Urbanisme : Philippe Saurel recalibre et verdit la ZAC de la Restanque

 |   |  589  mots
La ZAC de la Restanque, à Montpellier, a été reconfigurée pour intégrer les nouveaux enjeux de transition écologique.
La ZAC de la Restanque, à Montpellier, a été reconfigurée pour intégrer les nouveaux enjeux de transition écologique. (Crédits : DR)
Initié en 2009, le programme de la ZAC de la Restanque à Montpellier, va évoluer selon les principes du Manifeste de Montpellier, qui intègre les nouveaux enjeux de préservation de l'environnement. Présenté le 12 décembre par le maire Philippe Saurel, le nouveau projet de ZAC prévoit désormais 10 ha d’espaces verts, 20 % d'activité économique et une densité de logements revue à la baisse.

Au sud-ouest de Montpellier, la Zone d'Aménagement concertée (ZAC) de la Restanque porte sur une superficie de 126 ha, autour de la rue de l'Industrie et de la rue du Marché-gare. Elle fait partie d'un programme de renouvellement urbain, lancé en 2008 par l'équipe d'Hélène Mandroux.

Onze ans plus tard, les enjeux ont changé. Philippe Saurel, actuel maire de la ville, annonce, le 12 décembre, des ambitions nouvelles pour ce projet, conformes au Manifeste de Montpellier. Ce "document-outil", destinés aux acteurs de la construction, se présente comme une réponse au changement climatique et met en pratique les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés par les Nations-Unies. L'élu est d'ailleurs allé le présenter en juillet dernier à l'ONU...

L'édile (qui doit se faire opérer du genou en janvier prochain avant d'annoncer ses intentions pour les municipales) promet que les évolutions du Manifeste concerneront bientôt d'autres ZAC de la ville. Des annonces qui devraient être faites dès son retour de convalescence.

"La ZAC de la Restanque sera le premier lieu d'application du Manifeste, déclare Philippe Saurel. Ce document permet à la ville de faire face aux nouveaux enjeux du dérèglement climatique et répond aux enjeux de préservation de l'environnement, tout en favorisant l'apparition de lieux de vie conviviaux."

Près de 40 % de logements en moins

Le nouveau projet prévoit la réalisation de 7 500 logements, dont 20 % de logements abordables et 30 % de logements sociaux, construits autour d'îlots végétalisés. C'est presque 40 % de moins que les 12 000 logements initialement prévus sur la ZAC en 2009.

"C'est un autre visage de Montpellier, moins dense, poursuit Philippe Saurel. Cela va aussi obliger les promoteurs à revoir leur façon de construire, le Manifeste peut remettre en question certains projets."

Deux programmes de logements sont déjà lancés sur la ZAC de la Restanque (pour 300 lots), et deux demandes de permis de construire auraient été déposées, selon Philippe Saurel. La ville annonce un investissement de 11,5 M€ pour la construction d'un premier groupe scolaire (livrable en 2021), et de 27,3 M€ pour l'installation de la nouvelle cuisine centrale sur le secteur. Une enveloppe de 23,2 M€ complète l'investissement pour le réaménagement du quartier.

Un pôle dédié aux produits locaux et bio

Pour favoriser la réalisation d'un ensemble dynamique, la ZAC devrait également compter 20 % d'activités économiques et surtout, se structurer autour d'un pôle dédié à l'alimentation durable via le MIN (Marché d'intérêt national).

"Nous implantons encore davantage le MIN au cœur de la ville en créant une halle de producteurs locaux et un carreau bio, détaille encore le maire de Montpellier. C'est aussi là que nous construisons la nouvelle cuisine centrale qui proposera 50 % de produits durables d'ici 2020 dans les cantines."

Pour desservir ce pôle, le maire veut utiliser les anciennes voies ferrées du sud du MIN, "des discussions sont en cours avec la SNCF", affirme-t-il. L'ouverture de voies par le sud permettrait aussi de gérer une plate-forme de logistique urbaine, évitant aux poids lourds de traverser le quartier.

"Sur la mobilité, les trottoirs seront élargis et comprendront des pistes cyclables, ajoute l'édile. Un bus à haut niveau de service pourrait assurer la liaison avec la ligne 4 de tramway."

Outre ces nouvelles ambitions, le projet inclut également 10 ha d'espaces verts, avec la création de deux parcs et la plantation d'arbres tout au long des grands axes structurants et du cours d'eau du Lantissargue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :