Ce qu’expérimentent Equiphoria et Boehringher Ingelheim pour les victimes d’AVC

 |  | 838 mots
Lecture 4 min.
Le laboratoire pharmaceutique allemand Boehringer Ingelheim et le centre lozérien de thérapie par le cheval vont démarrer au printemps prochain un essai thérapeutique de quatre ans sur des patients victimes d’un AVC.
Le laboratoire pharmaceutique allemand Boehringer Ingelheim et le centre lozérien de thérapie par le cheval vont démarrer au printemps prochain un essai thérapeutique de quatre ans sur des patients victimes d’un AVC. (Crédits : Erik Bogros Equiphoria)
L’industriel pharmaceutique allemand Boehringer Ingelheim et Equiphoria, centre de thérapie par le cheval basé à la Canourgue en Lozère, viennent de signer un partenariat pour mener un essai thérapeutique de quatre ans sur des patients victimes d’un AVC.

Selon les statistiques de l'Inserm, toutes les quatre minutes en France, une personne est victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC). On dénombre ainsi chaque année plus de 140.000 nouveaux cas, l'AVC représentant la première cause de handicap physique acquis de l'adulte, la seconde cause de démence (après la maladie d'Alzheimer) mais aussi de mortalité.

Trois-quarts des survivants gardent des séquelles graves. Si les personnes de plus de 65 ans sont les plus touchées, l'AVC peut toutefois survenir à tout âge.

Face à ce constat, le partenariat qui vient d'être signé entre Boehringer Ingelheim, laboratoire pharmaceutique allemand spécialiste de la santé humaine et animale, et Equiphoria, centre lozérien de thérapie par le cheval exclusivement dédié aux soins, est une étape prometteuse pour aider les patients victimes d'AVC.

Échecs répétés

« Cette collaboration est l'opportunité d'allier l'humain et le cheval dans une étude scientifique exceptionnelle, se réjouit Helène Viruega, fondatrice de l'institut Equiphoria avec son mari Erik Bogros. Nous sommes reconnaissants d'avoir trouvé un partenaire qui prend en compte les besoins du patient après l'hospitalisation et qui met à l'honneur la relation homme-animal. »

De son côté, Manuel Gaviria, médecin de réadaptation, docteur en neurosciences, directeur scientifique d'Equiphoria et coordinateur du projet, se félicite également de cette collaboration : « Depuis plus de trente ans, les laboratoires pharmaceutiques sont confrontés à des échecs répétés dans la mise au point de médicaments pour traiter les séquelles des AVC... L'opportunité d'entamer un travail de réadaptation neurologique non médicamenteux est une chance mutuelle inestimable ».

Des protocoles pour le patient et pour l'aidant

Depuis sa création en 2012, Equiphoria propose aux patients de la réadaptation neurologique en utilisant les techniques d'hippothérapie : stimulations physiques, psychiques, émotionnelles induites par le mouvement du cheval.

Le centre reçoit en moyenne chaque année 200 patients (prise en charge possible par les mutuelles) atteints de tous types de pathologies du système nerveux (autisme, accidentés crâniens, AVC...). Une équipe pluridisciplinaire de douze thérapeutes diplômés d'État dans le domaine de la santé, les accompagne.

Doté depuis 2013 d'un laboratoire en neurosciences dirigé par Manuel Gaviria, l'institut a rapidement constaté les bénéfices de sa méthode et a formalisé l'an dernier, un protocole de recherche pour les personnes victimes d'AVC.

« Si les patients sont bien pris en charge en milieu hospitalier, en revanche de retour chez eux, ils connaissent généralement une grande détresse, affirme Hélène Viruega. Mais cette souffrance réelle, pour les victimes comme pour leurs aidants, n'est pas prise en compte dans un parcours conventionnel. Notre proposition s'est avérée efficace pour aider les patients à gagner en autonomie et faire en sorte qu'ils ne se ressentent pas comme une charge insupportable. »

Renforcer aussi les compétences des aidants

Cette démarche thérapeutique a séduit Boehringer Ingelheim.

« Au-delà de la recherche de solutions thérapeutiques innovantes, le laboratoire est engagé dans la prévention, l'optimisation du parcours de soins du patient et le suivi post AVC », rappelle Arnaud Bedin, directeur médical Santé humaine chez Boehringer Ingelheim en France.

Outre la prise en compte de l'équilibre émotionnel et de la qualité de vie des patients, l'essai thérapeutique qui va démarrer au printemps 2021 pour une durée de quatre ans, permettra d'aller plus loin.

« L'évolution des patients étant étroitement liée à leur entourage, le programme vise aussi à renforcer les compétences des aidants afin de limiter leur fatigue, leur stress et améliorer l'efficacité de leurs efforts », explique Hélène Viruega.

60 patients pour l'étude

Pour cette expérimentation, les patients seront divisés en deux groupes de 30 personnes, sélectionnés sur les mêmes critères d'inclusion (ou de non-inclusion), puis tirés au sort : l'un suivra la réadaptation neurologique par hippotherapie à l'institut tandis que le second suivra un parcours de réadaptation neurologique classique en milieu hospitalier. Equiphoria est d'ailleurs actuellement en phase de finalisation des partenariats cliniques (CHU, INSERM, CRO).

« Le protocole sera validé par le Comité consultatif national d'éthique (CCNE, ndlr) et l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM, ndlr), précise Manuel Gaviria. Tout au long de l'étude, des tests cliniques seront effectués pour renseigner sur le potentiel du patient, sa récupération, mais également sur la charge de l'aidant. »

Pour chaque patient, le protocole durera 22 semaines, avec trois alternances de soins intensifs et de temps de récupération. Aucun résultat intermédiaire ne sera donné. La gestion et l'analyse des données seront confiées à une organisation de recherche contractuelle qui rédigera le rapport final.

Identifier des facteurs bloquants parfois silencieux chez les patients, les accompagner vers plus d'autonomie, réaffirmer l'importance du lien homme-animal, contribuer à la communauté scientifique... Les enjeux sont multiples.

Partenaire majoritaire, le laboratoire allemand n'a pas souhaité communiquer sur le coût de ce protocole.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :