Microsoft lève le voile sur sa 1e école régionale de l'IA

 |   |  861  mots
L. Schlosser (Microsoft), C. Delga (Région) et F. Lafforgue (Ville de Castelnau-le-Lez), pour le lancement de l'École IA Microsoft
L. Schlosser (Microsoft), C. Delga (Région) et F. Lafforgue (Ville de Castelnau-le-Lez), pour le lancement de l'École IA Microsoft (Crédits : Anthony Rey)
Quelques jours après l'annonce faite par le Conseil régional Occitanie, Microsoft a dévoilé à ses côtés, le 22 juin, les détails de sa 1e école dédiée à l'intelligence artificielle ouverte en région, à Castelnau-le-Lez (34). Dotée d'un budget de 200 000 € cofinancé à parité, elle formera une trentaine d'élèves, sans condition de diplôme, à compter d'octobre 2018.

Trois mois après le lancement du concept à Paris, Microsoft ouvrira dès le mois d'octobre 2018 sa 1ère école dédiée à l'intelligence artificielle en région dans la commune de Castelnau-le-Lez (34), voisine de Montpellier. Dans une conférence de presse tenue le 22 juin en présence de nombreuses personnalités du monde institutionnel et économique, le groupe américain a précisé le concept de cette "École IA Microsoft" : accueillir des demandeurs d'emploi, sans condition de diplôme, pour les former à la création de modules IA et répondre ainsi à un besoin de main d'oeuvre souvent mal pourvu.

"Microsoft s'engage depuis plus de dix ans sur des actions en faveur de ceux qui en ont le plus besoin en matière de numérique, car c'est un facteur d'inclusion sociale, explique Laurent Schlosser, directeur de la division Secteur public de Microsoft. Après la création d'une "[email protected]émie" pour les jeunes filles et garçons sortis du système scolaire sans qualifications en 2012, d'un programme mondial de sensibilisation des jeunes femmes au numérique (baptisé "DigiGirlz") en 2013, et d'une événement mondial d'apprentissage de l'informatique ("Heure de Code") en 2015, nous avons lancé à Paris la première école ouverte aux demandeurs d'emploi, alternative et inclusive, destinée à répondre aux demandes grandissantes en terme de compétences dans l'IA".

La 17e École régionale du numérique

L'École IA Microsoft de Castelnau-le-Lez accueillera une trentaine d'élèves, sur dossier de candidature et après une phase d'entretiens de motivation conduite jusqu'à la fin septembre. Microsoft évoque des profils de 19 à 39 ans, dont au moins 30 % de femmes, "en tendant le plus possible vers la parité".

"Entre des compétences pointues comme les data scientists et les besoins exprimés par les entreprises, il existe des métiers permettant de manipuler des datas et de faire des corrélations simples afin de créer des modules d'IA : c'est ce que nous visons, rajoute Laurent Schlosser. Les élèves apprendront à développer en utilisant des technologies d'IA."

Installés dans le parc de Bellegarde, près du quartier Eureka, les élèves, ou "apprenants", suivront d'abord un cycle de formation de sept mois, immédiatement suivi de 12 mois d'alternance en contrat de professionnalisation. Ils seront, enfin, accompagnés sur une période de deux ans pour veiller "à leur bonne insertion professionnelle".

L'école est dotée d'un budget de 200 000 €, co-financé à parité par Microsoft et le Conseil régional. Le programme de formation a été co-construit avec Simplon, un réseau créateur de "fabriques numériques inclusives", déjà étroitement associé aux initiatives de Microsoft décrites par Laurent Schlosser ci-dessus, mais aussi aux Écoles régionales du numérique, portées par la Région et au nombre de 16 à ce jour en Occitanie : l'École IA Microsoft de Castelnau-le-Lez sera donc la 17e de ce programme.

"Avec ce partenariat entre le public et le privé, nous répondons aux enjeux de la mutation des métiers, qu'il faut anticiper, souligne Carole Delga, présidente du Conseil régional. Il existe encore de nombreux emplois non pourvus. Dans le secteur numérique, on observe en effet un manque de formations, mais aussi un manque d'adéquation entre les compétences et les besoins des entreprises. C'est le sens de ce nouveau cursus de développeurs et développeuses en data IA, que nous sommes la première région à accueillir."

D'autres pôles de compétence émergents

L'annonce de cette école a permis aux partenaires institutionnels de Microsoft de faire un point sur les autres pôles de compétence en train d'émerger, en matière de numérique, dans une zone géographique proche. Ainsi, la Ville de Castelnau-le-Lez a fait le lien entre ce lancement et son projet de campus numérique, baptisé Station d'Oc et annoncé officiellement à cette occasion.

Livrable d'ici cinq ans sur le site de Sablassou, Station d'Oc, dont les phases d'étude sont en cours, sera un campus numérique centré sur l'IA, le coding et la cybersécurité, accueillant dans un bâtiment dédié des apprenants en formation initiale et continue. Soutenu par la Région et la Métropole de Montpellier, le projet pourrait aussi intégrer les antennes de plusieurs écoles de l'Université de Montpellier (Polytech, Montpellier Management et l'IAE).

"Il s'agira d'un lieu d'intelligence collective, pourvu d'un auditorium, de salles de formation, de classes immersives de type réalité virtuelle, où le numérique sera aussi une réalité à travers la coopération que nous mettrons en place avec les start-ups et les groupes présents sur le territoire", annonce Frédéric Lafforgue, maire de Castelnau-le-Lez.

Pour sa part, la Région a rappelé qu'un groupe de travail, conduit par la conseillère régionale Marie-Thérèse Mercier, planche toujours sur la future Cité de l'Économie et des Métiers de demain, prévue à Montpellier et qui couvrira "l'ensemble des formations et des métiers de demain", selon Carole Delga. À une échéance plus proche, la Région annonce aussi la création d'une nouvelle École régionale du numérique à Toulouse d'ici la fin 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2018 à 13:19 :
Ce qui est décrit ici, n'est pas de l'IA, mais du traitement de données et de l'algorithmie. Créer un Robot et une IA sont 2 choses totalement différentes. Il est vrai que parler d'IA est bien plus vendeur.
a écrit le 23/06/2018 à 11:02 :
Une bonne idée, il nous reste encore les politiciens locaux pour agir vu que nos nationaux sont complètement liés à la finance européenne.
a écrit le 22/06/2018 à 19:49 :
ils vont former des gens qui n'ont aucun niveau en maths aux autoencoders empiles , a la retroprpoagtion du gradient avec rotation dans les modeles convolutifs, et a l'apport des modeles lstm concernant les gradients explosifs ou aplatis dans la grande theorie des reseaux recurrents a dimention temporelle..........
he ben voyons, on attend avec impatience les resultats
se former a python, c'est long et complique, mais y ajouter theano et consors...
pour r, c'est encore mieux, il n'y a actuellement 'que' 13.000 libraries disponibles (!!!)..... ca laisse reveur
Réponse de le 22/06/2018 à 21:12 :
Très drôle!
Réponse de le 23/06/2018 à 11:03 :
En ce qui concerne les profils, il est vrai que le manque de diplôme, donc de niveau en maths et autres matières (puisque les profils atypiques sont recherchés) ne va pas permettre donner à la sortie des formations des diplômes d'ingénieurs.
On peut présumer que si c'est Microsoft qui sélectionne et qui finance à 50%, c'est qu'il y trouve son compte.

200000 € ce n'est pas non plus le projet du siècle.

Par comparaison :
- l’implantation historique d'IBM sur Montpellier : https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/innovation/innovation-technologique/2018-03-27/a-montpellier-ibm-presente-le-potentiel-du-calcul-quantique-773267.html
- de Dell.
- le cluster : https://www.frenchsouth.digital/

Et côté formation en alternance il y a par exemple CESI : https://www.cesi-alternance.fr/filiere/informatique-et-numerique/
Cela donne un aperçu des point d'entrée et de sortie au niveau des diplômes
Il n'y a pas de miracle, il faut "d'abord apprendre, avoir un diplôme..." ou avoir déjà de l'expérience, ce qui pourrait être le cas s'ils recrutent des candidats ayant jusqu'à 39 ans.
Réponse de le 24/06/2018 à 9:16 :
MS vend des services d'AI sur sa plateforme AI
' l'AI pour tous' en quelques sortes ( comme google, au passage)
leur interet c'est de former des gens qui vont utiliser leur plateforme, memes s'ils n'y comprennent rien, ou presque........
c'est pas nouveau!!!
y a 20 ans il y avait le datamining, melange de stats et de bases de donnees; les editeurs se sont precipite dessus, en automatisant certains programme et en creant une interface graphique....
le slogan c'etait ' le datamining facile', c'etait volontairement trompeur et ca laissait croire aux boites que la facilite, c'etait pas de dne pas taper de codes, la facilite, c'etait que tt le monde pouvait cliquer pour trouver des solutions.......
bref les boites ont engage des bac-2 maitrisant sas, spss, ibm smart miner, cognos et consors....
on connait le resultat.....
et c'est la meme chose avec les erp , aps et consors.......
20 ans plus tard, on reprend la methode de l'algo miracle qui trouve des solutions a tout.......
je peux deja vous dire que quand ca donnera les resultats qu'on connait, ils integreront des methodes plus compliquees ( les algo genetiques reviennent a la mode) en disant ' on a fixe les problemes'
( en laissant la confusion ' on a regle le pb d'optimisation locale' / ' on va regler le pb de votre entreprise'.......
la vie est un eternel recommencement!
Réponse de le 28/12/2018 à 7:10 :
Merci à Monsieur Frédéric Lafforgue de concrétiser ce beau projet pour la ville de Castelnau le Lez et en plus représenté par Carole Delga, une dame, une grande, exceptionnelle; mais j'en dirais pas trop !

C'est aussi une grande opportunité pour les fêtards à fort potentiels ayant loupé le cycle des études "normales" car la gourmandise était plus forte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :