La Poste cherche des alliances avec l’ESS en région

 |   |  599  mots
La Poste initie de nouveaux déploiements de ses métiers sur les territoires.
La Poste initie de nouveaux déploiements de ses métiers sur les territoires. (Crédits : reuters.com)
Bousculé par les évolutions, et notamment le « grignotage » du courrier par le numérique, le Groupe La Poste a entamé une vaste démarche en direction des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Le 24 juin, le délégué régional du groupe les invitaient au Pôle Réalis pour lancer « l’Alliance Dynamique ».

Entamer un travail de co-construction entre le Groupe La Poste et les acteurs de l'économie sociale et solidaire (ESS) dans l'objectif de développer des chantiers de coopération économique dans un échange gagnant-gagnant, tel est le challenge lancé par La Poste en octobre 2014 sous le nom de baptême de « L'Alliance  Dynamique ».

La démarche nationale, déclinée dans chacune des 22 régions, était présentée aux acteurs de l'ESS du Languedoc-Roussillon le 24 juin 2015 au Pôle Réalis de Montpellier, en présence de Guy Hascoët, ex-secrétaire d'État à l'Économie solidaire (sous le gouvernement Lionel Jospin, de 2000 à 2002), et d'Hélène Giral, vice-présidente du Conseil régional Languedoc-Roussillon.

Une démarche qui a suscité la curiosité puisque quelques 90 inscrits avaient répondu présents à l'invitation, parmi lesquels des têtes de réseau (tels que l'Aresat-LR ou Cap-LR), des entreprises, des étudiants de l'ESS, etc.

L'initiative s'inscrit dans le contexte de reconfiguration du Groupe La Poste.

« La maison postale est bousculée par les évolutions, notamment le numérique qui grignote le courrier, déclare Guy Hascoët. La Poste, c'est 17 000 points contacts en France, et la relation de confiance des habitants repose sur cette présence humaine et logistique partout sur les territoires. Le maintien de cet atout ne passe-t-il pas par une revitalisation de la logique territoriale locale ? Or, la revitalisation passe souvent par des acteurs dans le spectre de l'ESS... L'idée, c'est de voir comment La Poste et les acteurs de l'ESS peuvent se rendre service mutuellement, tout en rendant service aux territoires. »

« L'objectif, c'est de construire des réponses à nos besoins, de faire émerger des solutions innovantes, de rechercher et développer des innovations sociales, sociétales ou technologiques, de développer les rapprochements, de rechercher la réciprocité », ajoute Daniel Martinie, délégué régional du Groupe La Poste en Languedoc-Roussillon.

Mécénat de compétences

Cinq grands chantiers ont été identifiés : les produits financiers de la Banque Postale, la transition énergétique, le repositionnement du service postal et/ou des entités de l'ESS dans des lieux partagés, le développement des achats responsables et la mise au service de l'ESS des compétences des postiers via des dispositifs de mobilités professionnelles.

« Inventer des mécanismes sur la collecte de l'épargne de proximité, cite à titre d'exemple Guy Hascoët. Ou partager des lieux là où La Poste a des m2 disponibles pour accueillir des services nouveaux coproduits ou d'autres acteurs... Par ailleurs, La Poste dispose d'une logistique importante qui fait souvent défaut aux acteurs de l'ESS. »

En Languedoc-Roussillon, La Poste permet déjà ainsi de mobiliser le réseau de facteurs pour informer le public des bons réflexes en matière d'énergie, de recyclage ou d'éco-mobilité via sa filiale Greenovia.

À la méfiance exprimée vis à vis du « grand méchant loup » que peut représenter La Poste, Daniel Martinie répond : « On est dans une logique de recherche de complémentarité de services, d'aide et de soutien ».

« Nous sommes en train de rentrer 20 000 points de représentation de l'ESS sur un dispositif cartographique pour aider les équipes à aller chercher tous les partenaires dont elles peuvent avoir besoin, précise Guy Hascoët. Le tissu d'appui est là, tout sera prêt en juillet. »

Un dispositif de remontée des projets est également prévu pour éventuellement transposer sur d'autres territoires ceux qui auront prouvé leur efficacité.

Après Toulouse le 25 juin, La Poste terminera son tour des 22 régions en septembre prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2015 à 8:55 :
Votre article est compliqué à comprendre si je peux me permettre...Après 2 relectures et si je comprends bien votre rédactionnel "partager des lieux là où La Poste a des m2 disponibles pour accueillir des services nouveaux coproduits ou d'autres acteurs... " sousentend qu'il y aura location des espaces libres... vous ne précisez cependant pas à quel prix ? je présume que si l'ESS est la "cible", ce sera à un prix en dessous du marché? sinon, cela me semble compliqué. L'initiative est excellente, c'est certain et bien pensée par La Poste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :