Manuel Valls inaugure le Mémorial de Rivesaltes

Le Premier ministre a inauguré, le 16 octobre, le Mémorial de Rivesaltes (66). Ce bâtiment, signé Rudy Ricciotti, rend hommage aux près de 60 000 personnes internées dans le camp Joffre, entre 1941 et 1964. Il aura nécessité un investissement de 22,7 M€.
Manuel Valls, entouré de Damien Alary, Hermeline Malherbe, Najat Vallaud-Belkacem, Jean-Marc Todeschini, et Ségolène Neuville.
Manuel Valls, entouré de Damien Alary, Hermeline Malherbe, Najat Vallaud-Belkacem, Jean-Marc Todeschini, et Ségolène Neuville. (Crédits : Christine Caville)

« Le Mémorial du camp de Rivesaltes est là pour rappeler, et dire haut et fort, ce qui, trop longtemps, s'est murmuré trop bas » a annoncé Manuel Valls dans son discours d'inauguration du Mémorial de Rivesaltes, le 16 octobre, près de Perpignan (66).

Le Premier ministre a inauguré le camp aux côtés du président de la Région Languedoc-Roussillon, Damien Alary, et de la présidente du Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales, Hermeline Malherbe. Il était accompagné de la ministre de l'Éducation Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, du secrétaire d'État chargé des Anciens Combattants, Jean-Marc Todeschini, et de la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville.

« Ce mémorial n'est pas un hommage au passé. Ce mémorial est un engagement pour l'avenir » a souligné Damien Alary.

Hommage à Christian Bourquin

Hermeline Malherbe a notamment rendu hommage à Christian Bourquin, l'ancien président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales puis de la Région, décédé l'an dernier, qui a porté ce projet pendant une quinzaine d'années.

Le camp militaire de Rivesaltes, construit en 1939 pour héberger les troupes coloniales, devint très rapidement le lieu d'enfermement de réfugiés espagnols, de Juifs, de Tziganes. Les mauvaises conditions sanitaires, d'alimentation et le froid ont été la cause de nombreuses morts.

En près de deux ans, plus de 17 000 personnes y ont été internées et des convois de déportation sont partis vers Auschwitz-Birkenau principalement. À partir de 1945, des militaires allemands y ont été enfermés, puis, à partir de 1962, des Harkis, et, jusqu'en 1966, des militaires guinéens et leurs familles. En tout, près de 60 000 personnes ont vécu à Rivesaltes.

Un monolithe de 4 000 m2

Conçu par Rudy Ricciotti en association avec Passelac & Roques Architectes, le mémorial est un « monolithe » semi enterré de 4 000 m2. Il a nécessité un investissement de 22,75 M€ (18,9 M€ HT) financés à hauteur de 10,3 M€ par la Région, de 5,5 M€ par le Département des Pyrénées-Orientales et 3,1 M€ par l'État. Il fonctionne en Établissement Public de Coopération Culturelle, dirigé par Agnès Sajaloli. Son budget de fonctionnement pour 2016 est de 1,6 M€.

Le mémorial bénéficie d'un fonds de dotation, présidé par l'ex-présidente d'Areva, Anne Lauvergeon, et dont la trésorerie sera assurée par Agnès Tixier, déléguée générale d'Invest Sud de France.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.