Régionales 2015 : Philippe Saurel à marche forcée dans sa politique culturelle

 |   |  592  mots
(Crédits : DR)
En pleine campagne pour les régionales 2015, Philippe Saurel « passe à la vitesse supérieure » dans sa politique culturelle. Le 2 octobre, le maire de Montpellier a annoncé, pêle-mêle, une nouvelle saison culturelle ambitieuse pour 2016-2017, des nominations nationales à la tête des institutions phares de la Métropole et un collège d’élus placés à la tête de la culture.

Jamais saison culturelle n'avait été présentée si en amont, dans son ensemble : deux expositions à venir pour le centre d'art La Panacée à Montpellier, trois pour le musée Fabre (Senufo en novembre 2015, Frédéric Bazille à l'été 2016, galerie tactile « L'art et la matière » en décembre 2016), deux autres pour le Carré Sainte-Anne (Carole Benzaken puis Barthélémy Toguo en 2016), et encore autant pour le Pavillon Populaire. Le programme culturel de la métropole court d'octobre à juin 2017, comme l'a annoncé Philippe Saurel vendredi 2 octobre, lors d'un point presse sur sa politique culturelle de mi-mandat, à l'hôtel de Montcalm.

« Toulouse hérite du titre de capitale régionale, Montpellier a besoin de réaffirmer sa place dans l'arc méditerranéen et sur le territoire régional », affirme le premier magistrat de la ville.

Craignant que l'émergence de la nouvelle super région ne se traduise par une perte d'influence de Montpellier, Philippe Saurel agit à marche forcée dans sa politique culturelle. « Il faut passer à la vitesse supérieure », confie le maire de la huitième ville du pays, en réaffirmant ses ambitions pour la culture autour de trois axes : la culture pour tous, les cultures de la Méditerranée, la danse et l'art contemporain.

Six délégations culturelles

Premier geste fort du candidat aux régionales, qui avoue « avoir appris de la future grande région l'humilité et la nécéssité de déléguer » : la nomination de six délégations dédiées à la culture. « J'ai décidé de confier l'activité culturelle, non plus à un seul homme mais à un collège d'élus », annonce-t-il.

Parmi les six nouveaux visages de la culture, un chef d'orchestre fraîchement nommé : Jean-Louis Sautreau, nouveau directeur de la Culture mutualisé à la Ville et à la Métropole de Montpellier. En fonction depuis le 1er septembre 2015, l'ancien directeur de la Culture de la Ville de Toulouse/Toulouse Métropole en 2010, assurera le pilotage technique des grands projets du mandat de Philippe Saurel : centre d'art contemporain, relocalisation du Conservatoire à rayonnement régional, etc.

Des équipements tout neufs

Le maire de Montpellier met aussi un coup d'accélérateur aussi sur les équipements culturels de la Ville : l'ancienne maternité Grasset, propriété du CHRU qui devrait accueillir le nouveau conservatoire à rayonnement régional, verra son « projet architectural présenté avant Noël », toujours selon Philippe Saurel, tandis que les travaux longtemps « enlisés » du futur centre d'art contemporain avancent à grands pas : « il reste entre 6 mois et un an de travail sur le gros œuvre. »

Des recrutements nationaux

Dernier volet de cette politique, le lancement « de recrutements nationaux pour la direction artistique du festival de cinéma Cinémed (Jean-François Bourgeot est remercié, NDLR), et de la 10ème ZAT », souligne le maire de Montpellier.

Philippe Saurel a même anticipé la nomination du futur directeur de projet du centre d'art contemporain, dont l'ouverture est attendue en 2018-2019 à l'hôtel de Montcalm. Prévue initialement dans le courant de l'année scolaire, cette personnalité « d'envergure nationale, voire internationale », sera nommée fin octobre. Et constituera la pièce maîtresse de la politique coup de point du maire de Montpellier.

« Un centre centre d'art contemporain qui travaillera en synergie avec les autres équipements culturels de la ville ». Philippe Saurel l'imagine comme un « grand trajet de l'art dans la ville, organisé le long des lignes de tramways et de la gare » et à même de capter les deux millions de voyageurs qui transitent chaque année dans la métropole urbaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2015 à 21:15 :
C'est bien beau de soutenir la culture, l'art ... mais venant de quelqu'un qui est en train de massacrer nos tramways haut en couleurs, oeuvres d'artistes et de créateurs ça m'agace toutefois!!!!!
a écrit le 05/10/2015 à 9:28 :
Bien que ne partageant pas toujours ses idées, je soutiens que Monsieur SAUREL est un homme intelligent. Effectivement, il est indispensable que MONTPELLIER affirme son "positionnement" dans la future "Grande Région'". Alors pourquoi pas l'Art et la Culture? Naturellement, on ne peut pas se contenter de ce seul axe. Mais...La Ville d'AIX EN PROVENCE a un rayonnement international avec son festival de musique qui est d'une rare qualité. Je regrette que la Ville de NIMES n'emboîte pas le pas à sa voisine en restant très "coincée" sur sa production de spectacles "paiens" et "barbares" (tauromachie), en perte de vitesse (des déficits de plus en plus importants), et très contestés (CRAC). Monsieur SAUREL est imaginatif. Il est vraiment dommage que ses homologues gardois ne disposent pas de la même "vista".
a écrit le 02/10/2015 à 20:47 :
Il posède une t'el connaissance de Montpellier Il est née à Montpellier C'est visions et son ambition positive fera de Montpellier Une Métropole reconnu pour ses universités son agronomie le numérique la culture et l'ar dans tous les domaines Sans oublier la médecine Gesionaire Humaniste Homme de cœur Puissant politicien juste
Réponse de le 05/10/2015 à 9:32 :
Je partage votre avis. Monsieur SAUREL est un homme INTELLIGENT. Bien que ne partageant pas forcément toutes ses idées, je le trouve au demeurant SYMPATHIQUE. Il est vraiment dommage que nous ne disposions pas des mêmes personnalités à NIMES.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :