Université Paul Valéry Montpellier 3 : 7 M€ pour les Humanités numériques

 |   |  436  mots
Patrick Gilli, président de l'Université Paul Valéry Montpellier 3.
Patrick Gilli, président de l'Université Paul Valéry Montpellier 3. (Crédits : Université Paul Valéry)
L’Université Paul Valéry Montpellier 3, présidée par Patrick Gilli, a été retenue par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation dans le cadre de l’appel à projets « Nouveaux cursus à l’université ». Elle recevra une dotation de 7 M€ qui financera la mutation des formations et l’intégration de briques numérique dans les licences.

Le projet NEXUS, proposé par l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, est seul projet lauréat en Occitanie de l'appel à projets « Nouveaux cursus à l'université », lancé par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et le Secrétaire général pour l'investissement.

Les résultats, révélés le 9 juillet, permettent à l'université de Montpellier de se voir attribuer une dotation de 7 M€.

« Le projet Nexus permettra à notre établissement d'engager la mutation progressive de nos formations qui intègreront des modules d'apprentissage numérique dans toutes les licences, de connecter plus fortement les sciences humaines et sociales à la nouvelle économie de la connaissance et ce faisant, de donner à nos étudiants davantage d'atouts dans leur vie professionnelle, précise Patrick Gilli, président de l'Université Paul-Valéry Montpellier 3. Il autorisera aussi en matière de recherche des expérimentations associant humanités classiques et humanités numériques. »

Anticiper sur les nouveaux métiers

Le projet NEXUS vise deux objectifs principaux. Tout d'abord « faire réussir tous les étudiants en licence en tenant compte de l'hétérogénéité des publics accueillis et en proposant des parcours plus différenciés » via des « contrats de réussite », avec cursus de formation choisi, accompagnement individualisé et préparation efficace à l'insertion professionnelle ou à la poursuite des études.

L'autre objectif est de « répondre à l'enjeu de la digitalisation des métiers et d'anticiper l'émergence de nouveaux métiers par le développement des Humanités numériques » qui est de renforcer l'attractivité nationale et internationale de l'Université Paul-Valéry et de démontrer l'intérêt des filières Lettres, Langues, Arts, Sciences humaines et sociales auprès du monde socio-économique et des étudiants.

La Fabrique, l'Atelier et l'Archipel

L'université mise sur trois leviers pour atteindre ces objectifs. En premier lieu, une nouvelle offre de formation : briques d'Humanités numériques à distance, labels professionnalisants adaptés aux différents projets des étudiants, inscription à distance ou en présentiel pour chaque unité de valeur.

L'établissement d'enseignement supérieur souhaite également mettre en place un accompagnement personnalisé de l'étudiant dans la construction et la conduite de son projet, « afin de prévenir le décrochage et l'échec en première année ».

Troisième levier, l'innovation pédagogique se traduira par l'émergence de trois démarches : la Fabrique Nexus, un tiers-lieu pour la pédagogie par projet, en lien avec les entreprises ; l'Atelier, service d'accompagnement à la transformation et à l'innovation dans l'enseignement et la recherche ; et l'Archipel, une salle d'expérimentation pédagogique préfigurant le Learning center Atrium (prévu pour 2020).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :