Oyas Environnement veut structurer un réseau de potiers et lever des fonds

 |   |  543  mots
(Crédits : DR)
Spécialisée dans les systèmes d’arrosage écologique, l’entreprise héraultaise Oyas Environnement élargit sa gamme de diffuseurs d’eau en argile, et compte désormais appuyer sa production sur un réseau d’artisans potiers. En croissance exponentielle, la société envisage de lever 400 000 €.

En faisant le pari de réhabiliter un système de micro-irrigation vieux de 4000 ans, rendu plus efficace via des pots en céramique microporeux (les Oyas), Oyas Environnement, a séduit le secteur de la jardinerie. Après avoir capté les enseignes Botanic puis Truffaut, les oyas sont aujourd'hui présents dans de nombreuses jardineries françaises.

Depuis sa création en 2014, la société Oyas Environnement, basée à Saint-Jean-de-Fons (34) et qui emploie 18 salariés, connaît une croissance continue de son chiffre d'affaires qui a atteint les 650 000 € en 2018.

« Chaque année, nous multiplions notre chiffre d'affaires par 1,5, se félicite Bastien Noel, directeur général d'Oyas Environnement. Nous visons donc les 1 M€ en 2019. »

Une offre connectée

« Nous distribuons nos produits dans 200 points de vente en France, et nous avons entrepris un développement régulier mais pas effréné en Europe, notamment au Luxembourg où nous avons un distributeur », confie Bastien Noel.

Si la vente directe à la boutique de Saint-Jean-de-Fons représente un marché de niche (10 % du CA), c'est sur internet qu'Oyas Environnement réalise la majorité de son chiffre d'affaires (60 %).

« Nous faisons un travail énorme sur les réseaux sociaux, précise le DG. Cette année, nous allons mettre les moyens pour nous développer sur le réseau des professionnels car nos produits sont de plus en plus demandés par les agriculteurs, maraîchers, mais également par les collectivités locales ou les paysagistes. »

Pour répondre à la demande de ces professionnels, Oyas Environnement vient d'élargir sa gamme de produit en lançant des Oyas connectables, qui peuvent ainsi être reliées en série à un système d'irrigation automatique.

Favoriser les circuits courts

Si en 2018, 85 000 poteries sont sorties de ses ateliers de production, Oyas Environnement réfléchit sérieusement à une solution pour anticiper la saturation de sa capacité estimée à 150 000.

« Au vu de notre développement, nous allons certainement atteindre en 2019 les 120 000 poteries, explique Bastien Noel. Il nous faut préparer l'avenir pour nous donner plus de souplesse dans nos capacités de production car nous sommes dans un système de vente relativement saisonnier et par à-coups.  Nous mettons donc progressivement en place un réseau de partenaires artisans potiers. Cela va nous permettre de mieux nous répartir sur le territoire, en minimisant les frais d'expédition et les charges fixes, et de travailler en circuit court en rapprochant le producteur du consommateur. Cette démarche correspond à nos valeurs éthiques : nous appuyer sur le savoir-faire d'autres artisans plutôt que d'installer des usines un peu partout. »

Un premier partenariat vient d'être signé avec Atelier Potier implanté à Varhiles (09), et un second est en cours de négociation.

Financer investissements et R&D

Au regard de sa croissance exponentielle, Oyas Environnement annonce vouloir lever des fonds pour financer investissements (réaménagement et agrandissement des espaces de production, achat de matériel,...) et R&D.

« Nous envisageons dès le mois de mars une levée de fonds à hauteur de 400 000 €, entre 200 000 et 300 000 € en capital et le reste en prêts bancaires. Nous souhaitons ouvrir notre capital à différents partenaires comme des particuliers, les salariés et des investisseurs solidaires, tout en restant bien sûr majoritaires », conclut Bastien Noel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :