Avec la crise sanitaire, Terra Hominis freine sur l’international au profit des terroirs français

 |  | 848 mots
(Crédits : DR)
La petite entreprise héraultaise Terra Hominis propose, via du financement participatif non réglementé, d’aider des vignerons à s’installer ou à développer leur vignoble. Bien implantée sur le Languedoc-Roussillon, elle privilégie désormais son déploiement sur d’autres terroirs en France plutôt qu’à l’international comme elle l’avait envisagé. Crise Covid oblige…

Créée en 2011 à Boujan-sur-Livron (34), l'entreprise Terra Hominis n'est pas une entreprise de financement participatif au sens réglementé du terme. Et son président-fondateur, Ludovic Aventin, tient à ce modèle inédit : la prise de parts dans des vignobles en copropriété (via une SCI ou un groupement foncier agricole, adossé à un contrat de fermage pour le vigneron) afin d'aider des vignerons à s'installer ou à se développer, mais avec la perspective de rester dans l'aventure durablement, de créer du lien avec les vignerons et les autres actionnaires-investisseurs en participant à la vie du domaine, et de n'en tirer comme dividendes que des bouteilles de vin.

« Il s'agit de donner du sens à son investissement, nous cherchons, et même sélectionnons, des hommes, pas des actionnaires anonymes, et avec un certain état d'esprit, plaide inlassablement Ludovic Aventin, qui a notamment créé à ce jour un club de rugby et 18 clubs de dégustation (baptisés Épicure). Nous comptons aujourd'hui plus de 2 100 associés,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :