Women for Future 2019 célèbre l'engagement au féminin

 |   |  1219  mots
Les partipant(e)s, lauréates, partenaires et organisateurs de Women for Future 2019, sur la scène du Domaine de Verchant
Les partipant(e)s, lauréates, partenaires et organisateurs de Women for Future 2019, sur la scène du Domaine de Verchant (Crédits : Eric Durand)
L'édition 2019 de Women for Future, organisée le 18 juin par La Tribune, a réuni plus de 400 participant(e)s à Montpellier. L'événement a mis en lumière les initiatives remarquables de femmes actrices des transitions économiques en cours.

Nouveauté de cette édition 2019, Women for Future a débuté tôt dans l'après-midi, le 19 juin, avec une série d'ateliers pratiques qui ont réuni plus d'une centaine de participantes sur des thématiques variées : gestion d'une équipe et des émotions, prise de parole en public, personal branding, nouveaux modes de management, techniques de financement et outils de la performance, recrutement et RH 3.0. Animée par Virginie Saint-Clair, la cérémonie qui a suivi, en présence de 400 personnes, s'est ouverte par une première table-ronde organisée sur le sujet "France Afrique : regards croisés sur l'entrepreneuriat et l'engagement au féminin".

L'audace, un facteur de changement

Dans l'optique de progresser sur ces sujets, les débats ont vite ciblé une urgence : travailler sur l'éducation des jeunes filles. Loubna Zaïr, présidente de l'association Women In Leadership (500 membres dans 17 pays), agit sur ce sujet en Afrique "en rédigeant des rapports avec experts internationaux que nous déposons dans les ministères et dans les collectivités territoriales pour les alerter sur certains signaux faibles et pour faire des propositions, comme trouver des opérateurs afin d'organiser les ramassages en bus des écolières". De son côté, Dare Women s'inspire des pratiques californiennes pour stimuler le réflexe de sororité, l'entraide entre femmes dès le plus jeune âge, "car il est urgent d'aider les femmes à avoir plus confiance en elles à une époque où, malgré les discours sur la mixité, 71 % d'entre elles s'auto-censurent encore dans leurs projets personnels, tout simplement parce qu'elles en manquent", selon la présidente Frédérique Picard.

Un autre levier d'action en Afrique réside dans les échanges Nord/Sud, comme le signale Donia Kaouach, fondatrice de Tunisiennes Fières : "Depuis la fin du régime de Ben Ali, les femmes de mon pays en soutenu pendant huit ans un processus qui a permis l'adoption d'une constitution 100 % laïque. Elles jouent un grand rôle dans la transition démocratique d'un pays où 50 % des magistrats, 60 % des médecins sont des femmes, où elles génèrent 70 % du PIB, et nous voulons mobiliser les Européens pour qu'ils soutiennent ce nouveau modèle tunisien". Au Maroc, le cluster des entreprises en croissance maîtrisée, Leader Occitanie, a ouvert en 2018 un Leader Maroc à Casablanca où il a confié une de ses vice-présidences à une femme, et inscrit la lutte contre les discriminations dans ses priorités : "Nous avons une problématique de mixité dans l'accessibilité aux métiers techniques, qu'il faut résoudre en permettant d'abord aux femmes marocaines de se libérer des leurs obligations personnelles et familiales : si 25 % des femmes africaines s'engagent dans l'entrepreneuriat, il faut soutenir le mouvement et donner une nouvelle feuille de route à la jeunesse, alors que des pays entiers peuvent basculer dans l'obscurantisme", estime son président Jalil Benabdillah.

"Il faut aussi donner une image plus réaliste de l'Afrique : 60 % des parlementaires rwandais sont des femmes, soit un taux bien plus élevé qu'en France, et l'Afrique compte plusieurs femmes chefs d'État, alors que ça n'est jamais arrivé en France ou aux États-Unis. Seulement, ce leadership avancé des femmes africaines est peu connu car il est invisible à l'international. Nous soutenons donc les femmes qui veulent s'engager dans les grands forums ou les grands flux de business internationaux pour corriger cette forme de discrimination", explique Naïma Korchi, présidente de l'Africa Women's Forum (2000 membres dans 45 pays).

Une "mixité saine"

Une deuxième table-ronde a pris acte de cette évolution notable : la récente loi PACTE (plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) a défini, pour la première fois, les objectifs sociaux et environnementaux d'une entreprise comme "sa raison d'être" - mais à la condition de lever les barrières subsistantes grâce aux actions menées par les femmes et les hommes engagés sur ces sujets. Dans la transition énergétique, Stéphanie Andrieu, DG d'Urbasolar, souligne : "Il y a une difficulté à féminiser le secteur : dans les métiers techniques, c'est difficile, on a très peu de candidates sur des postes comme l'informatique ou la construction. Cela se passe au collège, il ne faut pas qu'elles soient rebutées par les maths, et qu'elles puissent s'orienter vers les filières techniques sans a priori". De même, Anne-Emmanuelle Rousseau, directrice juridique et RSE du groupe gardois BRL, insiste sur les nouveaux messages à faire passer : "On va plus loin que la simple approche mixité femmes/hommes, on pense que la diversité des parcours, des formations, des âges renforce la compétitivité et l'efficacité des entreprises. Il faut agir contre l'exclusion".

"Le sujet de la mixité est fondamental dans le sujet environnemental : la mixité doit être un catalyseur. Les formations d'ingénieurs prêtaient davantage aux hommes des carrières. Les compétences comme la force physique empêchaient les plus audacieuses d'exercer nos métiers. Mais la digitalisation transforme nos métiers qui sont alors plus propices à une mixité saine. Les formations académiques reçoivent davantage de femmes (un tiers contre un cinquième il y a 20 ans). On se bat contre les stéréotypes et le sexisme en tout genre", témoigne Maximilien Pellegrini, DG délégué Eau chez Suez France.

Marraine de cet événement, Maëlle Mietton, actrice dans la série "Un si grand soleil" tournée à Montpellier (audience de trois à quatre millions de personnes en moyenne), rajoute en conclusion de ces échanges : "La télévision et le théâtre peuvent être vecteurs de ce message. Dans « Un si grand soleil », il y a eu récemment une intrigue sur la charge mentale. On ouvre ces sujets et la parole".

L'excellence au féminin

Dernière séquence de la cérémonie, une remise de prix a permis de distinguer les parcours remarquables de femmes dans divers segments de l'économie régionale :

  • La lauréate "Femme innovante" est Marie-Anne Pechinot, directrice générale de Zimmer Biomet Robotics (Montpellier) : "Il y a beaucoup d'innovations dans le secteur médical, et nous avons des femmes ingénieurs, même si ce n'est pas facile en matière de recrutement".
  • La lauréate "Femme influente" est Magali Saumade, présidente de la Chambre d'agriculture du Gard : "Je suis la première femme à la Chambre d'agriculture, je suis fière de représenter les agriculteurs gardois qui n'ont pas hésité à élire une femme !"
  • La lauréate "Femme engagée" est Céline Jardy-Triola, médecin et fondatrice d'Urgences Chrono (Codolet) : "Notre site web a pour ambition de dé-saturer les urgences, qui est un métier très difficile... À Montpellier, nous indiquons le temps d'attente aux patients".
  • Les lauréates du Prix Spécial du jury sont Marion Guerrero et Marion Aubert, fondatrices de la compagnie de théâtre Tire pas la nappe (Montpellier) : "Le fait d'être un duo de femmes est extrêmement rare, nous sommes une sorte de symbole de sororité".
  • Les lauréates ex aequo en "Femme entrepreneur" sont Mélissa Kaestler, directrice générale de A+ Energies (Castries) et Anne Prunières, co-dirigeante des Transports Prunières (Poussan), qui témoigne : "Nous évoluons dans un secteur plein de clichés, masculin et polluant, mais c'est faux, il change beaucoup !"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2019 à 10:01 :
On célèbre l'engagement féminin en mettant en homme au centre, curieux....
Réponse de le 20/07/2019 à 5:33 :
Tout à fait, étant moi-même un homme je suis très étonné par la composition de la photo. Peut être mettre les lauréates au centre et seulement elles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :