TellMePlus lève 4,2 M€ pour déployer son intelligence artificielle

La start-up montpelliéraine, créatrice d'une technologie prédictive, a annoncé, le 9 février, une levée de fonds de 4,2 M€ réussie auprès de divers investisseurs français et étrangers. Anticipant une forte croissance en 2016, elle veut lancer l'industrialisation de ses solutions, en direction des fintechs, des télécoms et de l'électronique.

2 mn

Lauréat du 1er prix EDF Pulse organisé en région, en janvier, Jean-Michel Cambot (TellMePlus, à gauche) a reçu son trophée des mains de Stéphane Marcel (Créalia)
Lauréat du 1er prix EDF Pulse organisé en région, en janvier, Jean-Michel Cambot (TellMePlus, à gauche) a reçu son trophée des mains de Stéphane Marcel (Créalia) (Crédits : Christine Caville)

Créée en 2011 à Montpellier, TellMePlus annonce qu'elle a réussi une levée de fonds d'un montant de 4,2 M€ auprès d'un pool composé de divers fonds français et étrangers (Ventech, Runa, Soridec, Jeremie LR, Sferen Innovation, XAnge) et d'investisseurs privés. Créatrice de d'algorithmes de profiling prédictifs, elle veut lancer "l'industrialisation massive de ses solutions", et "les vendre partout dans le monde", selon son fondateur Jean-Michel Cambot.

Une précision améliorée

D'abord spécialisée dans les solutions de profiling prédictif pour le e-commerce, TellMePlus s'est réorientée vers le développement d'une plate-forme, conçue dans un premier temps avec le CNRS, capable de brasser de très grandes quantités de données pour en extraire du sens et un résultat prédictif. Après une phase pilote, qui s'achève, cette solution sera commercialisée à la rentrée, d'abord en direction des télécoms et de la banque.

En s'attachant à identifier les signaux faibles, qui ne se produisent que très rarement - et non les effets de seuil visibles dans l'approche statistique traditionnelle -, cette technologie peut sensiblement améliorer les taux de précision connus dans ces secteurs.

"Nous pouvons proposer à une banque un système qui, chaque matin, recommande aux conseillers les noms des six clients à contacter en priorité, cite Jean-Michel Cambot. Nous atteignons alors un taux de réussite de 86 %, contre 55 % avec les outils bancaires habituels - soit autant de réussite qu'un pile ou face..."

Les industriels intéressés

TellMePlus, par ailleurs, travaille aussi sur la miniaturisation de sa technologie pour l'implémenter sur des systèmes de type M2M (« machine to machine », ou communication entre machines sans interaction humaine) ou sur des lignes de production de « wafers » (plaques de semi-conducteurs). La société est en contact avec plusieurs noms majeurs du numérique et de l'électronique, dont General Electric, Siemens, Schneider, Samsung ou Qualcomm.

"Il s'agit de déplacer notre intelligence artificielle en l'installant dans le device (dispositif, NDLR) ou le nœud de production directement", résume Jean-Michel Cambot.

TellMePlus compte porter son chiffre d'affaires de 400 000 à 2,5 M€ en dix-huit mois, et tripler ses effectifs, pour atteindre 40 salariés en 2017. Elle a récemment été lauréate du concours EDF Pulse, organisé pour la 1e fois en région à Montpellier le 21 janvier 2016.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.