce permettent de dégrossir les besoins des enseignes, et facilite les démarches de la CCI pour accompagner leurs implantations. Selon Marc Pagès, chargé d'étude à la direction action territoriale et études économiques de la CCI, "nous avons eu cinq implantations à court terme après l'édition 2013 de Visio Commerce, et 10 à 12 autres ensuite". Parmi lesquels Yellow Corner, Grand Frais, Cabiron, ou encore Guinot.

Centre-ville et périphérie

Le fait n'était pas anodin, la visite du 10 juin débutait sur le boulevard du Jeu de Paume à Montpellier. Un lieu prioritaire pour la Ville, qui se donne les moyens de développer le commerce de l'artère avec, notamment, les travaux en cours pour le passage des lignes 3 et 4 du tramway, qui devraient se terminer fin 2015. Pour le président de la CCI André Deljarry, le centre des villes, notamment à Montpellier, reste la priorité absolue en matière de dynamique commerciale.

"Il ne peut pas y avoir de périphérie forte sans centre-ville fort. Sur notre territoire, il y a 2 000 créations d'entreprises par an, pour 1 000 cessations d'activité. Et avec la forte pression démographique, il faut du commerce pour maintenir le dynamisme. Il ne faut jamais dépasser le seuil de 7 % de vacances en matière de commerce, et sur Montpellier nous sommes dans les 5 %."

Avec une visite de locaux commerciaux à Pierrevives, le Département a plutôt joué la carte de la périphérie. L'institution est en train de créer ou d'étendre 5 Écoparcs à Lunel, Saint-Aunès, Vailhauquès, Fabrègues et Saint-André-de-Sangonis, qui devraient représenter 5 500 emplois à terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2015 à 17:16 :
pas de quoi faire rêver...malheureusement...quand vous évoquez la liste. De l'enseigne, de l'enseigne et encore de l'enseigne "périphérique" pour ce si beau centre ville en somme ?!...Montpellier n'est elle pas capable d'innovation ?
Réponse de le 10/06/2015 à 19:10 :
une idée?
Réponse de le 11/06/2015 à 8:14 :
Une grande boutique de produit régionaux sur un concept « nature » et charmant et pas « enseigne », avec des prix corrects ; vu le nombre de touristes, et de consommateurs montpelliérains qui souhaitent aussi acheter d'autres produits que ceux proposés en grande surface, cela pourrait être intéressant comme vitrine locale. Plutôt que du burger ou de la salade, mettons en avant la région, par exemple un bistrot à huîtres, moules, etc (fruits de mer en somme) proposant des produits sans assommer le consommateur – (un peu comme en Aquitaine ; ils savent faire !), 6 huîtres+1 verre de vin prix quasi direct producteurs, idem dans un cadre sympa, pas trop marketé SVP (!) ET charmant (qui donne envie de rester et non pas de fuir), des boutiques en « propre » (vêtements, culture, etc) et du CHARME. ..toujours… C’est ce dont la cité manque en centre-ville. Du charme ! Voyez le centre de Toulouse et ses ruelles et leurs commerçants...ils y parviennent (et je n’ai pas dit luxe ! soyons clair !). Voilà pour quelques petits exemples. Mais les goûts et les couleurs ...
Réponse de le 12/06/2015 à 12:52 :
@Maurice... Je comprends la référence au centre de Bordeaux... mais de Toulouse !? Franchement, c'est un peu exagéré... pas terrible terrible surtout quand on connaît le Pib par habitant bien plus élevé la bas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :