Cluster numérique régional : Jour 1 de l'unification

 |   |  603  mots
Les principaux acteurs de la filière numérique en région se regroupent pour la création d'un grand cluster
Les principaux acteurs de la filière numérique en région se regroupent pour la création d'un grand cluster (Crédits : Conseil régional LR)
À l'occasion du Digiworld Summit, le Conseil régional et les chefs d'entreprise du secteur numérique en Languedoc-Roussillon ont annoncé officiellement leur rassemblement, le 19 novembre. 240 000 € seraient consacrés à la mise en route de ce nouveau cluster en 2015.

Comme Objectif Languedoc-Roussillon l'annonçait lundi 17 novembre, les acteurs du numérique en région se rassemblent au sein d'un seul et grand cluster. Profitant du Digiworld Summit, à Montpellier, et peu après la labellisation French Tech, le Conseil régional a provoqué une conférence de presse pour annoncer ce rassemblement le 19 novembre.

À cette occasion, faisant table rase des dissensions antérieures, chaque représentant des clusters s'est montré rassembleur, animé par une volonté de porter d'une seule voix les forces vives du numérique en région.

Pour l'heure, si la volonté de Pix LR, Novae LR et MCC (Media Cloud Cluster) de fusionner est annoncée, la structuration de la gouvernance du grand cluster reste encore à négocier. La création juridique du cluster n'est d'ailleurs pas encore actée et pourrait l'être d'ici plusieurs semaines.

"Comme dans toutes les fusions d'entreprises, elle sera suivie d'une restructuration", fait remarquer Alain Molinié, président de Media Cloud Cluster et P-dg d'AwoX.

Ce grand cluster implique notamment l'éclatement des filières, dans le but de décliner les corps de métiers sous la forme de grands collèges. À ce jour, l'intitulé de ces collèges reste à définir.

Un cabinet de conseil a par ailleurs été mandaté pour accompagner la structuration de la gouvernance du cluster et régler les questions des statuts existants.

Si Hélène Giral, vice-présidente du Conseil régional, n'a pas donné de détails sur le plan de financement prévu pour ce cluster, l'élue a rappelé l'investissement courant de 2 M€  injecté dans la filière numérique. Selon nos informations, des montants auraient d'ores et déjà été discutés début novembre et pourraient atteindre 240 000 € en 2015, dont 60 % de fonds européens, spécifiquement sur ce cluster. Un chiffre à prendre avec des pincettes puisque le budget régional n'a pas encore été voté.

Témoignages

"Toutes les strates entrepreneuriales seront représentées. Ce cluster doit nous donner les moyens de nous développer, d'être attractifs et modernes pour que nos entreprises grandissent", déclare Christophe Carniel, président de Transferts LR.

"Le label French Tech a pour vocation de rassembler et structurer les écosystèmes de France pour rayonner à l'international", rappelle Alain Molinié. Au niveau local, nous voulons faire de même sous une seule entité qui représente les forces vives du numérique régional."

Grégory Cladera, président de l'ex-Novae LR, association dont le nom est voué à disparaître, a quant à lui souligné "l'attractivité que devrait permettre ce cluster". Thomas Fraisse, vice-président de Pix'LR, s'est, lui aussi, réjoui de cette fédération et a rappelé la position incontournable des entreprises héraultaises du jeu vidéo en France.

Pilote industriel du domaine d'activité stratégique de la 3S (Stratégie de spécialisation intelligente), Pierre Deniset a précisé : "Ce futur cluster va se caler sur les grilles d'adressage des fonds structurels européens dans le cadre de la 3S. L'objectif est de dynamiser les financements privés avec les partenaires industriels (IBM, banques, sponsors...)."

Marie-Laure Vie, coordinatrice des événements de la mobilisation French Tech, a cité l'importance de la présence de tous les acteurs du numérique, blogueurs, et e-commerçants représentés dans ce cluster "afin que chacun apporte sa pierre à l'édifice".

Katia Vidic, fondatrice de Nelis, a insisté sur son expérience de "gouvernance collective au sein de la mobilisation French Tech" : "Aujourd'hui, la French Tech doit aller au-delà des entreprises numériques et concerner toutes les sociétés du territoire."

Ysis Percq

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :