Nouvelles ambitions pour la Manufacture nationale de Lodève

 |   |  554  mots
Louis XIV, tapis de style classique, réalisé en 1970 par les liciers de la manufacture d'après un modèle du peintre Charles Lebrun.
Louis XIV, tapis de style classique, réalisé en 1970 par les liciers de la manufacture d'après un modèle du peintre Charles Lebrun. (Crédits : Edouard Hannoteaux)
À Lodève (34), la Manufacture tisse des tapis d'exception pour le mobilier national. Le ministère de la Culture vient d'approuver le projet de rénovation de son site (3 000 m2) pour accompagner sa mutation en véritable lieu culturel et historique. L'opération, d'un montant de 1,2 M€, s'étendra de 2018 à 2020.

Ouverte en 1964 pour profiter du savoir-faire des femmes rapatriées d'Algérie en matière de tissage, la Manufacture nationale de tapis de Lodève, située en entrée de ville, n'a pas bougé de place mais a évolué. Achevé en 1990, le bâtiment actuel porte les stigmates du temps. Un projet à 1,2 M€ prévoit une réhabilitation de la façade, de l'étanchéité et l'aménagement d'un espace médiathèque et exposition de 380 m2.

"Il fallait mettre le bâtiment aux normes modernes et désenclaver certains espaces grâce à un ascenseur, détaille Jean-Marc Sauvier, responsable de la Manufacture nationale de tapis. L'ancienne crèche, fermée depuis trois ans, va devenir un espace d'exposition, mettant en valeur notre savoir-faire, mais aussi une médiathèque ressource sur l'art du tissage, pouvant accueillir des conférences. L'entrée accueillera également une boutique."

Manufacture de Lodève bâtiment

(La Manufacture nationale de tapis de la Savonnerie de Lodève est située à l'impasse des Liciers. Elle a été inaugurée en 1990.)

Le mobilier national, un service public

Les travaux se feront en plusieurs tranches, et sont financés par le ministère de la Culture et la Drac. Un projet initial s'élevait à 350 000€, mais une vision plus ambitieuse s'est imposée pour le bâtiment. Le montant des travaux a donc été porté à 1,2 M€. Ils seront réalisés par les architectes Mickaël Courtay et Aurélie Rouquette, installés à Montreuil (93), mais originaires de Lodève.

Avec ce projet, que Jean-Marc Sauvier espère voir achever en 2020, la Manufacture assure ses missions publiques d'ouverture, de préservation et de transmission de techniques anciennes, intégrées par la tradition du mobilier national depuis sa création par Colbert en 1664.

Des expositions, pour une nouvelle dynamique

Arrivé à la tête de la Manufacture il y a trois ans, Jean-Marc Sauvier a travaillé à la Manufacture des Gobelins (Paris, 13e), et affiche presque quarante ans de carrière dans le mobilier national.

À Lodève, il veut multiplier les partenariats pour faire connaître l'art du tapis et les œuvres des artistes reproduites sur les tissages.

"Nous travaillons avec le musée de Lodève, comme pour la présentation « Tisser la couleur », et nous préparons également une exposition avec les archives départementales de Pierresvives pour 2019. La Manufacture peut imaginer beaucoup d'événements, des lectures historiques ou encore des échanges avec les écoles d'art."

Préservation du savoir-faire artisanal

La Manufacture compte actuellement 19 liciers. Deux jeunes femmes, fraichement diplômées de la formation des métiers d'art du mobilier national à Paris, devraient aussi prendre leur poste à Lodève au 1er janvier, portant les effectifs à 21 personnes.

Près de trois ans sont nécessaires pour réaliser un tapis, parfois plus pour certaines pièces. Ils sont ensuite choisis et exposés dans les arcanes de la République, de l'Élysée aux ambassades, en passant par les ministères.

Quatre tapis sont actuellement en cours de confection, à différents stades. Tous ont pour modèle une œuvre artistique contemporaine, reproduite par le tissage de la laine.

Le dernier tapis achevé est une reproduction d'un tableau de l'artiste américaine Shirley Jaffe. Il sera tombé du métier à tisser et présenté aux représentants du ministère de la Culture courant janvier 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :