Pourquoi il y a saturation sur le marché de l’emploi du cinéma et de la télévision en Occitanie

 |  | 902 mots
Lecture 5 min.
L'école Travelling, près de Montpellier, forme actuellement quelque 200 élèves aux métiers du cinéma et de la télévision.
L'école Travelling, près de Montpellier, forme actuellement quelque 200 élèves aux métiers du cinéma et de la télévision. (Crédits : Travelling)
SERIE. Épisode 3 – Avec désormais trois séries quotidiennes tournées en région (à Sète, Montpellier et Saint-Laurent-d’Aigouze), l’Occitanie a pris le leadership sur ce segment. Tant et si bien que les sociétés de production peinent à trouver des compétences sur les territoires. Trois nouvelles formations dédiées, financées par la Région, sont en cours à l’école montpelliéraine Travelling. Troisième (et dernier) volet de notre série sur l’économie des tournages en Occitanie.

La quotidienne Si belle la vie avait donné le ton en s'attribuant Marseille comme décor. Depuis, le concept a fait son chemin, et l'Occitanie a déroulé le tapis rouge, prenant un vrai leadership sur ce segment, vertueux à de multiples points de vue.

La région s'affiche tous les soirs de la semaine sur le petit écran. Il y aurait presque embouteillage... La série Demain nous appartient (tournée à Sète) est diffusée à 19h10 par TF1 depuis juillet 2017, Un si grand soleil (tournée à Montpellier et sur le littoral héraultais) à 20h45 par France 2 depuis septembre 2018, et la dernière arrivée, Ici tout commence (tournée à Saint-Laurent-d'Aigouze dans le Gard) à 18h30 sur TF1 depuis novembre 2020.

« En 2020, l'arrivée d'une 3e quotidienne tournée en Occitanie, c'était une nouvelle bonne surprise ! », s'exclame aujourd'hui Marin Rosenstiehl, le responsable de la commission du film chez Occitanie Films (satellite de la Région Occitanie pour la promotion du cinéma et de l'audiovisuel), faisant ainsi allusion à Ici tout commence, l'histoire d'une dynastie de grands chefs et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2021 à 9:34 :
Miser bien plus sur tout ces métiers permettrait en plus à nos jeunes d'avoir déjà un pied sur Youtube, par exemple, à savoir une des dernières possibilités à nos jeunes sans réseau de pouvoir devenir millionnaire.

Il suffit de quelques centaines de milliers de vues par vidéo pour en faire un phénomène bankable, tout ceci se réfléchi mais comment sortir de l'impasse oligarchique européenne et son dogme reposant sur le seul dumping social et dumping fiscal ?

Toujours la même impasse au final, toujours les mêmes barrières à la propsérité, l'aliénation cupide des propriétaires de capitaux et d'outils de production.
a écrit le 24/02/2021 à 8:30 :
La locomotive Netflix fait des petits dans son immense sillage, il est bien évident que miser sur des écoles de la création audivisiuelle serait plus que pertinent surtout quand on voit comme le niveau de nos comédiens en France est très bas. Alors certes il y a tout un tas d'autres métiers dans cette actvité mais les acteurs sont aux premières loges et il serait temps de les former correctement, on souffre de la comparaison avec nos amis anglais par exemple qui ont des acteurs et comédiens talentueux, peut-être les meilleurs au monde même.

Comment avons nous fait ?
Réponse de le 24/02/2021 à 8:58 :
Les "séries" sont un sous produit de la sous culture anglo saxonne. Autant de bêtise, de banalité, de
surenchère de situations affligeantes
sont insupportables à regarder. Tout ce delire ne servant qu'à garder le consommateur devant son écran pour lui "fourguer" de la Pub !
Réponse de le 24/02/2021 à 9:16 :
Hum... toi tu connais pas Dr Who ! ^^

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :