Le promoteur immobilier bordelais Aqprim s’implante à Montpellier

 |   |  687  mots
Laurent Mathiolon, fondateur et président de Aqprim, et Stéphane Deguara, dirigeant de l'agence monptelliéraine.
Laurent Mathiolon, fondateur et président de Aqprim, et Stéphane Deguara, dirigeant de l'agence monptelliéraine. (Crédits : DR)
Un nouveau promoteur immobilier vient de s’implanter sur la métropole de Montpellier, un territoire tendu à la concurrence exacerbée… Le bordelais Aqprim explique ses ambitions.

Le promoteur bordelais Aqprim s'implante à Montpellier et sur l'Occitanie méridionale. Créé en 2011 par Laurent Mathiolon, Aqprim produit en moyenne 250 logements par an en Nouvelle-Aquitaine, et prévoit de réaliser un chiffre d'affaires prévisionnel de 50 M€ en 2019. La société emploie à ce jour 9 salariés, et ajoute aussi recourir aux compétences de « 16 partenaires experts et 5 stagiaires ».

Son créneau : « Essentiellement de la promotion de logements neufs, et depuis un an, nous nous diversifions sur les segments du tertiaire et de la rénovation, avec par exemple le projet de réhabilitation de la Vieille Cure à Cénon, que nous allons reconvertir en un bâtiment autour de la food », précise Laurent Mathiolon.

Aqprim est également implantée en Pays de la Loire, avec une agence à Saint-Herblain près de Nantes (44) depuis septembre 2018, et sur le pays basque, avec une antenne à Anglet (64). L'agence montpelliéraine, dirigée par Stéphane Deguara, a ouvert le 1er mai, en plein cœur de Montpellier (place Ernest-Granier).

« Aqprim vient à Montpellier car nous sommes convaincus qu'il existe une véritable adéquation entre nos produits et la demande des populations locales, explique Laurent Mathiolon. Nos secteurs d'intervention seront la Métropole de Montpellier, Nîmes Métropole et le littoral. Toutefois, nous saurons saisir les opportunités en dehors de ce secteur si elles nous paraissent correspondre aux attentes de notre clientèle. »

Concurrence et innovation

A la question de l'importante concurrence qui existe sur le territoire montpelliérain et de l'âpre bataille qui se livre sur le foncier (la FPI Occitanie Méditerranée compte une cinquantaine de promoteurs immobiliers), le dirigeant d'Aqprim assure ne pas vouloir être « un Xième promoteur ».

« Nous souhaitons développer beaucoup d'innovation dans nos projets et ainsi répondre à une demande qui n'est pas forcément satisfaite, explique-t-il. Sur les territoires où nous intervenons, nous sommes souvent sollicités par des confrères qui souhaitent bénéficier de notre expérience en matière d'innovation et de produits différenciant pour répondre avec eux sur des opérations de taille significative... Tous les ans, nous mettons au point un ou deux concepts innovants en partant d'une problématique sociétale, avec à chaque fois une ambition de maîtrise du coût. »

Parmi ces concepts, brevetés, le dirigeant évoque les maisons-appartements « Vill'Appart », ou encore « Moove », des logements modulables et évolutifs s'adaptant facilement aux besoins des occupants.

« Moove est le concept sur lequel on est le plus identifié, explique Laurent Mathiolon. Mis au point en 2014, il s'adresse à de futurs propriétaires qui n'ont pas immédiatement les moyens d'investir dans un grand appartement mais qui auront besoin de surface complémentaire plus tard. Le concept propose un agrandissement très simple, sans démarche administrative : le logement est livré avec une notice de montage intégrant au moins 3 évolutions possibles grâce à des pièces préconstruites à aménager dans un séjour en double hauteur, pour un coût inférieur à 500 €/m2 si l'acquéreur fait lui-même les travaux. Nous avons réalisé plus de 300 logements de ce type aujourd'hui. »

Ambition toulousaine

« L'idée, c'est que cet ADN innovation nous permette de brûler les étapes, qu'il nous offre une capacité à nous différencier, ajoute Stéphane Deguara, qui avait déjà implanté à Montpellier, il y a huit ans, une filiale d'Art Promotion. Notre ambition est de produire 250 logements par an à horizon de trois ans, sur la Métropole de Montpellier qui est notre cible principale, mais aussi sur le marché nîmois et sur le littoral, entre Agde et le Grau-du-Roi »

L'agence pourrait compter 4 à 5 salariés d'ici trois ans, ainsi qu'une petite dizaine de partenaires experts et stagiaires.

« Notre ambition est de tendre vers les 1 000 logements produits par an d'ici 2022 sur nos quatre implantations, c'est-à-dire 4 fois 250 logements, déclare Laurent Mathiolon. Nous envisageons également de nous installer à Toulouse courant 2020 ou 2021. Nous avons ainsi déjà été finaliste (mais pas lauréat, NDLR) sur l'un des lots "Dessine-moi Toulouse" (appel à projets urbains innovants sur des sites emblématiques et stratégiques de la ville, NDLR). »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :