OFW va démarrer une production de gel hydroalcoolique sur son navire-usine

 |   |  630  mots
OFW Ships propose de fabriquer du gel hydroalcoolique sur son navire-usine l'Odeep One, à Sète
OFW Ships propose de fabriquer du gel hydroalcoolique sur son navire-usine l'Odeep One, à Sète (Crédits : OWF)
Navire-usine basé à Sète, l’Odeep One est prêt à lancer la production d’1 million de bouteilles de solution hydroalcoolique. Selon l’armateur OFW Ships, les financements sont bouclés. Ne manque plus que l’autorisation des Douanes.

« Il y a urgence à agir, on a encore des réflexes de l'ancien monde mais il y aura un avant et un après », clame Régis Révilliod.

L'armateur et président fondateur d'OFW (Ocean Fresh Water) Ships, est sur le pont. Alors que son navire usine, l'Odeep One, est amarré depuis plus de deux mois dans le port, ce capitaine a décidé de mobiliser tous les acteurs dans la lutte contre le Covid-19.

« En Janvier dernier, après deux runs en mer et le lancement de notre première production de boissons*, tout fonctionnait à merveille, déclare-t-il. Nous venions d'envoyer en Chine un million de bouteilles (qui à ce jour restent introuvables, NDLR) et le navire était à quai pour des travaux de fiabilisation du process. Puis la pandémie est arrivée en France. J'ai pris aussitôt la décision, avant même les consignes d'Emmanuel Macron, de confiner l'ensemble de l'équipage (45 membres, NDLR) sur le bateau. C'est en discutant avec mon fils, ingénieur d'armement, qu'est venue l'idée d'utiliser les 3 millions de préformes de bouteilles en stock sur le navire pour contribuer à pallier le manque cruel de solutions hydroalcooliques. »

Un navire opérationnel et sécurisé

OFW Ships s'est donc porté volontaire auprès du ministère de la Santé, arguant du fait que la compagnie disposait non seulement d'un stock de bouteilles à bord mais aussi d'un outil de production ultracompétitif.

Demande retenue : la compagnie a été référencée sur la liste des fabricants de solutions hydroalcooliques, diffusée par les services de la Direction Générale des Entreprises (DGE).

Si en France le marché de solutions hydroalcooliques reste un micro-marché avec de petites unités produisant une ou deux palettes par semaine, OFW Ships se qualifie d'acteur-clef pour ses cadences de production - 24 000 bouteilles par heure, soit 500 palettes hebdomadaires représentant un million de bouteilles - et un conditionnement très recherché en 600 ml, au pas de vis gaz.

Depuis une semaine, toutes les consignes ont été données pour opérer sur le navire les transformations de la ligne de production et assurer la sécurité du personnel.

« Tout l'équipage s'est mis en ordre de bataille sur ce navire qui est habilité à gérer toutes les matières dangereuses (notamment l'alcool, NDLR), assure l'armateur. Nous avons procédé à des analyses de risques et pris des mesures de maîtrise pour que tout se passe bien. Au demeurant, la formulation de solution hydroalcoolique est simple : alcool, eau distillée, glycérine et eau oxygénée. Nous avons des chimistes à bord et un pharmacien va être mis à disposition pour vérifier le process. »

En attente d'une décision administrative

Alors qu'aux dires d'OFW Ships, les demandes ne cessent d'affluer de jour en jour (Carrefour aurait demandé 85 palettes par semaine, Danone 200, Métro 100), les financements pour la mise en production ont tardé. Mais depuis ce jeudi 25 mars, c'est chose faite.

« Nous venons d'avoir l'accord d'investisseurs privés, lâche Régis Révilliod, volontairement évasif. J'y reviendrai plus tard. Pour l'heure, l'important est d'avoir l'autorisation finale, c'est à dire celle des douanes, afin de pouvoir acheter les matières premières et lancer la production. La France va devoir produire au bas mot 30 millions de solutions hydroalcooliques par semaine. Sans compter la demande mondiale, exponentielle. Il est temps d'agir pour tuer l'ennemi. J'ai un outil très safe et hyper performant pour sauver des vies. Il n'est pas question d'opportunisme ou de coup de pub. J'ai même proposé que mon navire soit réquisitionné. Un marin est patriote avant tout ! »

* Odeep est une boisson à base d'eau puisée en haute mer à 300 m de profondeur, puis filtrée et raffinée avant d'être embouteillée sur le bateau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2020 à 11:25 :
Êtes vous prêt à l exporter?
a écrit le 28/03/2020 à 21:50 :
" ...Ne manque plus que l’autorisation des Douanes. " !?! .....attendons un peu ! , y'a pas l'feu au lac et demain il fera jour !
.......Quel pays !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :