Éolien flottant en mer : Engie Green opte pour des éoliennes plus puissantes

 |   |  756  mots
Le projet des Eoliennes flottantes du Golfe du Lion (EFGL) optent pour les éoliennes de MHI Vestas Offshore Wind, d'une capacité de 10 MW.
Le projet des Eoliennes flottantes du Golfe du Lion (EFGL) optent pour les éoliennes de MHI Vestas Offshore Wind, d'une capacité de 10 MW. (Crédits : MHI Vestas Offshore Wind)
L’un des trois projets de ferme-pilote d’éolien flottant offshore, EFGL porté par Engie Green, vient de modifier son calibrage : il passe de 4 à 3 éoliennes seulement. Dotées d’une technologie plus récente mais aussi plus puissantes (10 MW au lieu de 2), elles permettront de monter la production d’électricité de la ferme-pilote de 25 à 30 MW.

Engie Green est l'un des porteurs de projets de ferme-pilote d'éolien flottant offshore en Méditerranée, avec le projet Éoliennes flottantes du Golfe du Lion (EFGL), à 16 km au large de Leucate-Le Barcarès (Aude), représentant un investissement global de 215 M€ (raccordement électrique inclus). Dans le consortium figurent également EDP Renewables, la Banque des Territoires (Caisse des Dépôts), Eiffage Métal, Principle Power, RTE, et un nouveau venu depuis novembre, MHI Vestas Offshore Wind.

« Le projet a été retenu par l'État fin 2016, et depuis les technologies ont continué d'évoluer, explique Jean-Mathieu Kolb, directeur de projet EFGL chez Engie Green depuis le forum Energaïa à Montpellier. Nous avons donc choisi MHI Vestas pour la fourniture des éoliennes, un des trois leaders mondiaux en la matière. Ils nous fourniront leur éolienne la plus récente, une turbine de 10 MW, la plus puissante jamais installée sur un flotteur. Le projet passe donc à 3 éoliennes de 10 MW au lieu des 4 éoliennes de 2 MW initialement prévu. Ce qui monte la production d'électricité de la ferme-pilote de 25 à 30 MW au total, soit l'équivalent de la consommation électrique de plus de 50 000 personnes. »

Selon le dirigeant, les retors des éoliennes mesurant 164 m au lieu de 152, la différence sera imperceptible à l'œil humain. Si cette augmentation de puissance est sans incidence sur les études environnementales déjà menées, elle oblige néanmoins Engie Green à reprendre certaines études d'ingénierie et à ajuster les autorisations administratives, ce qui devrait être chose faite début 2020.

Financement participatif sur Enerfip

L'année 2019 a permis au projet de franchir plusieurs étapes : après avoir obtenu le feu vert de la commission européenne en février, il s'est vu attribué l'avis favorable de la commission d'enquête publique en juin, à l'issue d'une enquête publique organisée du 23 avril au 23 mai.

Du fait du choix des éoliennes et de l'extension des études, le projet connaît un léger décalage de son calendrier.

« L'objectif est d'obtenir d'une décision d'investir fin 2020 pour lancer la phase de travaux fin 2021, annonce Jean-Mathieu Kolb. La mise en service, prévue pour 2021, est décalée à 2022. »

Le 22 octobre, le projet EFGL a lancé une campagne de financement participatif sur la plate-forme héraultaise Enerfip (28 M€ depuis sa création, dont 15 M€ en 2019 et une perspective de 30 M€ en 2020) afin d'associer les citoyens, et en premier lieu les riverains du projet qui ont bénéficié d'une exclusivité jusqu'au 19 novembre avant que la campagne ne soit plus largement ouverte.

« Il s'agit d'un prêt avec un taux d'intérêt incitatif, précise Jean-Mathieu Kolb. Les fonds collectés serviront à financer la seconde campagne de mesure du vent en mer, qui se terminera à l'été 2020. »

La campagne de financement participatif a permis de collecter à ce jour près de 330 000 € auprès de 286 investisseurs, et Engie Green vise les 600 000 € d'ici au 12 janvier 2020, date de clôture.

La biodiversité sous observation

Pour mémoire, un 2e projet de fermes-pilotes est en cours en Occitanie sur la Méditerranée : celui du consortium EolMed, emmené par l'Héraultais Quadran Energies Marines, au large de Gruissan (11). Le 3e projet méditerranéen est le projet Provence Grand Large (PGL), porté par EDF-EN sur la zone de Faraman (Bouches-du-Rhône) à 17 km au large de Port-Saint-Louis-du-Rhône.

Des études communes sont menées par EFGL et Eolmed, notamment les suivis avion, réalisés par l'entreprise Biotope, qui visent à mesurer la densité des oiseaux et mammifères marins.

« Cela fait sens de mutualiser les moyens, affirme le directeur de projet EFGL. L'an prochain, nous aurons un autre sujet commun avec Eolmed et la Région Occitanie sur la question de la répartition des espaces à Port-la-Nouvelle (où seront assemblées les éoliennes des deux fermes-pilotes, NDLR). »

Sur la question des mesures compensatoires, Engie Green déclare discuter aussi avec EDF sur le projet PGL, afin d'avoir une évaluation sur l'ensemble du Golfe du Lion.

« Nous ne luttons pas contre la colonisation marine mais nous l'intégrons dans nos calculs, ajoute-t-il. Nous ferons installer des biohuts (habitats artificiels, NDLR) par Ecocean. En juin dernier, Ecocean a d'ailleurs déjà mis à l'eau une bouée d'observation de la biodiversité de 15 mètres de haut sur le site d'implantation de la ferme-pilote. »

Ce sont les scientifiques du Centre de recherche sur les écosystèmes marins de l'Université de Perpignan qui assurent le suivi de cette bouée qui renseignera sur les espèces présentes permettant à terme d'installer des biohuts adaptés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2019 à 8:24 :
La aussi on veux installer des hachoirs à oiseaux ,sans compter la pollution pour l'extraction des métaux rares et le non recyclage des matériaux utilisés.
Il s'agit d' une opération qui ne sert qu'a enrichir certains .
A lire EOLIENNES (la face noire de la transition écologique .)
a écrit le 13/12/2019 à 9:44 :
Dommage quand même que tout ce travail de R et D n'ai pas été amorcé il y a trente ans quand on apprenait le désastre à venir lié à la pollution. Les lobbys sont conservateurs dans l'âme c'est pour ceci qu'il est aussi scandaleux qu'improductif de les installer en plein cœur des assemblées parlementaires.

Mais bon l'oligarchie et la logique ça fait deux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :