Le Musée de Lodève prépare sa réouverture

 |   |  553  mots
La salle du passage, au sein du Musée de Lodève
La salle du passage, au sein du Musée de Lodève (Crédits : Projectiles)
Conformément au calendrier, le Musée de Lodève (34), en travaux depuis novembre 2014, ouvrira ses portes le 7 juillet 2018. Les 9 M€ investis dans la rénovation et l’agrandissement du musée vont permettre de valoriser un fonds permanent exceptionnel en lien direct avec le territoire.

La restructuration et l'extension du Musée de Lodève, portés par la Communauté de communes Lodévois et Larzac qui en assure la gestion, auront nécessité plus de trois ans de travaux (coût global : 8,97 M€ financés, dont 1,9 M€ pour la CCLL). Ce projet ambitieux de « nouveau musée » visant à valoriser les collections et le patrimoine architectural, et à rendre l'espace accessible à tous les publics, tenait particulièrement à cœur Marie-Christine Bousquet, maire de Lodève, présidente de l'intercommunalité et vice-présidente du Conseil départemental de l'Hérault. L'annonce, mercredi 15 novembre, de son décès brutal au Burkina Faso, a suscité l'émotion.

« Développer la dynamique, l'envergure et l'attrait du Musée de Lodève était l'une de ses priorités. Il va falloir être à la hauteur de cette grande dame, très généreuse, qui s'est toujours battue pour son territoire », confie avec tristesse Fadilha Bennamar-Koly, vice-présidente de la CCLL, en charge de la culture.

Une surface totale de 2 786 m2

Installé dans l'hôtel du Cardinal de Fleury (bâtiment datant des XVIIe et XVIIIe siècles), le Musée de Lodève a été fondé en 1957 pour réunir de riches collections pétrographiques et paléontologiques qui, par la suite, se sont enrichies du fonds d'atelier du sculpteur Paul Dardé. Mais depuis 1997, c'est surtout pour ses expositions temporaires d'envergure nationale - Bioulès, Renoir, Gauguin, Bonnard...- que le Musée était connu du grand public, l'intérêt scientifique des collections permanentes attirant plutôt les chercheurs européens.

« Le credo de ce nouveau musée est d'entrainer le visiteur, à travers ses collections permanentes, dans un voyage de 540 millions d'années. Plus qu'une rénovation, il s'agit d'une transformation profonde », précise Fadilha Bennamar-Koly.

En charge de l'architecture et de la muséographie, l'agence lyonnaise Projectiles a adjoint à l'hôtel particulier une extension contemporaine, à l'esthétique très minérale, qui permet de doubler les surfaces d'accueil et d'exposition. L'entrée se fera désormais par la salle du passage qui mène vers les différents espaces du musée.

Beaux Arts, Archéologie et Sciences de la Terre

Immersive, interactive, la nouvelle muséographie s'articulera autour de trois parcours - Trace du vivant, Empreintes de l'homme, Mémoires de pierre - conçus comme le récit d'un voyage dans l'immensité du temps.

« Loin d'un savoir encyclopédique, nous avons fait le choix de présenter les objets les plus emblématiques de nos collections, les plus importants scientifiquement et esthétiquement, commente Yvonne Papin, conservateur en chef du patrimoine, directrice du Musée de Lodève depuis 2011. Il s'agit de raconter des instants de vie à partir d'empreintes, de traces, laissées dans la matière. En cela, le Musée de Lodève est vraiment unique dans l'univers des musées. »

Autre particularité du musée : la quasi totalité de ses collections est extraite des alentours. « À travers une démarche scénographique inédite, c'est tout le territoire autour de Lodève qui prend sens », insiste Fadilha Bennamar-Koly.

Par cette mise en lumière d'un fonds de collections impressionnant mais jusque là peu exploité, le Musée de Lodève, qui accueille chaque année 40 000 visiteurs, entend booster sa fréquentation et faire rayonner tout le territoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :