Ubisoft déménage et vise les 500 salariés

 |   |  546  mots
Le nouveau site accueille 350 collaborateurs à ce jour
Le nouveau site accueille 350 collaborateurs à ce jour (Crédits : François Mahieu)
Ubisoft a inauguré, le 17 septembre, un nouveau site de 4 500 m2 situé à Castelnau-le-Lez (34). L'éditeur de jeux vidéo a également dévoilé un projet de recherche de trois ans, cofinancé par la Région à hauteur de 1,87 M€.

Bouclant un projet long de trois ans, de la conception à la livraison du chantier effectuée au printemps dernier, Ubisoft vient d'inaugurer ses nouveaux locaux, d'une surface de 4 500 m2, à Castelnau-le-Lez (34). Il s'agit de la première opération immobilière du studio héraultais : depuis sa création en 1994, il occupait des bâtiments en location sur le parc d'activités Bellegarde, situé dans la même ville. Le chantier a mobilisé 24 entreprises, "toutes locales", fait savoir l'éditeur de jeux vidéo (montant de l'investissement non communiqué)

De nouveaux besoins technologiques

Dessiné par le cabinet montpelliérain Philippe Rubio Architectes, le bâtiment est équipé d'une vêture qui permet de stopper la lumière, et de plafonds réfléchissants acoustiques, "une première dans notre région" selon Ubisoft. Il intègre notamment, en plus de nombreux postes de travail et studios d'enregistrement (son, motion capture, etc.), une salle de serveurs, un laboratoire de tests (8 personnes), et un pôle de formation (12 personnes).

Ubisoft emploie, à ce jour, 350 personnes sur son site héraultais, dont 80 % dédiées au développement de jeux : 30 % de créatifs, 50 % de codeurs. L'éditeur de jeux vidéo prévoit d'atteindre le seuil des 500 collaborateurs d'ici trois ans.

"Les jeux vidéo ont beaucoup changé. D'une conception scriptée, ils évoluent vers des univers virtuels de plus en plus personnalisés. Ceci nous impose de changer nos méthodes de production, d'aller plus loin dans nos outils de création. Depuis 25 ans, Ubisoft contribue au développement des industries culturelles et créatives à Montpellier, et nous allons continuer, en recrutant en région des profils d'experts en intelligence artificielle ou en machine learning pour faire face à ces nouveaux enjeux", souligne Yves Guillemot, co-fondateur et CEO d'Ubisoft.

Un projet disruptif en préparation

Pour gérer ses besoins et développer de nouveaux outils, Ubisoft porte un projet de recherche baptisé "Uramate". Ce dernier bénéficie d'une aide de 1,87 M€ accordée par la Région Occitanie au titre d'un contrat innovation d'une durée de trois ans, dévoilé au cours de cette inauguration. Depuis 2018, 40 personnes ont déjà été recrutées et assignées à ce programme. Elles devraient être environ 75, à terme.

Parmi les projets innovants créés par le studio héraultais figure un moteur de jeu, baptisé "System 3", qui constitue le coeur du jeu Beyond Good and Evil 2. Ce dernier programme est l'un des cinq jeux vidéo aujourd'hui en cours de développement chez Ubisoft au niveau mondial.

"C'est un des plus gros projets jamais imaginés par la société et sans doute dans le secteur du jeu vidéo. Traditionnellement, un jeu vidéo est similaire à un décor de cinéma : dès qu'on dépasse l'horizon, il n'y a plus rien. La promesse de cette technologie est de permettre un voyage dans l'espace sans limites, où le joueur pourra évoluer avec une infinité de points de vue", détaille Michel Ancel, directeur créatif du programme et "créateur-star" d'Ubisoft.

Premier éditeur de jeux vidéo en France, Ubisoft s'appuie sur 40 studios dans le monde et a réalisé un chiffre d'affaires de 2,02 Mds € en 2018 (+17,1 %). Le groupe a été fondé en Bretagne en 1986, avant un déménagement à Paris en 1992.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :