« Bâtiment citoyen » : une charte éthique initiée par la FFB 34

 |  | 716 mots
Le président de la FFB 34, entouré des députés héraultais qui soutiennent sa démarche, a présenté, le 28 mars, la charte destinée à lutter contre la concurrence de la main d'œuvre à bas coût.

Il fallait réagir. Face à une année 2013 annoncée par le président de la Fédération française du bâtiment (FFB) de l'Hérault, Patrick Ceccotti, comme une année « noire » pour le secteur, la FFB 34 vient de créer une charte éthique destinée à combattre la concurrence déloyale dans le bâtiment.

Selon Patrick Ceccotti, l'orientation de l'activité dans la filière provoque le détachement de main d'œuvre étrangère proposant des prestations à bas prix et qualifiée de « toxique pour l'économie locale ».

Objectif de cette charte éthique : non pas interdire ce qu'autorise l'Europe au travers de sa directive de 1996, mais faire en sorte que la loi soit respectée.

Les derniers contrôles de l'inspection du travail dans le département font état d'un tiers des ouvriers issus de ces détachements de main d'œuvre.

« Nous avons été les premiers, il y a trois ans, à dénoncer cette situation : des entreprises françaises et étrangères ne jouant pas le jeu d'une concurrence juste et loyale, déclare Patrick Ceccotti, prophétisant la perte de 3 000 emplois dans le bâtiment en 2013 pour le seul département de l'Hérault. Cette charte constitue un geste fort, un acte moral, responsable, engagé et engageant. »

La charte éthique porte le nom de « Bâtiment citoyen », et fait état de plusieurs engagements : préserver l'emploi du secteur, faire respecter scrupuleusement les obligations sociales et fiscales, ou encore participer aux efforts en matière d'insertion et de formation.

Au regard des enjeux pour l'économie locale, cette démarche a été largement soutenue par sept des neuf députés du département : Frédéric Roig, Christian Assaf, Patrick Vignal, Fanny Dombre-Coste, Anne-Yvonne Le Dain, Elie Aboud et Sébastien Denaja.

« Ce que nous reprochons aux patrons voyous, c'est de prendre l'Hérault pour le Club Med du travail low-cost, s'exclame Christian Assaf, député PS de la 8e circonscription de l'Hérault. La guerre est déclarée ! Nous savons qui ils sont ! Pour eux, ça va devenir compliqué... »

« La lutte contre le chômage passe aussi par la lutte contre le travail illégal », affirme Frédéric Roig.

« 2013, année noire du bâtiment ? Je veux croire qu'il n'y a pas de fatalité, assure Sébastien Denaja. Je lance un appel aux organismes de crédit qui ne font pas leur travail, et aux collectivités locales pour qu'elles ne baissent pas les bras sur ce type d'investissements. »

À la question du carcan imposé par le Code des marchés publics, Frédéric Roig répond :

« Il faut arrêter de se cacher derrière le Code des marchés publics, qui est en fait très souple et offre déjà beaucoup de réponses. Il existe un espace de dialogue entre les donneurs d'ordres publics et les entreprises, et diverses manières de rédiger les appels d'offres ».

« On n'est pas le seul pays en Europe à demander un toilettage de la directive européenne de 1996, ajoute Fanny Dombre-Coste. Et il faut combattre cette forme d'esclavagisme moderne ! »

Potentiellement, la FFB 34 annonce une centaine de signataires de la charte éthique, et l'initiative héraultaise, une première en France, pourrait bien faire des petits dans d'autres départements.

La mise en place de cette charte éthique s'inscrit dans une démarche déjà engagée de la FFB 34 auprès des collectivités locales, au travers de la signature de conventions destinées à « favoriser de bonnes pratiques dans l'application des procédures d'achat ».

Douze conventions ont été signées en 2012 avec Thau Agglo, Hérault Habitat, la SERM, la SAAM, le Conseil général de l'Hérault, etc.

D'autres signatures sont à venir avec les Villes de Montpellier, Castelnau-le-Lez, Sète, Lattes ou Frontignan, mais aussi avec le promoteur immobilier FDI, une première avec les donneurs d'ordres privés.

« Nous sommes vigilants depuis longtemps au mieux-disant et non au moins-disant », note Dominique Guérin, à la tête du Groupe FDI.

Cécile Chaigneau

Lire également
 La FFB34  veut démasquer les tricheurs

Légende : Le président de la FFB 34, Patrick Ceccotti, entouré des députés héraultais ce jeudi 28 mars, lors de la mise en place de la charte éthique.
Crédit photo : CCI Montpellier


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :