Port de Sète : le môle Masselin vise 300 000 passagers en 2020

 |   |  451  mots
Le port de Sète ambitionne d'accueillir 300 000 passagers en 2020.
Le port de Sète ambitionne d'accueillir 300 000 passagers en 2020. (Crédits : RM)
La Région a inauguré, le 27 mai, le môle Masselin dédié à l'accueil des passagers sur le port de Sète. Ce dernier étant en pleine restructuration, les travaux du quai H destiné aux porte-conteneurs se termineront dans un an.

Le port de Sète (34) ambitionne de devenir une porte incontournable sur la Méditerranée en matière de commerce et de trafic de passagers à horizon 2020. L'infrastructure, propriété de la région Languedoc-Roussillon depuis 2008, a inauguré, le 27 mai, le môle Masselin réhabilité, dédié au transport des passagers : ce dernier a nécessité un investissement de 14,2 M€, cofinancés par la Région et le l'Europe (fonds FEDER).

"C'est une super-plateforme dédiée aux passagers, avec deux postes à quai. L'objectif est de passer d'un trafic de 180 000 passagers par an à 300 000 d'ici 2020", indique Marc Chevallier, président de l'établissement public régional EPR Port Sud de France.

Les ferries qui accostent à Sète sont tournés vers le Maghreb, et font le lien entre Nador et Tanger, au Maroc. Le port compte aussi sur l'accueil des navires de croisière pour son développement.

Par ailleurs, la construction du quai H (un linéaire de 470 m pour accueillir de nouveaux porte-conteneurs allant jusqu'à 260x32 m) représente 44 M€ d'investissement, financés à 85 % par la Région et par l'Europe à 15 %. Ces travaux ont débuté en septembre dernier, et se dérouleront sur une durée de 22 mois.

17 000 m2 disponibles à Frontignan

Par ailleurs, du côté de la zone portuaire de Frontignan (34), ce sont pas moins de 17 000 m2 qui restent disponibles pour accueillir des entreprises de la filière pêche et aquaculture. La zone accueille actuellement une quinzaine d'entreprises qui représentent près de 150 emplois et 100 M€ de chiffre d'affaires.

À l'image de Médithau, les entreprises liées à l'exploitation de la mer trouvent leur place sur cette zone. Avec un chiffre d'affaires de 11 M€, l'entreprise conchycole est la première de la région dans ce secteur.

"Nous avons déjà un site à Marseillan, explique le fondateur de l'entreprise, Florent Tarbouriech. Nous installons à Frontignan nos activités industrielles de traitement de moules : lavage, purification, conditionnement, expédition, etc. Nous comptons 60 emplois à Marseillan, et 10 sur Frontignan, où nous allons en créer 15 de plus en 2016."

Médithau a investi 2 M€ sur la zone portuaire de Frontignan (34). La même somme a été investie par Les Poissons du soleil, une entreprise de Balaruc-les-Bains (34), qui produit des alevins de daurade, bar ou maigre destinés aux fermes d'élevage de Méditerranée et exporte 75 % de sa production au Maghreb. Son unité à Frontignan permet de prégrossir ces alevins avant de les expédier.

Ce sont pas moins de 17 000 m2 qui restent disponibles sur la zone portuaire de Frontignan pour accueillir des entreprises de la filière pêche et aquaculture. La zone accueille actuellement une quinzaine d'entreprises qui représentent près de 150 emplois et 100 M€ de chiffre d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :